L'oxygène portatif pour le traitement de la maladie pulmonaire obstructive chronique

Contexte
Certaines personnes atteintes de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) présentent de faibles niveaux d'oxygène dans le sang lorsqu'ils sont au repos ou en mouvement. De faibles niveaux d'oxygène sont connus sous le nom d'hypoxémie. Ces patients peuvent porter sur eux une source d'oxygène (de l'oxygène dans de petites bouteilles, un système portatif d'oxygène liquide ou un concentrateur d'oxygène alimenté par piles), de sorte qu'ils puissent prendre de l'oxygène afin de faciliter l'accomplissement de tâches simples telles que s'habiller, sortir, s'occuper de tâches ménagères ou même se déplacer dans la maison, et pour les aider à respirer. Ces dispositifs d'oxygène portatifs sont appelés « oxygène ambulatoire ».

Question de la revue
Nous avons réalisé cette revue pour déterminer les bénéfices à long terme de l'oxygénothérapie ambulatoire pour les personnes qui ne sont pas gravement hypoxémiques au repos.

Caractéristiques des études
Nous avons examiné les essais contrôlés randomisés qui comparaient l'oxygène ambulatoire par rapport à un placebo (air normal). Nous avons trouvé quatre études portant sur 331 personnes dont l'âge moyen était de 71 ans. Deux des études incluses ont été réalisées en Australie, une en Nouvelle Zélande et la dernière au Canada. La méthode d'administration et la dose d'oxygène étaient variables, bien que l'équipement dans tous les cas se composait de bouteilles légères ou portatives au débit allant de 3 l/min à 6 l/min. La durée rapportée du suivi final était de 12 semaines dans trois études et de deux semaines dans l'étude de Nonoyama.

Résultats principaux
Nous avons constaté que l'oxygénothérapie ambulatoire réduisait l'essoufflement et diminuait le nombre de patients qui se sentaient fatigués. Cependant, la distance que les patients étaient capables de marcher en cinq à six minutes ainsi que la survie (taux de décès) n'ont pas changé.

Qualité des preuves

La qualité globale des preuves issues des études dans cette revue était modérée. La façon dont les études ont été réalisées (méthodes) n'était pas entièrement rapportée. Il manquait à la plupart des études le plan d'étude prépublié (protocole).

Bilan
Sur la base de cette revue, il n'est pas possible de déterminer si l'oxygénothérapie ambulatoire doit être administrée pendant l'exercice ou lors des activités quotidiennes chez les patients atteints de MPOC qui ne sont pas gravement hypoxémiques au repos.

Ce résumé Cochrane en langue simplifiée est à jour en novembre 2012.

Conclusions des auteurs: 

Chez les patients atteints de BPCO avec une hypoxie modérée, les preuves actuelles sur l'oxygénothérapie ambulatoire démontrent des améliorations dans la dyspnée après l'exercice et dans le domaine de la dyspnée et de la fatigue de la qualité de vie. Cependant, des preuves n'ont pas été mises en évidence dans cette revue concernant l'utilité clinique et l'efficacité de l'oxygène ambulatoire dans l'amélioration de la mortalité et de la capacité d'exercice. Des ECR méthodologiquement rigoureux avec une puissance statistique suffisante pour détecter une différence sont nécessaires pour examiner le rôle de l'oxygène ambulatoire dans la prise en charge de la BPCO.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) souffrent fréquemment d'hypoxémie transitoire (faible taux d'oxygène dans le sang) à l'exercice, nécessitant une oxygénothérapie afin d'améliorer l'essoufflement et la capacité d'exercice et réduire l'incapacité. L'oxygénothérapie ambulatoire fait référence à la fourniture d'oxygénothérapie pendant l'exercice et les activités de la vie quotidienne. L'oxygénothérapie ambulatoire est souvent utilisée par les patients sous oxygénothérapie de long terme (OTLD) pendant l'exercice ou par des usagers non-OTLD avec ou sans hypoxémie de repos lorsqu'ils montrent des signes de désaturation à l'effort et démontrent une amélioration de la capacité d'exercice avec de l'oxygène d'appoint.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité à plus long terme de l'oxygénothérapie ambulatoire uniquement chez les patients atteints de BPCO qui ne remplissent pas les critères pour l'OTLD, en ce qui concerne l'amélioration de la capacité d'exercice, la mortalité, la qualité de vie et d'autres mesures pertinentes d'amélioration.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les voies respiratoires, y compris MEDLINE, EMBASE et CINAHL, a été consulté. Des registres d'essais cliniques en ligne, y compris Controlled Clinical Trials (www.controlled-trials.com), des registres gouvernementaux (clinicaltrials.gov) et de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) (www.who.int/trialsearch), ont été examinés pour des études en cours ou récemment terminées. Les bibliographies des études incluses ont été consultées pour rechercher d'autres essais remplissant potentiellement les critères d'inclusion et qui n'auraient pas été retrouvés par la stratégie de recherche documentaire décrite ci-dessus. Les auteurs des essais identifiés ont été contactés afin d'obtenir d'autres études publiées et non publiées. Les recherches étaient à jour en novembre 2012.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) comparant l'oxygénothérapie ambulatoire administrée par des bouteilles d'oxygène portatives, des dispositifs alimentés par piles ou des bidons d'oxygène liquide par rapport à des bouteilles d'air placebo, les soins médicaux habituels ou une co-intervention chez des participants atteints de BPCO qui n'étaient pas éligibles pour l'OTLD.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les méthodes standard prévues par la Collaboration Cochrane.

Résultats principaux: 

Quatre études remplissaient les critères d'inclusion (331 participants), dont deux ont démontré un avantage statistiquement et cliniquement significatif en faveur de l'intervention pour la dyspnée après l'exercice. Dans le domaine de la qualité de vie, pour les quatre études incluses, un bénéfice statistiquement significatif a été détecté pour les sous-catégories de la dyspnée et de la fatigue, en faveur du groupe sous oxygène (dyspnée : différence moyenne (DM) 0,28, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,10 à 0,45 ; P = 0,002 ; fatigue : DM 0,17, IC à 95 % de 0,04 à 0,31 ; P = 0,009). Aucune preuve d'un quelconque effet n'a été rapportée pour la survie, et des bénéfices limités ont été observés pour la capacité d'exercice (telle que mesurée par l'épreuve du marchepied et le test de distance de marche), une étude montrant une amélioration statistiquement significative dans le nombre de pas pris dans le groupe sous oxygène pour les études de groupes N = 1 uniquement. Aucun autre bénéfice statistiquement significatif n'a été observé pour la capacité d'exercice dans les autres essais ou études N = 1 individuelles.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.