Exercices respiratoires pour l'asthme

Contexte

L'asthme est une maladie pulmonaire qui fonctionne de deux façons. Elle provoque une inflammation des voies respiratoires (réaction du corps à une blessure ou une infection) et un resserrement des petites voies aériennes (appelé obstruction des voies respiratoires). Le resserrement des voies aériennes peut se produire en réponse à des déclencheurs d'asthme, tels que la fourrure ou les plumes d'animaux, la poussière ou le pollen.

L'asthme est très répandu dans le monde entier et constitue un problème de santé publique majeur en raison des coûts élevés des soins de santé liés à l'hospitalisation et aux médicaments. Des exercices de respiration ont été utilisés pour traiter les personnes souffrant d'asthme afin de contrôler ses symptômes sans prise médicamenteuse. Les gens utilisent diverses techniques de respiration pour modifier leur façon de respirer.

Problématique de la revue

Nous voulions savoir dans quelle mesure les exercices respiratoires sont efficaces pour les adultes souffrant d'asthme. Nous étions surtout intéressés de savoir si les exercices respiratoires amélioraient la qualité de vie des gens (notre critère de jugement principal), et s'ils contribuaient aussi à améliorer les symptômes de l'asthme, l'hyperventilation (sur-respiration) et la fonction pulmonaire (nos critères de jugement secondaires).

Principaux résultats

Nous avons recherché des essais contrôlés randomisés. Cela signifie que des personnes ont été sélectionnées au hasard pour essayer ou non des exercices de respiration. Nous avons inclus l'éducation sur l'asthme ou les soins habituels de l'asthme comme contrôles.

Nous avons trouvé 22 études portant sur 2880 adultes souffrant d'asthme léger à modéré. Les études utilisaient différents exercices de respiration. Quatorze études ont utilisé le yoga, quatre études ont utilisé la rééducation respiratoire, une étude a utilisé la méthode Buteyko, une étude a utilisé la méthode Buteyko et le pranayama, une étude a utilisé la méthode Papworth et une étude a utilisé la respiration diaphragmatique profonde. Vingt études ont comparé les exercices respiratoires aux soins normaux de l'asthme et deux ont comparé les exercices respiratoires à l'éducation sur l'asthme. Les études ont évalué la qualité de vie, les symptômes d'asthme et d'hyperventilation, le nombre d'exacerbations aiguës (poussées), la fonction pulmonaire (tests respiratoires) et les rendez-vous chez le médecin généraliste.

Plusieurs études se sont penchées sur notre principal critère de jugement, la qualité de vie. Les résultats ont montré une amélioration de la qualité de vie après trois mois dans le groupe des exercices respiratoires. Nous avons constaté que les exercices de respiration n'aidaient probablement pas à améliorer les symptômes de l'asthme. Cependant, les exercices de respiration ont permis d'améliorer les symptômes d'hyperventilation, lorsqu'ils ont été mesurés entre quatre et six mois après le début des exercices à six mois. Un test de la fonction pulmonaire, le pourcentage du VEMS prévu (la quantité d'air que l’on peut expulser des poumons en une seconde) a montré une certaine amélioration chez les personnes qui ont fait des exercices de respiration.

Qualité des données

Nous sommes modérément certains des bienfaits des exercices de respiration. Cependant, nous avons constaté certaines différences entre les études en termes de type d'exercices respiratoires effectués, de nombre de participants inscrits, de nombre et de durée des séances effectuées, de résultats communiqués et de présentation statistique des données.

Conclusion

Les exercices de respiration peuvent avoir des effets positifs sur la qualité de vie, les symptômes d'hyperventilation et la fonction pulmonaire chez les adultes souffrant d'asthme léger à modéré.

Les données étaient à jour au mois d’Avril 2019.

Conclusions des auteurs: 

Les exercices de respiration peuvent avoir certains effets positifs sur la qualité de vie, les symptômes d'hyperventilation et la fonction pulmonaire. En raison de certaines différences méthodologiques entre les études incluses et les études dont la méthodologie est médiocre, la qualité des données probantes des critères de jugement mesurés allait de modérée à très faible certitude selon les critères GRADE. En outre, d'autres études comprenant des descriptions complètes des méthodes de traitement et des mesures des critères de jugement sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les exercices de respiration ont été largement utilisés dans le monde entier comme thérapie non pharmacologique pour traiter les personnes souffrant d'asthme. Les exercices respiratoires visent à contrôler les symptômes de l'asthme et peuvent être effectués selon la méthode Papworth, la technique de respiration Buteyko, la respiration yogique, la respiration diaphragmatique profonde ou toute autre intervention similaire qui manipule le schéma respiratoire. L'entraînement de la respiration se concentre généralement sur le volume courant et minuscule et encourage la relaxation, l'exercice à la maison, la modification du schéma respiratoire, la respiration nasale, la retenue du souffle, la cage thoracique inférieure et la respiration abdominale.

Objectifs: 

Évaluer les données probantes de l'efficacité des exercices respiratoires dans la prise en charge des personnes atteintes d'asthme.

Stratégie de recherche documentaire: 

Pour identifier les études pertinentes, nous avons effectué des recherches dans la Bibliothèque Cochrane, MEDLINE, Embase, PsycINFO, CINAHL et AMED et nous avons effectué des recherches manuelles dans les revues spécialisées dans le domaine respiratoire et les résumés de réunions. Nous avons également consulté les registres des essais et les listes de référence des articles inclus.

La recherche documentaire la plus récente a été effectuée le 4 avril 2019.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés portant sur des exercices de respiration chez les adultes atteints d'asthme par rapport à un groupe témoin recevant une formation en matière d'asthme ou à un groupe témoin avec un contrôle inactif.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont évalué la qualité des études et en ont extrait des données indépendamment l’un de l’autre. Nous avons utilisé le logiciel Review Manager 5 pour l'analyse des données sur la base du modèle à effets aléatoires. Nous avons présenté les résultats continus sous forme de différences moyennes (MD) avec des intervalles de confiance (IC) de 95%. Nous avons évalué l'hétérogénéité en inspectant les graphiques en forêt. Nous avons appliqué le test du Chi2, avec une valeur P de 0,10 indiquant la signification statistique, et la statistique I2, avec une valeur supérieure à 50% représentant un niveau substantiel d'hétérogénéité. Le critère de jugement principal était la qualité de vie.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus neuf nouvelles études (1910 participants) dans cette mise à jour, ce qui donne un total de 22 études impliquant 2880 participants à la revue. Quatorze études ont utilisé le yoga comme intervention, quatre études ont porté sur la rééducation respiratoire, une sur la méthode Buteyko, une sur la méthode Buteyko et le pranayama, une sur la méthode Papworth et une sur la respiration diaphragmatique profonde. Les études étaient différentes les unes des autres en termes de type d'exercice respiratoire effectué, de nombre de participants inscrits, de nombre de sessions achevées, de période de suivi, de résultats rapportés et de présentation statistique des données. La gravité de l'asthme chez les participants des études incluses allait de légère à modérée, et les échantillons étaient constitués uniquement de patients ambulatoires. Vingt études ont comparé l'exercice respiratoire à un contrôle inactif, et deux à des groupes témoins d'éducation sur l'asthme. Une méta-analyse a été possible pour le critère de jugement primaire, qualité de vie, et les critères de jugement secondaires, symptômes d'asthme, symptômes d'hyperventilation et certaines variables de la fonction pulmonaire. L'évaluation du risque de biais a été compromise par la présentation incomplète des aspects méthodologiques de la plupart des études incluses. Nous n'avons pas inclus les effets négatifs comme critère de jugement de la revue.

Exercices de respiration contre contrôle inactif

Pour la qualité de vie, mesurée par le questionnaire sur la qualité de vie liée à l'asthme (AQLQ, de l’anglais Asthma Quality of Life Questionnaire), la méta-analyse a montré une amélioration en faveur du groupe des exercices respiratoires à trois mois (MD 0,42, 95 % IC 0,17 à 0,68 ; 4 études, 974 participants ; certitude modérée), et à six mois, le rapport de cotes était de 1,34 pour la proportion de personnes présentant une amélioration d'au moins 0,5 unité de l'AQLQ, (95 % IC 0,97 à 1,86 ; 1 étude, 655 participants). Pour les symptômes de l'asthme, mesurés par le questionnaire de contrôle de l'asthme (ACQ, de l’anglais Asthma Control Questionnaire), la méta-analyse à trois mois maximum n'a pas été concluante, MD de -0,15 unités (95% CI -2,32 à 2,02 ; 1 étude, 115 participants ; données probantes de faible certitude), et était similaire sur six mois (MD -0,08 unités, 95% CI -0,22 à 0,07 ; 1 étude, 449 participants). Pour les symptômes d'hyperventilation, mesurés par le questionnaire de Nijmegen (de quatre à six mois), la méta-analyse a montré moins de symptômes avec les exercices de respiration (MD -3,22, 95 % IC -6,31 à -0,13 ; 2 études, 118 participants ; preuves de certitude modérée), mais cela n'a pas été démontré à six mois (MD 0,63, 95 % IC -0,90 à 2,17 ; 2 études, 521 participants). Les méta-analyses du Volume expiratoire maximal par seconde (VEMS) mesuré jusqu'à trois mois n'ont pas été concluantes, MD -0,10 L, (95 % CI -0,32 à 0,12 ; 4 études, 252 participants ; données probantes de très faible certitude). Cependant, pour le VEMS, une amélioration a été observée en faveur du groupe d'exercices respiratoires (MD 6,88 %, IC 95 % 5,03 à 8,73 ; cinq études, 618 participants).

Exercices respiratoires contre éducation sur l'asthme

En ce qui concerne la qualité de vie, une étude mesurant l'AQLQ n'a pas été concluante jusqu’à trois mois (MD 0,04, 95 % IC -0,26 à 0,34 ; 1 étude, 183 participants). Lorsqu'ils ont été évalués sur une période de quatre à six mois, les résultats ont favorisé les exercices de respiration (MD 0,38, 95 % IC 0,08 à 0,68 ; 1 étude, 183 participants). Les symptômes d'hyperventilation mesurés par le questionnaire de Nijmegen n'étaient pas concluants jusqu'à trois mois (MD -1,24, 95 % IC -3,23 à 0,75 ; 1 étude, 183 participants), mais favorisaient les exercices respiratoires de quatre à six mois (MD -3,16, 95 % IC -5,35 à -0,97 ; 1 étude, 183 participants).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Mamadou Lamarana Diallo et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.