Traitement de refroidissement dans l'accident vasculaire cérébral (AVC) aigu

Un AVC est un événement potentiellement mortel dans lequel une région du cerveau arrête de fonctionner normalement, soit parce qu'elle ne reçoit plus de sang et d'oxygène, soit parce qu'elle est endommagée par le saignement d'un vaisseau sanguin qui s'est rompu. Des interventions visant à faire baisser la température pourraient protéger le tissu cérébral des lésions pendant un AVC. Des études précédentes ont démontré que les patients dont la température corporelle est inférieure au moment de l'AVC ont de meilleurs résultats que ceux qui ont une température corporelle plus élevée. Pour réduire la mortalité ou l'incapacité, un traitement de diminution de la température est utilisé en chirurgie à cœur ouvert, après un arrêt cardiaque et chez les bébés qui ont pu souffrir d'un manque d'oxygène à la naissance. En revanche, l'effet thérapeutique du traitement de diminution de la température chez les patients souffrant de lésions cérébrales traumatiques est moins prometteur. Malgré ses effets potentiellement bénéfiques, le traitement de diminution de la température pourrait avoir des effets indésirables y compris une infection des voies respiratoires, des thromboses veineuses ou des arythmies cardiaques. Cette revue visait à évaluer les bénéfices et les risques potentiels du traitement de diminution de la température chez des patients victimes d'un AVC aigu. Toutes les études qui comparaient l'utilisation de traitements de diminution de la température physique ou pharmacologique pendant un AVC aigu et la prise en charge médicale habituelle chez des patients victimes d'AVC ont été prises en compte. Les techniques physiques de diminution de la température comprenaient des couvertures de refroidissement, des liquides de refroidissement, des casques de refroidissement et d'autres dispositifs. Les interventions pharmacologiques de diminution de la température comprenaient des médicaments utilisés en vue de faire baisser la température. Les résultats de cinq essais sur la réduction pharmacologique de la température et trois sur la réduction physique de la température, incluant 423 participants victimes d'AVC aigu, ne mettent en évidence aucun bénéfice et aucun effet délétère clinique. Les deux interventions ont été associées à une légère augmentation de l'occurrence d'infections, mais ce résultat n'était pas significatif statistiquement. Un effet cliniquement significatif des traitements de diminution de la température sur les résultats après un AVC n'a pas été démontré, mais ne peut être écarté. De vastes essais cliniques sont par conséquent nécessaires pour évaluer l'effet des traitements de diminution de la température en AVC aigu.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe actuellement aucune preuve issue d'essais randomisés favorable à l'utilisation habituelle de stratégies physiques ou pharmacologiques pour réduire la température chez les patients victimes d'AVC aigu. De vastes essais cliniques randomisés sont nécessaires pour étudier l'effet de ces stratégies.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Il est fréquent que les patients victimes d'un AVC aigu aient une température corporelle élevée, ce qui est associé à de mauvais résultats. Dans les modèles animaux d'ischémie cérébrale focale, le traitement de diminution de la température réduit le volume de l'infarctus. Chez les patients victimes d'un AVC aigu, une baisse de la température pourrait donc améliorer les résultats. Cette revue est une mise à jour d'une revue Cochrane publiée pour la première fois en 1999.

Objectifs: 

Évaluer les effets de stratégies pharmacologiques et physiques visant à faire baisser la température corporelle ou cérébrale chez des patients victimes d'AVC aigu.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre d'essais du groupe Cochrane sur les accidents vasculaires cérébraux (dernière recherche décembre 2007). De plus, nous avons consulté MEDLINE et EMBASE (de janvier 1998 à décembre 2007). Nous avons examiné les références et contacté les auteurs des essais inclus. Pour la version précédente de cette revue, les auteurs ont contacté des entreprises pharmaceutiques et des fabricants d'équipements de refroidissement dans ce domaine.

Critères de sélection: 

Nous avons pris en compte tous les essais cliniques contrôlés randomisés ou non randomisés achevés, publiés ou non publiés, dans lesquels des stratégies pharmacologiques ou physiques, ou les deux, visant à faire baisser la température étaient appliquées à des patients victimes d'AVC ischémique aigu ou d'hémorragie intracérébrale. Les critères de jugement étaient la mortalité ou la dépendance (score de l'échelle Rankin modifié ≥ 3) à la fin du suivi et les effets secondaires.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont appliqué indépendamment les critères d'admissibilité, évalué la qualité des essais et extrait et contre-vérifié les données.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus cinq essais sur la diminution pharmacologique de la température et trois essais sur le refroidissement physique avec au total 423 participants. Nous n'avons trouvé aucun effet statistiquement significatif des traitements pharmacologiques ou physiques de diminution de la température sur la réduction du risque de décès ou dépendance (rapport des cotes (RC) 0,9, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,6 à 1,4) ou de décès (RC 0,9, IC à 95 % de 0,5 à 1,5). Les deux interventions étaient associées à une augmentation non significative de l'occurrence d'infections.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.