Décanoate de zuclopenthixol dans la schizophrénie et d'autres troubles mentaux graves

Résumé en attente.

Conclusions des auteurs: 

Le choix du traitement à effet retard à utiliser doit toujours reposer sur l'avis clinique et les préférences des patients et de leurs soignants. Des données limitées suggèrent cependant qu'il existe des différences réelles entre le décanoate de zuclopenthixol et d'autres traitements à effet retard et que ces différences sont largement favorables au décanoate de zuclopenthixol.

Cette revue souligne la nécessité de développer des essais cliniques comparatifs de bonne qualité afin d'évaluer de manière exhaustive les effets du décanoate de zuclopenthixol chez les patients schizophrènes. Les futures études devront apporter des données concernant l'utilisation des services, la satisfaction vis-à-vis des soins et les résultats économiques. Ces essais devraient présenter une durée supérieure à celle des études incluses (12 mois ou plus).

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Il existe une relation directe entre l'arrêt des médicaments antipsychotiques et le retour des symptômes psychotiques. Plusieurs préparations intramusculaires à action prolongée ont été développées depuis les années 1960 dans l'espoir de réduire la fréquence des rechutes et l'incapacité globale. Ces préparations à effet retard, actives pendant plusieurs semaines de suite, sont fréquemment utilisées chez les patients qui ont du mal à suivre ou à accepter un traitement oral régulier. On craint cependant que toute réduction du taux de rechute associée aux préparations à effet retard ne soit compensée par une augmentation des effets indésirables tels que des troubles du mouvement induits par les médicaments.

Objectifs: 

Comparer le décanoate de zuclopenthixol au zuclopenthixol oral et à d'autres préparations antipsychotiques dans le traitement de la schizophrénie et d'autres troubles mentaux graves de même nature.

La stratégie de recherche documentaire: 

Des recherches électroniques ont été effectuées dans Biological Abstracts (1982-1998), CINAHL (1982-1998), la Bibliothèque Cochrane (numéro 2, 1998), le registre du groupe Cochrane sur la schizophrénie (avril 1998), EMBASE (1980-1998), MEDLINE (1966-1998) et PsycLIT (1974-1998). Les références bibliographiques de toutes les études éligibles ont été consultées afin d'identifier d'autres essais. Le fabricant du zuclopenthixol a été contacté.

Critères de sélection: 

Les critères d'inclusion étaient les suivants : l'étude clinique devait être randomisée, porter sur des patients atteints de schizophrénie ou d'autres troubles mentaux graves accompagnés de symptômes psychotiques, et comparer du décanoate de zuclopenthixol à du zuclopenthixol oral ou d'autres préparations antipsychotiques.

Recueil et analyse des données: 

Les données ont été extraites par deux évaluateurs (EC, MF) de manière indépendante. Les auteurs des essais ont été contactés afin d'obtenir des données supplémentaires et manquantes. Les rapports des cotes et les intervalles de confiance (IC) à 95 % des données dichotomiques homogènes ont été calculés à l'aide de la méthode de Peto. Dans la mesure du possible, le nombre de sujets à traiter (NST) et l'intervalle de confiance à 95 % ont également été calculés.

Résultats principaux: 

Quatre études portant sur du décanoate de zuclopenthixol ont été incluses. Toutes comparaient du décanoate de zuclopenthixol à d'autres préparations à effet retard. Le décanoate de zuclopenthixol prévenait ou retardait les rechutes par rapport à d'autres traitements à effet retard (NST de 8, IC entre 5 et 53). Néanmoins, le décanoate de zuclopenthixol pourrait induire davantage d'effets indésirables (NNN de 5, IC entre 3 et 31) mais limite le recours à des médicaments anticholinergiques par rapport à un groupe d'autres préparations à effet retard (NST de 9, IC entre 5 et 38). Concernant le risque d'arrêt prématuré, une tendance positive était également observée chez les patients recevant du décanoate de zuclopenthixol. Aucune des études ne rapportait de critères de jugement concernant l'utilisation des services, les coûts et la qualité de vie.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.