Sulfate de magnésium versus phénytoïne en cas d'éclampsie

Pour les femmes atteintes d'éclampsie, le sulfate de magnésium est plus efficace que la phénytoïne pour prévenir les crises ultérieures et d'autres problèmes de santé chez les femmes et leurs bébés.

Entre deux et huit femmes enceintes sur 100 développent une pré-éclampsie (toxémie), ce qui signifie généralement qu'elles ont une tension artérielle élevée et des protéines dans les urines. Quelques femmes atteintes de pré-éclampsie présenteront également des convulsions, c'est ce qu'on appelle l'éclampsie. L'éclampsie est rare : dans les pays à revenus élevés, deux à trois femmes enceintes sur 10 000 sont atteintes d'éclampsie et 16 à 69 femmes enceintes sur 10 000 en sont victimes dans les pays à faibles et moyens revenus. Il s'agit d'une affection importante, car les femmes qui souffrent d'éclampsie présentent un risque élevé de maladie grave et de décès. Plus d'un demi-million de femmes décèdent chaque année dans le monde en raison de complications lors de la grossesse et de l'accouchement et 99 % de ces décès concernent des femmes vivant dans des pays à faibles et moyens revenus. À l'échelle mondiale, 15 % des cas de mortalité maternelle sont associés à l'éclampsie.

La revue portant sur sept essais, impliquant 972 femmes, a découvert que le sulfate de magnésium était sensiblement plus efficace que la phénytoïne pour réduire le risque de mortalité maternelle et de crises ultérieures. Il semble également plus sûr pour le bébé. D'autres médicaments (le diazépam et un cocktail lytique) ont également été comparés au sulfate de magnésium pour les femmes atteintes d'éclampsie dans d'autres revues ; le sulfate de magnésium était également sensiblement plus efficace que ces médicaments.

Conclusions des auteurs: 

Pour les femmes atteintes d'éclampsie, le sulfate de magnésium, plus que la phénytoïne, réduit le risque relatif de récurrence des convulsions, réduit probablement le risque de mortalité maternelle et améliore les critères de jugement pour les bébés. Le sulfate de magnésium est le médicament de choix pour les femmes atteintes d'éclampsie. L'utilisation de la phénytoïne devrait être abandonnée.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'éclampsie, l'apparition de convulsions associées à une pré-éclampsie, reste une complication rare, mais grave de la grossesse. Un certain nombre d'anticonvulsivants différents sont utilisés pour contrôler les crises d'éclampsie et prévenir les crises ultérieures.

Objectifs: 

L'objectif de cette revue était d'évaluer les effets du sulfate de magnésium comparé à la phénytoïne dans le cadre d'une utilisation pour soigner les femmes atteintes d'éclampsie. Le sulfate de magnésium est comparé au diazépam et à un cocktail lytique dans d'autres revues Cochrane.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (le 30 avril 2010).

Critères de sélection: 

Les essais randomisés comparant le sulfate de magnésium (administration intraveineuse ou intramusculaire) à la phénytoïne pour les femmes ayant reçu un diagnostic clinique d'éclampsie.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont évalué la qualité méthodologique des essais et extrait des données.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus les données de sept essais impliquant un total de 972 femmes. Un essai à grande échelle (775 femmes) était de bonne qualité. Le sulfate de magnésium a été associé à une réduction sensible de la récurrence des convulsions comparé à la phénytoïne (six essais, 972 femmes ; risque relatif (RR) 0,34, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,24 à 0,49). La tendance de la mortalité maternelle est en faveur du sulfate de magnésium, mais la différence ne revêt pas de signification statistique (trois essais, 847 femmes ; RR 0,50, IC à 95 % 0,24 à 1,05). Il a été observé des réductions du risque de pneumonie (un essai, RR 0,44, IC à 95 % 0,24 à 0,79), de la ventilation (un essai, RR 0,68, IC à 95 % 0,50 à 0,91) et de l'admission dans un service de soins intensifs (un essai, RR 0,67, IC à 95 % 0,50 à 0,89) associées à l'utilisation du sulfate de magnésium par rapport à la phénytoïne.

Concernant les bébés, le sulfate de magnésium a été associé à un moins grand nombre d'admissions dans des unités de soins intensifs néonatals (un essai, 518 bébés ; RR 0,73, IC à 95 % 0,58 à 0,91) et à un moins grand nombre de bébés qui décédaient ou étaient admis dans des unités de soins intensifs néonatals pendant plus de sept jours (un essai, 643 bébés ; RR 0,77, IC à 95 % 0,63 à 0,95) par rapport à la phénytoïne. Il n'y avait pas de différence nette dans le nombre de décès périnataux (deux essais, 665 bébés ; RR 0,85, IC à 95 % 0,67 à 1,09).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.