L’exercice en tant que moyen de prévention et de traitement de l’ostéoporose chez les femmes ménopausées

Ce résumé d’une revue systématique Cochrane présente les connaissances actuelles issues de la recherche sur l’effet de l’exercice sur la masse osseuse chez les femmes ménopausées.

La revue montre que pour les femmes ménopausées

-        L’exercice améliore légèrement la densité minérale osseuse.

-        L’exercice réduit légèrement le risque de fracture.


Ces résultats sont peut-être dus au hasard.

Qu’entend-on par ostéoporose et exercice

L’os est une partie vivante se renouvelant en permanence dans notre organisme Au fil du temps, les cellules osseuses se détruisent et sont remplacées par de nouvelles cellules osseuses pour que l'os soit renouvelé et plus fort. Chez une personne atteinte d’ostéoporose, les cellules osseuses ne se développent pas suffisamment vite pour remplacer les anciennes cellules osseuses qui se détruisent. Quand ceci arrive, les os perdent alors des minéraux (comme le calcium). Cela rend les os plus fragiles et plus susceptibles à la rupture même en cas de blessure mineure, comme un faible coup ou une petite chute.

Les interventions d’exercice sont généralement celles qui sollicitent ou chargent mécaniquement les os (lorsque les os supportent le poids du corps ou lorsque le corps oppose une résistance au mouvement, par exemple avec l’utilisation de poids). Ils comprennent l’aérobic, la musculation, la marche et le tai-chi.

Meilleure estimation de l’effet chez les femmes ménopausées qui font de l’exercice

Densité minérale osseuse au niveau de la colonne vertébrale

Les personnes faisant de l’exercice ont subi en moyenne une perte osseuse de 0,85% inférieure aux personnes ne faisant pas d'exercice.

Les personnes faisant différents types d’exercices ont subi en moyenne une perte osseuse de 3,2% inférieure aux personnes ne faisant pas d’exercice.

Densité minérale osseuse au niveau de la hanche

Les personnes faisant de l’exercice ont subi en moyenne une perte osseuse de 1,03% inférieure aux personnes ne faisant pas d'exercice.

Les personnes faisant de la musculation ont eu en moyenne une perte osseuse de 1,03% inférieure.

Fractures

Sur 100 femmes faisant de l’exercice 4 femmes de moins ont eu une fracture. (différence absolue 4%)

7 femmes sur 100 faisant de l’exercice ont eu une fracture.

11 femmes sur 100 n’ayant pas fait d’exercice ont eu une fracture.

Conclusions des auteurs: 

Nos résultats suggèrent qu’il existe un effet relativement faiblement significatif du point de vue statistique, mais possiblement important, sur la densité osseuse par rapport aux groupes témoins. L’exercice est potentiellement un moyen sûr et efficace de prévenir la perte osseuse chez les femmes ménopausées.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L’ostéoporose est une maladie entraînant une augmentation du risque de fractures du squelette en raison de la réduction de la densité du tissu osseux. Le traitement de l’ostéoporose implique généralement l’utilisation d’agents pharmaceutiques. En général, il est considéré que la non-utilisation (périodes prolongées d’inactivité) et le déchargement du squelette favorise la réduction de la masse osseuse, contrairement à la charge mécanique via l’exercice qui augmente la masse osseuse.

Objectifs: 

Examiner l’efficacité des interventions d’exercice en tant que prévention de la perte osseuse et des fractures chez les femmes ménopausées.

La stratégie de recherche documentaire: 

Ce travail a consisté à mettre à jour la stratégie de recherche d’origine en recherchant jusqu'au mois de décembre 2010 dans les bases de données électroniques suivantes : Registre Cochrane d’essais cliniques du groupe musculo-squelettique ; Le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (La librairie Cochrane, 2010 Publication 12) ; MEDLINE; EMBASE ; HealthSTAR ; Sports Discus ; CINAHL ; PEDro ; Web of Science ; Essais cliniques comparatifs ; et AMED. Nous avons tenté d’identifier d’autres études en contactant des experts, en recherchant dans des listes de références et en recherchant dans des registres d’essais.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) satisfaisant à nos critères d'inclusion prédéterminés.

Recueil et analyse des données: 

Des binômes de l’équipe de revue ont extrait les données et évalué la qualité des essais à l’aide de formules prédéterminées. Pour les résultats dichotomiques (fractures), nous avons calculé les rapports de risque (RR) à l’aide d’un modèle à effet fixe. Pour les données continues, nous avons calculé les différences moyennes (DM) de la variation en pourcentage par rapport aux conditions basales. En cas d’hétérogénéité (déterminée par la statistique I2 ), nous avons utilisé un modèle à effets aléatoires.

Résultats principaux: 

Quarante-trois ECR (27 ne figurant pas dans la recherche précédente) avec 4 320 participants ont satisfait aux critères d’inclusion. Le type d’exercice le plus efficace sur la densité minérale osseuse (DMO) pour le col du fémur s’est avéré être l’exercice à haute force sans poids, comme un entraînement musculaire à résistance progressive pour les membres inférieurs (DM 1,03 ; intervalle de confiance (IC) à 95% de 0,24 à 1,82). Les programmes d’exercices combinés sont les plus efficaces pour la DMO au niveau de la colonne (DM 3,22 ; IC à 95% de 1,80 à 4,64) par rapport aux groupes témoins. Des fractures et des chutes ont été rapportées en tant qu’événements indésirables dans certaines études. Aucun effet n’a été rapporté sur le nombre de fractures (rapport des cotes 0,61 : IC à 95%, de 0,23 à 1,64). En général, le rapport des études dans les méta-analyses a été de faible qualité, en particulier en ce qui concerne la génération de séquences, l’assignation secrète, à l’aveugle et la perte de suivi.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.