Acides gras alimentaires d'origine marine (huile de poisson) pour le traitement de l'asthme chez l'adulte et l'enfant

La consommation de poisson est recommandée comme l'une des méthodes permettant potentiellement d'améliorer l'asthme. La prévalence de l'asthme est faible chez les populations dont l'alimentation est riche en poisson (tels que les Esquimaux). Avec l'augmentation de la consommation de graisses saturées chez d'autres populations, l'asthme a également augmenté. Selon certaines théories, un ingrédient de l'huile de poisson pourrait réduire l'inflammation. L'inflammation est responsable du gonflement des voies respiratoires des poumons qui entraîne des crises d'asthme. Néanmoins, cette revue des essais indique que les patients asthmatiques qui incluent davantage d'huile de poisson dans leur alimentation ne présentent pas d'amélioration.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves sont insuffisantes pour recommander la prise de suppléments d'acides gras oméga-3 d'origine marine (huile de poisson) ou leur intégration à l'alimentation des patients asthmatiques pour mieux contrôler la maladie. Néanmoins, aucune preuve n'indique que cette pratique entraîne des risques pour les patients.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les études épidémiologiques suggèrent qu'un régime riche en acides gras d'origine marine (huile de poisson) pourrait avoir des effets bénéfiques dans des troubles inflammatoires tels que la polyarthrite rhumatoïde, et peut-être dans l'asthme.

Objectifs: 

(1) Déterminer les effets de la supplémentation en acides gras oméga-3 (huile de poisson) dans le traitement de l'asthme.
(2) Déterminer les effets d'un régime riche en huile de poisson dans le traitement de l'asthme.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les voies respiratoires. Nous avons également consulté les références bibliographiques des essais identifiés et contacté des fabricants d'huile de poisson. Les recherches étaient à jour en mai 2010.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés portant sur des patients asthmatiques âgés de plus de deux ans. Les études devaient durer plus de quatre semaines. Les essais en double aveugle ont été privilégiés mais les essais en simple aveugle et les essais ouverts ont également été pris en compte.

Les quatre évaluateurs ont lu chaque article sans en connaître l'identité. Les décisions d'inclusion ont été prises à la majorité simple. Nous avons tous évalué la qualité de manière indépendante.

Recueil et analyse des données: 

La seule comparaison possible portait sur une supplémentation en acides gras oméga-3 d'origine marine par rapport à un placebo. Les essais étaient trop peu nombreux pour étudier la modification du régime alimentaire seule.

Résultats principaux: 

Neuf essais contrôlés randomisés menés entre 1986 et 2001 remplissaient les critères d'inclusion. Sept présentaient un plan d'étude en parallèle et deux étaient des études croisées. Huit comparaient de l'huile de poisson à un placebo et une comparait une supplémentation en acides gras oméga-3 d'origine marine à doses élevées ou faibles. Deux études portaient sur des enfants et les sept autres études portaient sur des adultes. Aucune des études incluses ne rapportait de données concernant les exacerbations de l'asthme, l'état de santé et les hospitalisations.

Aucun effet constant n'était observé pour les critères de jugement analysables : VEMS, débit expiratoire de pointe, symptômes de l'asthme, recours à des médicaments de l'asthme ou hyperréactivité bronchique. L'une des études portant sur des enfants, qui utilisait une modification du régime alimentaire combinée à une supplémentation en huile de poisson, rapportait une amélioration du débit expiratoire de pointe et une réduction du recours aux médicaments de l'asthme. Aucun événement indésirable n'était associé aux suppléments d'huile de poisson.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.