Conductivité électrique dans la détection de la carie dentaire précoce

Pourquoi est-il important d'améliorer la détection des caries dentaires ?

Les dentistes cherchent souvent à identifier les caries qui ont déjà atteint un niveau nécessitant une obturation. Si les dentistes ont pu détecter une carie dentaire alors qu'elle n'a affecté que la couche superficielle de la dent (émail), il est alors possible d'éviter à la carie de se propager davantage et de prévenir le besoin d’obturation. Il est également important d'éviter un résultat faussement positif, en conduisant un traitement en l'absence de carie.

Quel est l’objectif de cette revue ?

L'objectif de cette revue Cochrane était de déterminer la précision des appareils de conductivité électrique (appareils non invasifs qui envoient un courant électrique à la surface de la dent) pour la détection et le diagnostic des caries dentaires précoces dans le cadre du « bilan de santé » dentaire des enfants et des adultes qui consultent leur dentiste généraliste. Les chercheurs de Cochrane ont inclus sept études publiées entre 1997 et 2018 pour répondre à cette question.

Qu'étudie cette revue ?

Deux dispositifs de conductivité électrique ont été inclus dans cette revue : l’Electronic Caries Monitor (EMC®) (quatre études) et le CarieScan Pro® (trois études). Tous deux placent une sonde sur la dent qui mesure la conductivité électrique de ce point de la dent. Nous avons étudié les caries sur les surfaces occlusales (surfaces de mastication des dents postérieures), les surfaces proximales (surfaces des dents qui sont proches les unes des autres), et les surfaces lisses proches de la langue, des joues et des lèvres.

Quels sont les principaux résultats de cette revue ?

Les chercheurs de Cochrane ont inclus sept études portant sur un total de 719 sites ou surfaces dentaires pour répondre à cette question. En raison du petit nombre de sites dentaires ou d'études de surface, les résultats sont très imprécis. Nous n'avons pas trouvé de différence significative dans la précision selon le type d'appareil ou les dents des enfants/adolescents et des adultes.

Les résultats des études de cette revue sont-ils fiables ?

Nous n'avons inclus que les études qui évaluaient les dents saines ou celles que l'on pensait atteintes de caries précoces. En effet, les dents présentant une carie profonde sont plus faciles à identifier. Cependant, la manière dont les études ont été menées a posé quelques problèmes. Ainsi, les dispositifs de conductivité électrique peuvent sembler plus précis qu'ils ne le sont réellement, ce qui augmente le nombre de résultats de test corrects des dispositifs de conductivité électrique. Nous avons jugé que le niveau de confiance des données probantes était très faible en raison de la façon dont les études ont sélectionné leurs participants, du nombre relativement faible de surfaces étudiées et de la variabilité des résultats.

À qui s’appliquent les résultats de cette revue ?

Les études incluses dans la revue ont été réalisées au Brésil, au Royaume-Uni, au Danemark et en Turquie. Trois études ont effectué les tests sur des dents extraites et quatre études ont été réalisées dans un hôpital odontologique.

Quelles sont les implications de cette revue ?

Le manque d'études éligibles et la variabilité dans les résultats des études signifient qu'à l'heure actuelle, nous sommes très incertains de l'efficacité des dispositifs de conductivité électrique dans la détection et le diagnostic de la carie dentaire précoce.

Cette revue est-elle à jour ?

Les auteurs de la revue ont recherché et utilisé des études publiées jusqu'au 26 avril 2019.

Conclusions des auteurs: 

La conception et la réalisation d'études visant à déterminer la précision diagnostique des méthodes de détection et de diagnostic des caries in situ sont particulièrement complexes. Les données probantes en faveur de la détection et du diagnostic des caries au moyen d'appareils à conductivité électrique sont rares. Les nouveaux dispositifs de conductivité électrique sont prometteurs et des recherches supplémentaires sur le seuil de carie de l'émail, utilisant une conception d'étude robuste pour minimiser les biais, sont justifiées. En termes d'applicabilité, toute étude future devrait être réalisée dans un cadre clinique afin de fournir une évaluation réaliste dans la cavité buccale où la plaque, les taches et les restaurations peuvent être problématiques.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les caries sont l'une des affections les plus répandues et les plus faciles à prévenir dans le monde. Une grande variété d'options de gestion est disponible à différents seuils de la maladie, allant des stratégies préventives non opératoires telles que l'amélioration de l'hygiène buccale, une alimentation réduite en sucre et l'application de fluorure topique, aux traitements peu invasifs pour les lésions précoces qui sont limitées à l'émail, en passant par l'ablation sélective et la restauration pour les lésions étendues. La pierre angulaire de la détection des caries est l'examen dentaire visuel et tactile. Cependant, un nombre croissant de méthodes de détection des lésions carieuses ont été proposées, qui pourraient potentiellement assister les méthodes traditionnelles de détection et de diagnostic. Une identification plus précoce de la maladie pourrait offrir aux patients la possibilité de recevoir un traitement moins invasif avec une destruction moindre des tissus dentaires, réduire le recours à des procédures thérapeutiques générant des aérosols, et entraîner potentiellement une réduction du coût des soins pour le patient et les services de santé.

Objectifs: 

Notre objectif principal était de déterminer la précision diagnostique de différents appareils de conductivité électrique pour la détection et le diagnostic des caries dentaires coronaires non cavitaires dans différentes populations (enfants, adolescents et adultes) et lorsqu'ils sont testés par rapport à différents standards de référence.

Stratégie de recherche documentaire: 

Le spécialiste de l'information du groupe Cochrane sur la santé bucco-dentaire a entrepris une recherche dans les bases de données suivantes : MEDLINE Ovid (de 1946 au 26 avril 2019) ; Embase Ovid (de 1980 au 26 avril 2019) ; US National Institutes of Health Ongoing Trials Register (ClinicalTrials.gov, jusqu'au 26 avril 2019) ; et le Système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'OMS (jusqu'au 26 avril 2019). Nous avons étudié des listes bibliographiques ainsi que des articles de revues systématiques publiés.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les études sur la précision diagnostique qui comparaient les dispositifs de conductivité électrique à un standard de référence, à savoir l'histologie ou un examen visuel à l'aide d'aides optiques. Il s'agit notamment d'études prospectives qui évaluent la précision diagnostique de tests index uniques et d'études qui comparent directement deux ou plusieurs tests index. Nous avons inclus les études utilisant des dents préalablement extraites ou celles qui recrutaient des participants ayant des dents supposées saines ou présentant des lésions précoces limitées à l'émail.

Les études qui recrutaient explicitement des participants présentant des lésions plus avancées atteignant la dentine ou franchement cavitaires ont été exclues.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont extrait les données indépendamment en utilisant un formulaire d'extraction de données d'études pilotes basé sur l’instrument QUADAS-2 (Quality Assessment of Diagnostic Accuracy Studies 2). La sensibilité et la spécificité avec des intervalles de confiance (IC) à 95 % ont été rapportés pour chaque étude. Ces informations ont été affichées sous forme de graphiques en forêt couplés, et des courbes SROC (summary receiver operating characteristic), affichant les points de sensibilité-spécificité pour chaque étude. En raison de la variabilité des seuils, nous avons estimé la précision du diagnostic à l'aide du modèle aléatoire hiérarchique HSROC (hierarchical summary receiver operating characteristic).

Résultats principaux: 

Nous avons inclus sept études rapportant un total de 719 sites ou surfaces dentaires, avec une prévalence globale de la condition cible de 73 % (528 sites ou surfaces dentaires). Les études incluses ont évalué deux tests d'indexation : l’Electronic Caries Monitor (EMC®) (quatre études, 475 surfaces dentaires) et le CarieScan Pro® (trois études, 244 surfaces dentaires). Six études ont utilisé l'histologie comme standard de référence, une a utilisé un examen visuel à l'aide d'aides optiques. Aucune étude n'a été considérée comme présentant un faible risque de biais dans les quatre domaines ou un faible risque d'applicabilité, ou les deux. Toutes les études présentaient un risque élevé (cinq études) ou pas clair (deux études) de biais pour le domaine de la sélection des patients. Nous avons jugé que deux études présentaient un risque de biais pas clair pour le domaine du test index, et qu'une étude présentait un risque de biais élevé pour les domaines du standard de référence et du débit et de la synchronisation. Nous avons jugé que trois études présentaient un faible risque d'applicabilité pour la sélection des patients, et que les sept études étaient peu préoccupantes pour les domaines de la norme de référence et du débit et de la synchronisation.

Les études ont été synthétisées en utilisant une méthode hiérarchique de méta-analyse. Les résultats des différentes études étaient variables, avec des sensibilités allant de 0,55 à 0,98 et des spécificités allant de 0 à 1,00. Ces valeurs extrêmes de spécificité pourraient s'expliquer par un faible nombre de surfaces dentaires saines dans les échantillons inclus. Le rapport des cotes de diagnostic était de 15,65 (IC à 95 % : 1,43 à 171,15), ce qui témoigne de la variabilité des études incluses. Grâce à la méta-régression, nous n'avons observé aucune différence significative dans la précision en fonction du type de dispositif ou de la dentition. En raison du petit nombre d'études, nous n'avons pas été en mesure d'examiner formellement d'autres sources potentielles d'hétérogénéité.

Nous avons jugé que le niveau de confiance des données probantes était très faible, et l’avons abaissé concernant le risque de biais en raison des limites de la conception et de la conduite des études incluses, de l'imprécision découlant du nombre relativement faible de surfaces étudiées, et de l'incohérence due à la variabilité des résultats.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Emmanuel Gouet et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.