Succion non nutritive pour augmenter la stabilité physiologique et la nutrition chez les nouveau-nés prématurés

Question de la revue

La succion non nutritive augmente-t-elle la stabilité physiologique et la nutrition des nouveau-nés prématurés ?

Contexte

Les nourrissons nés prématurément sont parfois alimentés au moyen d’un tube introduit dans l’estomac (gavage par sonde gastrique) et reçoivent souvent une sucette à téter pour améliorer leur nutrition. En effet, un nouveau-né a besoin de coordonner succion, déglutition et respiration. La capacité de succion et de déglutition est présente dès 28 semaines de gestation, mais les nourrissons ne sont pas complètement coordonnés avant 32 à 34 semaines. Cela signifie donc que les nouveau-nés prématurés, nés à moins de 32 semaines de gestation, sont généralement incapables de téter efficacement au sein ou au biberon. Ils sont donc alimentés au moyen d’un petit tube inséré dans le nez et descendant vers l’estomac (sonde gastrique). Le fait de téter une sucette (succion non nutritive) pendant l’alimentation par gavage pourrait stimuler l’acquisition du comportement de succion et améliorer la digestion des aliments reçus. Cela pourrait aussi avoir un effet calmant sur les nourrissons, mais risque également d’interférer avec l’allaitement au sein.

Caractéristiques de l'étude

Nous avons identifié 12 essais éligibles portant sur un total de 746 nouveau-nés prématurés dans les recherches mises à jour à la date de février 2016.

Principaux résultats

Une analyse globale suggère que la succion non nutritive réduit le temps nécessaire pour que les nourrissons puissent passer du gavage par sonde à l’alimentation complètement orale, ainsi que le délai entre le début de l’alimentation orale et l’alimentation complètement orale. Elle réduit également la durée de séjour à l’hôpital, mais n’a pas donné d’effet positif démontré sur la prise de poids.

Qualité des données probantes

Le nombre de participants dans ces études était réduit et nous avons estimé que la qualité des données concernant les critères d’évaluation qui nous intéressaient était mauvaise ou très mauvaise. De grands essais contrôlés randomisés bien conçus sont nécessaires pour mieux évaluer l’efficacité et l’innocuité de la succion non nutritive comme moyen d’augmenter la stabilité physiologique et la nutrition des nouveau-nés prématurés.

Conclusions des auteurs: 

La méta-analyse a mis en évidence un effet significatif de la succion non nutritive sur la transition du gavage à l’alimentation complètement orale, sur la transition entre le début de l’alimentation orale et l’alimentation complètement orale et sur la durée de séjour à l’hôpital. Aucun des essais n’a rapporté d’effets indésirables. Des études bien conçues et de puissance adéquate fiable, utilisant des méthodes fiables de randomisation, d’assignation secrète du traitement et de mise en aveugle de l’intervention et des évaluateurs, sont nécessaires. Afin de faciliter la méta-analyse de ces données, les recherches futures devraient inclure des mesures de résultats cohérentes avec celles utilisées dans les études précédentes.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La succion non nutritive est utilisée pendant l’alimentation par gavage des nouveau-nés prématurés et lors de la transition du gavage au sein ou au biberon, afin d’améliorer l’acquisition du comportement de succion et la digestion des aliments ingérés par voie entérale.

Objectifs: 

Évaluer les effets de la succion non nutritive sur la stabilité physiologique et la nutrition des nouveau-nés prématurés.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons utilisé la stratégie de recherche standard du groupe de revue Cochrane sur la néonatologie pour consulter le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, 2016, numéro 1), MEDLINE via PubMed (de 1966 au 25 février 2016), Embase (de 1980 au 25 février 2016) et CINAHL (de 1982 au 25 février 2016). Nous avons également effectué des recherches dans les bases de données d’essais cliniques, les actes de conférence et les références bibliographiques d’articles trouvés pour les essais contrôlés randomisés.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés et essais quasi-randomisés comparant la succion non nutritive à l’absence de succion non nutritive chez des nouveau-nés prématurés. Nous avons exclu les essais croisés.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont évalué l’éligibilité et le risque de biais et extrait les données de manière indépendante. Nous avons analysé les effets du traitement dans les différents essais et rapporté les différences moyennes (DM) pour les données continues, avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. Nous avons utilisé un modèle à effets fixes dans des méta-analyses. Nous n’avons pas effectué d’analyses en sous-groupes en raison du petit nombre d’études examinant les critères d’évaluation pertinents. Nous avons utilisé l’approche GRADE pour évaluer la qualité des données probantes.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié 12 essais éligibles portant sur un total de 746 nourrissons prématurés. La méta-analyse, bien que limitée par la qualité des données, a montré un effet significatif de la succion non nutritive sur la transition du gavage à l'alimentation complètement orale (DM -5,51 jours, IC à 95 % de -8,20 à -2,82 ; N = 87), la transition entre le début de l'alimentation orale et l'alimentation complètement orale (DM -2,15 jours, IC à 95 % de -3,12 à -1,17 ; N = 100) et la durée de séjour à l'hôpital (DM -4,59 jours, IC à 95 % de -8,07 à -1,11 ; N = 501). Elle n'a révélé aucun effet significatif de la succion non nutritive sur la prise de poids. Une étude a révélé que le groupe avec succion non nutritive avait une durée du transit intestinal significativement plus courte pendant l'alimentation par gavage que le groupe témoin (DM −10,50 h, IC à 95 % de -13,74 à -7,26 ; N = 30). D'autres études n'ont démontré aucun effet clairement positif de la succion non nutritive sur l'âge auquel les nourrissons sont passés à une alimentation exclusivement orale, sur le nombre de jours entre la naissance et l'allaitement complet ou sur la proportion de nourrissons nourris entièrement au sein à la sortie de l'hôpital, sur les épisodes de bradycardie ou sur les épisodes de désaturation en oxygène. Aucune des études n'a rapporté de résultats négatifs. Ces essais étaient généralement de petite taille et comportaient plusieurs faiblesses méthodologiques, notamment l'absence d'assignation en aveugle de l'intervention et des évaluateurs et la variabilité des mesures de résultats. La qualité des données pour les critères de jugement, évaluée suivant la méthode GRADE, était mauvaise à très mauvaise.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Suzanne Assénat et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.