Les blocages nerveux par anesthésie locale pour les personnes souffrant d'une fracture de la hanche

Contexte : Les blocs nerveux périphériques consistent en l'injection d'anesthésiques à action locale près des nerfs dans le but de bloquer temporairement la transmission de la douleur jusqu'au cerveau. Cette revue a examiné les preuves issues d'essais contrôlés randomisés ayant évalué l'utilisation des blocs nerveux périphériques pour la prise en charge de la douleur chez les personnes présentant une fracture de la hanche.

Dates des recherche : Cet article est une mise à jour d'une revue publiée précédemment. Nous avons mis à jour la recherche en août 2016.

Caractéristiques de l'étude : Nous avons inclus 31 essais (1760 participants adultes : 897 randomisés pour les blocs nerveux périphériques et 863 à l'absence de bloc régional) effectués dans différents pays et publiés entre 1980 et 2016.

Sources de financement des études : Les essais étaient financés par un organisme caritatif (n = 3), par une organisation gouvernementale (n = 1) ou par les ressources du service (n = 5), ou n'indiquaient pas leurs sources de financement.

Principaux résultats : Par rapport à d'autres modalités d'analgésie, les blocs nerveux périphériques utilisés pour traiter la douleur reliée à une fracture de la hanche réduisent mieux la douleur lors des mouvements dans les 30 minutes (équivalant à une différence de -3,4 sur une échelle de 0 à 10 entre les deux modalités d'analgésie). Le risque de pneumonie est également réduit lorsque les blocs nerveux périphériques sont utilisés pour traiter la douleur reliée à une fracture du col du fémur. Pour 7 personnes souffrant d'une fracture de la hanche, une personne en moins développera une pneumonie. Les études n'ont pas rapporté de complications majeures liées à des blocs nerveux périphériques, et celles-ci ont rapporté un délai réduit avant la première mobilisation suite à une opération pour une fracture de la hanche (environ 11 heures plus tôt). Nous n'avons pas identifié suffisamment de participants pour déterminer si le blocage régional mène à des différences en termes de confusion aigüe, d'ischémie du myocarde et de décès dans les six mois après l'opération chirurgicale. Les blocs nerveux périphériques administrés sous la forme d'une injection unique ont conduit à une réduction des dépenses en médicaments analgésiques.

Qualité des preuves : Nous avons évalué la qualité des preuves comme étant élevée pour la réduction de la douleur lors des mouvements dans les 30 minutes, et comme modérée pour la pneumonie, le délai avant la première mobilisation et les dépenses en médicaments analgésiques. Nous avons besoin de plus d'informations avant de pouvoir tirer des conclusions définitives concernant les effets des blocs nerveux périphériques sur le risque de développer un état de confusion aigu, une ischémie du myocarde et sur la mortalité.

Conclusions des auteurs: 

Des preuves de bonne qualité montrent que le blocage régional réduit la douleur lors des mouvements dans les 30 minutes après la mise en place d'un bloc. Des données de qualité modérée montrent une réduction du risque de pneumonie, une réduction de la durée nécessaire avant la première mobilisation et une réduction des dépenses avec ce schéma analgésique (lorsqu'une injection unique est réalisée pour la mise en place d'un bloc).

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les blocs nerveux avec différents agents anesthésiques locaux sont utilisés pour réduire la douleur suite à une fracture de la hanche et suite aux opérations chirurgicales associées. Cette revue a été publiée pour la première fois en 1999 et a été mise à jour en 2001, 2002, 2009 et 2017.

Objectifs: 

Cette revue se concentre sur l'utilisation de blocs nerveux périphériques comme analgésie préopératoire, comme analgésie postopératoire ou comme complément à l'anesthésie générale pour la chirurgie de la fracture du col du fémur. Nous avons entrepris cette mise à jour pour rechercher de nouvelles études et mettre à jour les méthodes de manière à refléter les normes Cochrane.

La stratégie de recherche documentaire: 

Pour la revue mise à jour, nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes : le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, 2016, numéro 8), MEDLINE (Ovid SP, de 1966 à la 1ère semaine d'août 2016), Embase (Ovid SP, de 1988 à la 1ère semaine d'août 2016) et le Cumulative Index to Nursing and Allied Health Literature (CINAHL (EBSCO), de 1982 à la 1ère semaine d'août 2016), ainsi que dans les registres d'essais et les références bibliographiques des articles pertinents.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur l'utilisation des blocs nerveux dans le cadre des soins fournis pour les adultes âgés de 16 ans et plus, souffrant d'une fracture de la hanche.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué de nouveaux essais pour l'inclusion, déterminé la qualité des essais à l'aide de l'outil Cochrane et extrait les données. Lorsque cela était approprié, nous avons regroupé les résultats. Nous avons évalué la qualité des preuves selon l'approche du Groupe de Travail GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 31 essais (1760 participants ; 897 randomisés pour les blocs nerveux périphériques et 863 à l'absence de bloc régional). Les résultats de huit essais totalisant 373 participants montrent que les blocs nerveux périphériques ont réduit la douleur lors des mouvements dans les 30 minutes suite à la mise en place du bloc (différence moyenne standardisée (DMS) -1,41, intervalle de confiance à 95 % (IC) -2,14 à -0,67 ; équivalent à -3,4 sur une échelle de 0 à 10 ; I2= 90 % ; preuves de qualité élevée). L'ampleur de l'effet était proportionnelle à la concentration d'anesthésique local utilisé (P < 0,00001). Sur la base de sept essais avec 676 participants, nous n'avons pas trouvé de différence dans le risque de confusion mentale aiguë (risque relatif (RR) 0,69, IC à 95 % 0,38 à 1,27 ; I 2= 48 % ; preuves de très faible qualité). Trois essais, avec 131 participants, ont rapporté un risque réduit de pneumonie (RR 0,41, IC à 95 % 0,19 à 0,89 ; I2= 3 % ; nombre de sujets à traiter pour obtenir un résultat bénéfique supplémentaire (NSTb) 7, IC à 95 % 5 à 72 ; preuves de qualité modérée). Nous n'avons pas trouvé de différence dans le risque d'ischémie du myocarde ou de décès dans les six mois, mais le nombre de participants inclus était bien inférieur à la quantité optimale d'informations nécessaires pour ces deux critères de jugement. Deux essais portant sur 155 participants ont rapporté que les blocs nerveux périphériques ont également réduit le délai avant la première mobilisation suite à l'opération chirurgicale (différence moyenne de -11,25 heures, IC à 95 % -14,34 à -8,15 heures ; I2= 52 % ; preuves de qualité modérée). Un essai avec 75 participants a indiqué que les dépenses en médicaments analgésiques étaient plus faibles lorsqu'ils étaient administrés lors d'une injection unique durant la mise en place d'un bloc (DMS -3,48, IC à 95 % -4,23 à -2,74 ; preuves de qualité modérée).

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Martin Vuillème et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.