Traitement pharmacologique pour l'aphasie après un accident vasculaire cérébral (AVC)

Un traitement médicamenteux pourrait améliorer la récupération de la perte de l'usage de la parole (aphasie) après un AVC, mais il n'a pas encore été prouvé qu'un médicament est plus bénéfique que nocif. L'aphasie est un problème fréquent après un AVC. Un traitement orthophonique administré par un orthophoniste est le traitement le plus courant pour ce trouble. Certains médicaments ont été utilisés en vue d'améliorer la récupération de la parole. Cette revue de 10 études évaluait six médicaments différents. Le seul médicament pour lequel un bénéfice a été mis en évidence est le piracétam, mais les preuves étaient faibles et des inquiétudes sur sa sécurité ont été levées. Il n'a pas été possible de conclure que le piracétam est plus efficace que le traitement orthophonique pour traiter l'aphasie après un AVC. Des recherches complémentaires sont nécessaires sur les effets du piracétam sur l'aphasie et sur sa sécurité, avant de pouvoir recommander son utilisation habituelle.

Conclusions des auteurs: 

Le traitement médicamenteux par piracétam pourrait être plus efficace dans le traitement de l'aphasie après un AVC. Des recherches complémentaires sont nécessaires pour étudier les effets de médicaments pour l'aphasie, en particulier du piracétam. La sécurité du médicament devrait faire l'objet d'un examen tout particulier. Les investigateurs devraient examiner les effets à long terme et chercher à savoir si ce médicament est plus efficace que le traitement orthophonique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'aphasie décrit un trouble du langage associé à une lésion cérébrale.

Objectifs: 

Évaluer les effets de médicaments sur les capacités linguistiques de personnes souffrant d'aphasie après un AVC.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur les accidents vasculaires cérébraux (dernière recherche : mai 2001) et les références bibliographiques d'articles pertinents jusqu'en décembre 1998. Nous avons également pris contact avec des institutions académiques et d'autres investigateurs pour identifier d'autres essais publiés et non publiés. Nous avons consulté MEDLINE de 1966 à 1998 et CINAHL de 1982 à 1998. Nous avons effectué une recherche manuelle dans l'International Journal of Disorders of Communication de 1969 à 1998.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés comparant (1) tout médicament administré pour améliorer la fonction linguistique versus l'absence de traitement ou versus un placébo, (2) tout médicament administré pour améliorer la fonction linguistique versus un traitement orthophonique, et (3) un médicament administré pour améliorer la fonction linguistique versus un autre médicament donné dans le même but.

Recueil et analyse des données: 

Un relecteur de la revue a recueilli les données et évalué la qualité des essais avec vérification des données indépendantes et conseil méthodologique. S'il était impossible de réaliser une combinaison statistique de différentes études, nous avons recherché des données manquantes. Dans le cas contraire, nous avons fourni une description.

Résultats principaux: 

10 études ont été incluses dans la revue. En général, il n'a pas été possible d'évaluer la qualité méthodologique ; un seul essai rapportait des détails suffisants pour l'analyse. Les médicaments utilisés étaient piracétam, bifémalane, piribédil, bromocriptine, idébénone et Dextran 40. Nous avons trouvé des preuves faibles démontrant que les patients étaient plus susceptibles d'améliorer toute mesure de langage à la fin de l'essai s'ils recevaient un traitement par piracétam (rapport des cotes (RC) 0,46, intervalle de confiance (IC) de 95 % de 0,3 à 0,7). Les patients traités par piracétam n'étaient pas plus susceptibles que les patients sous placébo de ressentir des effets indésirables, y compris le décès (RC 1,29, IC de 95 % de 0,9 à 1,7). Cependant, les différences des taux de mortalité entre les deux groupes ont donné lieu à certaines inquiétudes sur l'augmentation du risque de mortalité avec le piracétam. Il n'a pas été possible de déterminer si le traitement médicamenteux est plus efficace que le traitement orthophonique. Nous n'avons pas été en mesure de déterminer si un médicament est plus efficace qu'un autre.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.