Les colloïdes sont-ils plus efficaces que les cristalloïdes dans la réduction de la mortalité chez les personnes qui sont en phase critique ou blessées ?

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Un traumatisme, des brûlures ou une intervention chirurgicale peuvent entraîner la perte de quantités importantes de sang. La suppléance hydrique, l’administration de liquides par voie intraveineuse (dans une veine) pour remplacer le sang perdu, est utilisée pour essayer de maintenir la pression artérielle et réduire le risque de décès. Des produits sanguins, des produits non sanguins ou des combinaisons sont utilisés, y compris les solutions colloïdales ou cristalloïdes. Les colloïdes sont de plus en plus utilisés, mais ils sont plus chers que les cristalloïdes. La revue des essais n’a mis en évidence aucune preuve que les colloïdes réduisent le risque de décès comparés aux cristalloïdes.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe aucune preuve issues des ECR que la réanimation avec des colloïdes réduit le risque de décès, par rapport à la réanimation avec des cristalloïdes, chez les patients présentant un traumatisme, des brûlures ou après une intervention chirurgicale. Comme les colloïdes ne sont pas associés à une amélioration de la survie, et comme ils sont plus chers que les cristalloïdes, il est difficile de considérer que leur utilisation continue chez ces patients peut être justifiée en dehors du contexte des essais contrôlés randomisés (ECR).

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les solutions colloïdales sont largement utilisées dans la réanimation liquidienne des patients en phase critique. Il existe plusieurs choix de colloïde et il y a actuellement un débat sur l'efficacité relative des colloïdes par rapport aux solutés de cristalloïdes.

Objectifs: 

Évaluer les effets des colloïdes comparés aux cristalloïdes pour la réanimation liquidienne chez les patients en phase critique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les blessures (recherche du 16 mars 2012), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) numéro 3, 2011 (The Cochrane Library), MEDLINE (Ovid) de 1946 à mars 2012, EMBASE (Ovid) de 1980 à mars 2012, Web of Science de l'ISI : Science Citation Index Expanded (de 1970 à mars 2012), Web of Science de l'ISI : Conference Proceedings Citation Index-Science (de 1990 à mars 2012), PubMed (recherche du16 mars 2012), www.clinical trials.gov et www.controlled-trials.com. Nous avons également effectué des recherches dans les bibliographies des études et des articles de revue pertinents.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur des colloïdes comparés à des cristalloïdes, chez des patients nécessitant un remplacement du volume. Nous avons exclu les essais croisés et les essais chez les femmes enceintes et les nouveau-nés.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont extrait les données et évalué la qualité de l'assignation secrète de manière indépendante. Nous avons analysé les essais avec une "double-intervention", comme ceux qui comparent un colloïde dans un cristalloïde hypertonique à un cristalloïde isotonique, séparément. Nous avons stratifié l'analyse selon le type de colloïde et la qualité de l'assignation secrète.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié 74 essais éligibles ; 66 d'entre eux présentaient des données concernant la mortalité.

Les colloïdes comparés aux cristalloïdes

La fraction albumine ou la fraction de protéines plasmatiques - 24 essais ont présenté des données sur la mortalité, incluant un total de 9 920 patients. Le risque relatif (RR) combiné à partir de ces essais était de 1,01 (intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,93 à 1,10). Lorsque nous avons exclu l'essai avec l'assignation secrète de mauvaise qualité, le RR combiné était de 1,00 (IC à 95 % 0,92 à 1,09). L'hydroxy-éthyl-amidon - 21 essais ont comparé l'hydroxy-éthyl-amidon à des cristalloïdes, n = 1 385 patients. Le RR combiné était de 1,10 (IC à 95 % 0,91 à 1,32). La gélatine modifiée - 11 essais ont comparé la gélatine modifiée à un cristalloïde, n = 506 patients. Le RR combiné était de 0,91 (IC à 95 % 0,49 à 1,72). (Lorsque les essais effectués par Boldt et al. ont été retirés des trois analyses précédentes, les résultats sont restés inchangés.)
Le dextrane - neuf essais ont comparé le dextrane à un cristalloïde, n = 834 patients. Le RR combiné était de 1,24 (IC à 95 % 0,94 à 1,65).

Les colloïdes dans un cristalloïde hypertonique comparés à un cristalloïde isotonique

Neuf essais ont comparé le dextrane dans un cristalloïde hypertonique à un cristalloïde isotonique, incluant 1 985 participants randomisés. Le RR combiné était de 0,91 (IC à 95 % 0,71 à 1,06).

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.