Glycérol dans l'accident vasculaire cérébral (AVC) aigu

Les preuves ne sont pas suffisantes pour déterminer si le glycérol peut réduire les effets incapacitants de la tuméfaction cérébrale en cas d'AVC aigu. La tuméfaction cérébrale (ou œdème) est une cause principale de décès précoce et d'incapacité à long terme après un AVC (un accident soudain dans le cerveau dû soit au blocage d'une artère alimentant le cerveau, soit à la rupture et au saignement d'une artère dans ou vers le cerveau). Une solution à 10 % de glycérol pourrait réduire la tuméfaction cérébrale et ainsi réduire le risque de décès et d'incapacité à long terme après un AVC. La revue a trouvé certaines preuves selon lesquelles le glycérol améliore la survie à court terme après un AVC, mais ces preuves n'étaient pas assez nombreuses pour déterminer si le glycérol aide à éviter l'incapacité après un AVC. Les effets indésirables du traitement par glycérol ne se sont pas souvent produits, mais dans quelques cas, du sang dans les urines des patients traités ont été rapportés (cela s'est arrêté avec l'interruption du traitement par glycérol). Des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue systématique révèle un effet favorable du traitement par glycérol sur la survie à court terme des patients ayant fait un AVC ischémique probable ou avéré, mais les intervalles de confiance étaient larges et la magnitude de l'effet thérapeutique pourrait n'être que minime. Le nombre de patients étant relativement réduit et attendu que les essais ont été réalisés avant l'utilisation des examens tomodensitométriques, les résultats doivent être interprétés avec prudence. Le manque de preuves quant à un avantage sur la survie à long terme n'est pas favorable à l'utilisation habituelle d'un traitement par glycérol chez les patients victimes d'un AVC aigu.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'œdème cérébral est une cause majeure de décès précoce après un AVC. Une solution à 10 % de glycérol est un agent hyperosmolaire qui serait capable de réduire l'œdème cérébral.

Objectifs: 

Déterminer si le traitement par glycérol intraveineux en cas d'AVC aigu, qu'il soit ischémique ou hémorragique, influence les taux de mortalité et le résultat fonctionnel à court ou à long terme et si le traitement est sûr.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur les accidents vasculaires cérébraux (janvier 2003) et prix contact avec certains auteurs d'essais.

Critères de sélection: 

Toutes les comparaisons terminées, randomisées et quasi-randomisées, contrôlées, publiées et non publiées, évaluant le résultat clinique et dans lesquelles le traitement par glycérol intraveineux était initié dans les premiers jours après le déclenchement de l'AVC.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont appliqué indépendamment le critère d'inclusion, évalué la qualité des essais et extrait les données ; cela a ensuite été vérifié par tous les co-auteurs de la revue. La mortalité, toutes causes confondues, le résultat fonctionnel et les effets indésirables ont été analysés.

Résultats principaux: 

Onze essais terminés, randomisés comparant le glycérol intraveineux et un groupe témoin ont été pris en compte. L'analyse de la mortalité pendant la période de traitement prévue, en cas d'AVC ischémique et/ou hémorragique, a été possible dans 10 essais où 482 patients traités par glycérol étaient comparés à 463 patients témoins. Le glycérol était associé à une réduction non significative des risques de décès pendant la période de traitement prévue (rapport des cotes (RC) 0,78, intervalles de confiance (IC) de 95 % de 0,58 à 1,06). Parmi les patients ayant subi un AVC ischémique avéré ou probable, le glycérol a été associé à une réduction significative des risques de décès pendant la période de traitement prévue (RC 0,65, IC de 95 % de 0,44 à 0,97). Cependant, à la fin de la période de suivi prévue, aucune différence significative n'a été observée au niveau des risques de décès (RC 0,98, IC de 95 % entre 0,73 et 1.31). Le résultat fonctionnel n'était rapporté que dans deux études, mais un nombre significativement plus élevé de patients présentaient un bon résultat à la fin du suivi prévu (RC 0,73, IC de 95 % de 0,37 à 1,42). L'hémolyse semble être le seul effet indésirable important du traitement par glycérol.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.