Balayage des membranes pour déclencher le travail

Le balayage des membranes est efficace pour provoquer le travail, mais entraîne une gêne, des saignements et des contractions irrégulières.

Le balayage des membranes au cours d'un examen du col de l'utérus est pratiqué pour provoquer le travail chez les femmes à terme. La revue d'essais a découvert que le balayage provoquait le travail et était généralement sûr en cas d'absence d'autres complications. Le balayage réduit la nécessité d'utiliser d'autres méthodes de déclenchement du travail, telles que l'ocytocine ou les prostaglandines. La revue a également découvert que le balayage pouvait provoquer une gêne au cours de la procédure, des saignements et des contractions irrégulières.

Conclusions des auteurs: 

L'utilisation systématique du balayage des membranes à partir de 38 semaines de grossesse ne semble pas produire d'importants bénéfices cliniques. Lorsqu'il est utilisé comme moyen de déclenchement du travail, la réduction de l'utilisation de méthodes de déclenchement plus formelles doit être considérée en prenant en compte la gêne et les autres effets indésirables pour les femmes.

[Remarque : Les 11 références dans la section de classification en attente de la revue pourraient modifier les conclusions de la revue après avoir été évaluées.]

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le balayage des membranes, également appelé décollement des membranes, est une technique relativement simple généralement mise en œuvre sans hospitalisation. Au cours de l'examen vaginal, le médecin introduit son doigt dans l'orifice cervical. Ensuite, le pôle inférieur des membranes est détaché du segment inférieur de l'utérus par un mouvement circulaire du doigt servant pour l'examen. Cette intervention permet de déclencher le travail en augmentant la production locale de prostaglandines et, donc, de réduire la durée de la grossesse ou d'anticiper un déclenchement formel du travail avec de l'ocytocine, des prostaglandines ou une amniotomie. Cette revue fait partie d'une série de revues des méthodes de maturation cervicale et de déclenchement du travail à l'aide d'une méthodologie standardisée.

Objectifs: 

Déterminer les effets du balayage des membranes pour le déclenchement du travail au troisième trimestre.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (le 6 juillet 2004) et les bibliographies des articles identifiés.

Nous avons mis à jour ces recherches le vendredi 31 juillet 2009 et ajouté les résultats à la section de classification en attente.

Critères de sélection: 

Les essais cliniques comparant le balayage des membranes utilisé pour la maturation cervicale ou le déclenchement du travail au troisième trimestre au placebo/à l'absence de traitement ou aux méthodes susmentionnées dans une liste prédéfinie de méthodes de déclenchement du travail.

Recueil et analyse des données: 

Une stratégie a été élaborée pour traiter le volume important et la complexité des données des essais concernant le déclenchement du travail. Cela a impliqué une méthode d'extraction des données en deux phases.

Résultats principaux: 

Vingt-deux essais (2 797 femmes) ont été inclus, dont 20 comparaient le balayage des membranes à l'absence de traitement, trois comparaient le balayage aux prostaglandines et un comparait le balayage à l'ocytocine (deux études ont fourni des informations sur plus d'une comparaison). Les risques de césarienne étaient similaires entre les groupes (risque relatif (RR) 0,90, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,70 à 1,15). Le balayage des membranes, réalisé dans le cadre d'une politique générale chez les femmes à terme, a été associé à une durée réduite de la grossesse et à une fréquence réduite de la poursuite de la grossesse au-delà de 41 semaines (RR 0,59, IC à 95 % 0,46 à 0,74) et de 42 semaines (RR 0,28, IC à 95 % 0,15 à 0,50). Pour éviter le déclenchement formel du travail chez une personne, le balayage des membranes doit être réalisé chez huit femmes (NST = 8). Il n'a été observé aucune preuve d'une différence de risque d'infection maternelle ou néonatale. La gêne au cours de l'examen vaginal et les autres effets indésirables (saignements, contractions irrégulières) ont été plus fréquemment signalés par les femmes assignées au balayage. Les études comparant le balayage à l'administration de prostaglandines ont une taille d'échantillon limitée et ne fournissent pas de preuves de bénéfice.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.