Prévention des infections fongiques au moyen d'amphotéricine B chez les patients atteints de cancer

Les patients atteints de cancer qui sont traités par chimiothérapie ou qui reçoivent une greffe de moelle osseuse ont un risque accru de contracter des infections fongiques. De telles infections peuvent être mortelles. Des médicaments antifongiques sont donc souvent donnés à ces patients à titre préventive ou quand ils ont de la fièvre. Cette revue a révélé que les complexes lipidiques d'amphotéricine B occasionnaient moins d'effets indésirables (moins de néphrotoxicité et moins d'abandons) que l'amphotéricine B conventionnelle. Toutefois, il n'est pas clair si ces formulations apportent un avantage quelconque lorsque l'amphotéricine B conventionnelle est administrée dans des conditions optimales.

Conclusions des auteurs: 

Il n'est pas clair que les complexes lipidiques aient quelque avantage que ce soit si l'amphotéricine B est administrée dans des conditions optimales, et leur coût élevé en interdit l'utilisation systématique dans la plupart des situations. Il est nécessaire d’effectuer des essais à grande échelle comparant les complexes lipidiques d'amphotéricine B à l'amphotéricine B conventionnelle prise à même dose, avec administration d'une prémédication de routine pour la prévention de la toxicité liée à la perfusion, et avec supplémentation en liquide, en potassium et en magnésium pour la prévention de la néphrotoxicité.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les patients cancéreux qui sont traités par chimiothérapie ou qui reçoivent une greffe de moelle osseuse ont un risque accru de contracter des infections fongiques. De telles infections peuvent être mortelles. Des médicaments antifongiques sont donc souvent donnés à ces patients à titre prophylactique ou quand ils ont de la fièvre.

Objectifs: 

Comparer les bénéfices et les inconvénients de l'amphotéricine B en complexe lipidique et de l'amphotéricine B conventionnelle chez les patients cancéreux présentant une neutropénie.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans PubMed, de 1966 au 7 juillet 2014, et dans les références bibliographiques des articles identifiés.

Critères de sélection: 

Des essais cliniques randomisés comparant des complexes lipidiques d'amphotéricine B avec l'amphotéricine B conventionnelle.

Recueil et analyse des données: 

Les deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué l'éligibilité des essais ainsi que les risques de biais et en ont extrait les données.

Résultats principaux: 

Nous avons trouvé 13 essais (1 960 patients). L'amphotéricine B en complexe lipidique n'était pas plus efficace que l'amphotéricine B conventionnelle sur la mortalité (risque relatif (RR) 0,5 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,64 à 1,14), mais diminuait l'infection fongique invasive (RR 0,65 ; IC à 95 % de 0,44 à 0,97), la néphrotoxicité, définie comme une augmentation de 100 % de la créatinine sérique (RR 0,45 ; IC à 95 % de 0,37 à 0,54), et le nombre d'abandons de l'étude (RR 0,78 ; IC à 95 % de 0,62 à 0,97).

Pour le médicament utilisé chez la plupart des patients, l'AmBisome (4 essais, 1 214 patients), il n'y avait aucune différence significative pour la mortalité (RR 0,77 ; IC à 95 % de 0,54 à 1,10) alors qu'il avait tendance à être plus efficace que l'amphotéricine B conventionnelle sur l'infection fongique invasive (RR 0,63 ; IC à 95 % de 0,39 à 1,01, P = 0,053).

L'AmBisome, l'amphotéricine B dans de l'Intralipide (6 essais, 379 patients), la dispersion colloïdale d'amphotéricine B (ABCD) (2 essais, 262 patients), et l'amphotéricine B en complexe lipidique (ABLC) (1 essai, 105 patients) ont tous diminué la survenue de néphrotoxicité, mais l'amphotéricine B conventionnelle était rarement administrée dans des conditions optimales.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par le Centre Cochrane Français

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.