Podcast: Effets des interventions nutritionnelles dans les bidonvilles des pays à revenu faible ou intermédiaire

Les revues Cochrane couvrent un large éventail de problèmes liés à une bonne nutrition pour les enfants et les adultes et la collection a été complétée en juin 2019 par une revue consacrée aux problèmes rencontrés par les jeunes enfants vivant dans les bidonvilles des pays à revenu faible ou intermédiaire. Nous avons demandé à l'auteure principale, Sophie Goudet du Centre pour la santé mondiale et le développement humain de l'Université de Loughborough, au Royaume-Uni, de nous parler de la nécessité de cet examen et de ce qu'il avait révélé.

- Lire la transcription

Nicole: Les revues Cochrane couvrent un large éventail de problèmes liés à une bonne nutrition pour les enfants et les adultes et la collection a été complétée en juin 2019 par une revue consacrée aux problèmes rencontrés par les jeunes enfants vivant dans les bidonvilles des pays à revenu faible ou intermédiaire. Nous avons demandé à l'auteure principale, Sophie Goudet du Centre pour la santé mondiale et le développement humain de l'Université de Loughborough, au Royaume-Uni, de nous parler de la nécessité de cet examen et de ce qu'il avait révélé.

Sophie: ONU-Habitat estime qu’au moins un milliard de personnes vivent dans des bidonvilles, c’est-à-dire des zones des villes qui n’ont pas un accès adéquat aux soins de santé, à l’eau salubre et à l’assainissement. Plus de 90% de ces bidonvilles se trouvent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire, les habitants vivant généralement dans la pauvreté et disposant de peu de sécurité alimentaire. L'une des conséquences d'un régime alimentaire inadéquat est que les enfants auront une taille trop petite pour leur âge, ce qui est appelé retard de croissance. Il est associé à une plus grande susceptibilité à l’infection, à des problèmes cognitifs et comportementaux et à une baisse du rendement et des revenus au travail des adultes.
Les interventions nutritionnelles pourraient constituer un moyen d'éviter cela, et notre analyse constitue la première évaluation complète et systématique de l'impact de ces interventions sur la croissance des jeunes enfants vivant dans des zones de pauvreté urbaine.
Nous avons inclus 15 études portant sur plus de 9 000 enfants de moins de cinq ans et touchant près de 4 000 femmes enceintes. Diverses interventions ont été testées, notamment l’éducation nutritionnelle de la mère, la supplémentation en nutriments des mères, des nourrissons et des enfants, comme l’ajout de zinc ou de fer, le renforcement des systèmes de nutrition et une combinaison de ces éléments. Aucune des études n'a modifié le régime en fournissant aux familles des aliments supplémentaires provenant de sources locales et en leur permettant de les utiliser comme bon leur semblait.
Nous avons jugé que la qualité scientifique des études était très faible à modérée, principalement parce qu’elles n’avaient pas été conçues pour faire face aux problèmes liés à la recherche dans les bidonvilles. Ces défis incluent la mobilité des gens qui rend difficile de continuer à leur fournir des suppléments ou de surveiller la taille des enfants.
Sur la base de tout ce que nous avons trouvé, nous pouvons conclure qu’il n’existe aucune preuve d’un effet de la supplémentation en zinc des femmes enceintes sur la taille de leurs nouveau-nés, il n’est pas clair si une supplémentation en nutriments augmente la taille des enfants et l’impact des interventions d’activités de nutrition dans les services de santé est incertain. Sur une note plus positive, éduquer les mères à bien se nourrir pendant leur grossesse a permis d’accroître le poids de leur bébé à la naissance.
En résumé, notre analyse met en évidence la nécessité de mieux comprendre les environnements de zones urbaines pauvres et les personnes qui y vivent, notamment parce que les interventions que nous avons incluses se sont avérées fructueuses dans d’autres contextes. Une recherche de qualité est nécessaire sur les effets des interventions multisectorielles, combinant des méthodes et des programmes sensibles à la nutrition et sensibles, ainsi que sur les effets des pratiques et politiques «en amont» des gouvernements, des organisations non gouvernementales et du secteur des entreprises afin d’améliorer le faible poids à la naissance et le retard de croissance dans les environnements urbains défavorisés.

Nicole: Pour lire l’étude actuelle et connaître les mises à jour futures si des recherches aussi nécessaires sont effectuées, il suffit d’aller en ligne à la Bibliothèque Cochrane, dot com, puis de rechercher 'nutrition in slums'.

Fermer la transcription
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.