Réadaptation cognitive chez les patients atteints de schizophrénie et de troubles de même nature

Résumé en attente.

Conclusions des auteurs: 

Les données ne sont pas concluantes et n'apportent aucune preuve de nature à étayer ou réfuter l'efficacité de la réadaptation cognitive en tant que traitement de la schizophrénie.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les chercheurs observent régulièrement que les patients atteints de schizophrénie obtiennent de moins bons résultats que les autres dans une large gamme d'exercices cognitifs, et que ces déficiences persistent même dans les périodes de rémission de la maladie. L'impact perçu du trouble cognitif sur le fonctionnement quotidien a entraîné le développement de techniques de réadaptation cognitive conçues pour remédier à ces déficiences et améliorer le fonctionnement des patients schizophrènes.

Objectifs: 

Déterminer si l'utilisation de techniques de réadaptation cognitive est associée à une amélioration de l'état des patients atteints de schizophrénie et de troubles de même nature.

La stratégie de recherche documentaire: 

Des recherches électroniques ont été effectuées dans Biological Abstracts (1982-1997), le registre des essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie (2000), EMBASE (1980-1997), LILACS (1982-1997), MEDLINE (1966-1997), PsycLIT (1974-1997) et SCISEARCH (1997). Les références de toutes les études identifiées ont fait l'objet d'une recherche manuelle et l'auteur principal de chaque essai inclus a été contacté.

Critères de sélection: 

Les évaluateurs ont inclus les essais randomisés étudiant l'impact de la réadaptation cognitive sur les patients schizophrènes ou atteints de troubles de même nature par rapport à une intervention placebo, une autre intervention ou un traitement standard. Cette version de la revue n'inclut pas de comparaisons entre différents types de réadaptations cognitives.

Recueil et analyse des données: 

Les études pertinentes ont été identifiées et les données extraites de manière fiable par deux évaluateurs travaillant séparément. Dans les études qui ne spécifiaient pas les raisons des sorties d'étude, nous avons considéré qu'aucun changement des mesures de résultats ne s'était produit chez les participants ayant abandonné les études de manière prématurée. Dans la mesure du possible, les rapports des cotes de Peto et les différences moyennes (DM) ont été calculés avec leurs intervalles de confiance (IC) à 95 %.

Résultats principaux: 

Trois petites études remplissaient les critères d'inclusion. Deux comparaient une réadaptation cognitive à une intervention simulée (n total = 84) et la troisième à une ergothérapie (n = 33). Bien que la réadaptation cognitive soit aussi acceptable que le traitement placebo et l'ergothérapie, avec un faible taux d'attrition dans les deux groupes, aucun effet n'était démontré sur les mesures de l'état mental, du comportement social ou du fonctionnement cognitif. Un effet favorable à la réadaptation cognitive et relatif à une mesure de l'estime de soi (Échelle de mesure de l'estime de soi de Rosenberg, DM de 6,3, IC entre 1,07 et 11,53) mériterait d'être reproduit dans de futurs essais.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.