Décompression abdominale prénatale pour une hypertension maternelle ou un retard de croissance du fœtus

La décompression abdominale a d'abord été utilisée pour augmenter le flux sanguin et le mouvement vers l'avant de l'utérus pendant les contractions au cours du travail en tant que moyen de soulager la douleur. Un dôme rigide couvert est placé sur l'abdomen et l'espace autour de l'abdomen est décompressé à une valeur de -50 à -100 mm de Hg pendant 15 à 30 secondes, chaque minute, pendant 30 minutes, une à trois fois par jour, ou en continu pendant le travail. Des observations selon lesquelles le bien-être fœtal semblait être amélioré ont conduit à son étude en cas de complications de la grossesse.

Trois études contrôlées randomisées incluant un total de 356 femmes enceintes ont été identifiées à partir d'une recherche dans la littérature médicale, toutes avec la possibilité de contenir de graves limitations méthodologiques. Les études ont été rapportées entre 1967 et 1973. Une étude portait sur des femmes présentant une pré-éclampsie, une hypertension artérielle essentielle, ou une néphrite chronique. Les deux autres essais ont affecté des femmes portant des bébés qui étaient petits pour leur âge gestationnel à une décompression ou à l'absence de décompression abdominale.

La décompression abdominale semblait avoir un effet bénéfique sur l'évolution de la pré-éclampsie. Ce même essai a également signalé moins de détresse fœtale pendant le travail et un nombre moins élevé de scores Apgar bas à 1 minute dans le groupe ayant bénéficié de la décompression abdominale. L'importante amélioration apparente du poids à la naissance et de la mortalité périnatale signalée dans les trois études est suffisamment frappante pour justifier une évaluation plus poussée de la décompression abdominale en cas de retard de croissance du fœtus et peut-être pour les femmes atteintes de pré-éclampsie, par le biais d'essais contrôlés robustes au plan méthodologique. En raison des lacunes méthodologiques mentionnées ci-dessus, l'utilisation clinique de la décompression abdominale ne peut pas être encouragée sur la base des essais actuels.

Conclusions des auteurs: 

En raison des limitations méthodologiques des études, les effets de la décompression abdominale thérapeutique ne sont pas clairs. Les améliorations apparentes du poids à la naissance et de la mortalité périnatale justifient une évaluation plus poussée de la décompression abdominale lorsqu'il existe un retard de croissance du fœtus et peut-être pour les femmes atteintes de pré-éclampsie.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La décompression abdominale a été développée comme un moyen de soulager la douleur pendant le travail. Elle a également été utilisée pour des complications de la grossesse, et chez des femmes enceintes en bonne santé dans le but d'améliorer le bien-être fœtal et le développement intellectuel.

Objectifs: 

L'objectif de cette revue était d'évaluer les effets de la décompression abdominale prénatale pour une hypertension maternelle ou un retard de croissance du fœtus, sur l'issue périnatale.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (jeudi 2 février 2012).

Critères de sélection: 

Des essais randomisés ou quasi-randomisés comparant la décompression abdominale à l'absence de décompression chez des femmes présentant une pré-éclampsie et/ou des fœtus supposés être en souffrance.

Recueil et analyse des données: 

L'éligibilité et la qualité des essais ont été évaluées par un auteur de la revue.

Résultats principaux: 

Trois études ont été incluses, toutes avec la possibilité de contenir des biais importants. La décompression abdominale thérapeutique a été associée aux réductions suivantes : la pré-éclampsie persistante (risque relatif 0,36, intervalle de confiance à 95 % 0,18 à 0,72) ; la détresse fœtale pendant le travail (risque relatif 0,37, intervalle de confiance à 95 % 0,19 à 0,71) ; le faible poids à la naissance (risque relatif 0,50, intervalle de confiance à 95 % 0,40 à 0,63) ; les scores Apgar inférieurs à six à une minute (risque relatif 0,26, intervalle de confiance à 95 % 0,12 à 0,56) ; et la mortalité périnatale (risque relatif 0,39, intervalle de confiance à 95 % 0,22 à 0,71).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.