Acupuncture dans les cas des douleurs lombaires chroniques non spécifiques

Problématique de la revue

L'acupuncture permet-elle de réduire la douleur et d'améliorer la fonction dorsale et la qualité de vie des personnes souffrant de lombalgie chronique non spécifique ?

Contexte

La majorité des individus ont déjà été atteints d'une lombalgie chronique. Certains d'entre eux choisissent de recourir à l'acupuncture pour soulager la douleur et les autres symptômes.

Date des recherches

Les données probantes sont à jour jusqu'au 29 août 2019.

Caractéristiques des études

Nous avons examiné 33 essais cliniques (37 articles) avec 8270 participants. Les essais cliniques ont été réalisés en Europe, en Asie, en Amérique du Nord et du Sud. Les études ont comparé l'acupuncture avec l’acupuncture fictive (placebo), l'absence de traitement et les soins habituels.

Principaux résultats

Comparée à un simulacre, l'acupuncture pourrait ne pas être plus efficace pour réduire la douleur immédiatement après l’administration du traitement. L'acupuncture n'aurait pas semblé améliorer la fonction spécifique du dos immédiatement après l’administration du traitement, ou n'a peut-être pas amélioré la qualité de vie à court terme.

L'efficacité de l’acupuncture était supérieure à l’absence de traitement pour soulager la douleur et pour l'amélioration fonctionnelle immédiatement après l’administration du traitement.

Par rapport aux soins habituels, l'acupuncture n'a pas semblé réduire la douleur de manière considérable sur le plan clinique, mais elle a semblé plus efficace pour améliorer la fonction du dos immédiatement après le traitement. L'acupuncture n'a pas amélioré la qualité de vie à court terme.

L'incidence des événements indésirables pourrait être similaire entre l'acupuncture et l’acupuncture fictive, ainsi qu’entre l'acupuncture et les soins habituels. Les effets indésirables liés à l'acupuncture ont été considérés comme mineurs ou modérés.

Niveau de confiance des données probantes

Le niveau de confiance des données probantes variait de très faible à modéré. De nombreux essais cliniques ont montré un risque élevé de biais dû à des problèmes de masquage des acupuncteurs ou des participants. Cela pourrait affecter les critères de jugement rapportés par les participants et les effets calculés par les investigateurs. Certains critères de jugement étaient basés sur de petits échantillons, ce qui a entraîné une incohérence et une imprécision des résultats.

Conclusions des auteurs: 

Nous avons constaté que l'acupuncture pourrait ne pas jouer un rôle plus significatif sur le plan clinique que l’acupuncture fictive pour soulager la douleur immédiatement après le traitement ou pour améliorer la qualité de vie à court terme, et que l'acupuncture n'améliorait peut-être pas la fonction dorsale par rapport à l’acupuncture fictive dans l'immédiat. Cependant, l'acupuncture s'est révélée plus efficace que l’absence de traitement pour améliorer la douleur et la fonction dans l'immédiat. Les essais avec les soins habituels dans le groupe témoin ont montré que l'acupuncture pourrait ne pas réduire la douleur cliniquement, mais la thérapie pourrait améliorer le fonctionnement immédiatement après les séances ainsi que la qualité de vie physique mais pas mentale à court terme. Les données probantes ont été abaissées d’un niveau de confiance modéré à très faible, étant donné que la plupart des études présentaient un risque élevé de biais, d'incohérence et que la petite taille de l'échantillon introduisait de l'imprécision. La décision de recourir à l'acupuncture pour traiter les lombalgies chroniques pourrait dépendre de la disponibilité, du coût et des préférences du patient.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La lombalgie chronique non spécifique est très courante ; elle est définie comme une douleur sans étiologie reconnaissable d’une durée supérieure à trois mois. Certaines recommandations de pratique clinique suggèrent que l'acupuncture peut offrir une thérapie alternative efficace. Cette revue est en rupture avec une précédente revue Cochrane et se concentre sur la lombalgie chronique.

Objectifs: 

Évaluer les effets de l'acupuncture par rapport à l’acupuncture fictive, à l'absence de traitement ou aux soins habituels pour une lombalgie chronique non spécifique.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL, MEDLINE, Embase, CINAHL, deux bases de données chinoises et deux registres d’essais jusqu'au 29 août 2019, sans restriction de langue ou de statut de publication. Nous avons également passé au crible des listes de référence et des lignes directrices sur les lombalgies chroniques non spécifiques afin d'identifier les études potentiellement pertinentes.

Critères de sélection: 

Nous n'avons inclus que des essais contrôlés randomisés (ECR) sur l'acupuncture dans le cas des lombalgies chroniques non spécifiques chez les adultes. Nous avons exclu les ECR qui portaient sur la lombalgie avec une étiologie spécifique. Nous avons inclus des essais comparant l'acupuncture à l’acupuncture fictive, à l'absence de traitement et aux soins habituels. Les critères de jugement primaires portaient sur la douleur, l'état fonctionnel spécifique du dos et la qualité de vie ; les critères de jugement secondaires portaient sur le handicap lié à la douleur, l'évaluation globale ou les événements indésirables.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont examiné les études de manière indépendante, ont évalué le risque de biais et ont extrait les données. Nous avons effectué une méta-analyse des données cliniquement homogènes en utilisant un modèle à effets aléatoires dans Review Manager 5.3. Pour tous les autres cas, nous avons communiqué les données de manière qualitative. Nous avons utilisé l'approche GRADE pour évaluer le niveau de confiance des données probantes.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 33 études (37 articles) avec 8270 participants. La majorité des études ont été réalisées en Europe, en Asie, en Amérique du Nord et du Sud. Sept études (5572 participants) menées en Allemagne ont représenté 67 % des participants. Seize essais ont comparé l'acupuncture à l’acupuncture fictive, aux soins habituels ou à l'absence de traitement. La plupart des études présentaient un risque élevé de biais de performance dû à l'absence d'aveuglement de l'acupuncteur. Quelques études ont révélé un risque élevé de biais de détection, d'attrition, de déclaration ou de sélection.

Nous avons trouvé des données probantes d’un niveau de confiance faible (sept essais, 1403 participants) indiquant que l'acupuncture pourrait soulager la douleur dans l'immédiat (jusqu'à sept jours) par rapport à l’acupuncture fictive (différence moyenne -9,22, intervalle de confiance (IC) à 95 % -13,82 à -4,61, échelle visuelle analogique (EVA) 0-100). La différence n'a pas atteint le seuil cliniquement important de 15 points ou de 30 % de changement relatif. Les données probantes d’un niveau de confiance très faible provenant de cinq essais (1481 participants) ont montré que l'acupuncture n'était pas plus efficace que l’acupuncture fictive pour améliorer la fonction spécifique du dos dans l'immédiat (différence moyenne normalisée (DMN) -0,16, IC à 95 % -0,38 à 0,06 ; correspondant au Questionnaire sur la capacité fonctionnelle (Hannover Function Ability Questionnaire, HFAQ, 0 à 100, les valeurs plus élevées sont meilleures) changement (DM 3,33 points ; IC à 95 % -1,25 à 7,90)). Trois essais (1 068 participants) ont apporté des données probantes d’un niveau de confiance faible indiquant que l'acupuncture ne semblait pas être plus efficace cliniquement à court terme pour la qualité de vie (DMS 0,24, IC à 95 % 0,03 à 0,45 ; correspondant au formulaire abrégé à 12 questions du test sur la santé SF-12 (SF-12, 0-100, les valeurs plus élevées sont meilleures) (DM 2,33 points ; IC à 95 % 0,29 à 4,37)). Les raisons pour lesquelles le niveau de confiance des données probantes a été abaissée à un niveau faible ou très faible étaient le risque de biais, d'incohérence et d'imprécision.

Nous avons trouvé des données probantes d’un niveau de confiance modéré indiquant que l'acupuncture a produit un soulagement de la douleur plus important et cliniquement significatif (DM -20,32, IC à 95 % -24,50 à -16,14 ; quatre essais, 366 participants ; (EVA, 0 à 100), et a amélioré la fonction dorsale (DMS -0,53, IC à 95 % -0,73 à -0,34 ; cinq essais, 2960 participants ; correspondant au changement de HFAQ (DM 11,50 points ; IC à 95 % 7,38 à 15,84)) dans l'immédiat par rapport à l'absence de traitement. Les données probantes ont été abaissées à un niveau de confiance modéré en raison du risque de biais. Aucune étude n'a porté sur la qualité de vie à court terme ou les événements indésirables.

Des données probantes d’un niveau de confiance faible (cinq essais, 1054 participants) suggèrent que l'acupuncture pourrait réduire la douleur (DM : -10,26, IC à 95 % : -17,11 à -3,40 ; sans importance clinique sur 0 à 100 EVA), et améliorer la fonction spécifique du dos immédiatement après le traitement (DMS : -0,47 ; IC à 95 % : -0,77 à -0,17 ; cinq essais, 1381 participants ; correspondant au changement de HFAQ (DM : 9,78 points, IC à 95 % : 3,54 à 16,02)) par rapport aux soins habituels. Les données probantes d’un niveau de confiance modéré d'un essai (731 participants) ont montré que l'acupuncture était plus efficace pour améliorer la qualité de vie physique (DM 4,20, IC à 95 % 2,82 à 5,58) mais pas la qualité de vie mentale à court terme (DM 1,90, IC à 95% 0,25 à 3,55). Le niveau de confiance des données probantes a été abaissé de modéré à faible en raison du risque de biais, d'incohérence et d'imprécision.

Des données probantes d’un niveau de confiance faible suggèrent une incidence similaire d'événements indésirables immédiatement après le traitement dans les groupes d'acupuncture et d'acupuncture fictive (quatre essais, 465 participants) (RR 0,68, IC à 95 % 0,46 à 1,01), et dans les groupes d'acupuncture et de soins habituels (un essai, 74 participants) (RR 3,34, IC à 95 % 0,36 à 30,68). Le niveau de confiance des données probantes a été abaissé en raison du risque de biais et d'imprécision. Aucun essai n'a rapporté d'effets indésirables pour l'acupuncture par rapport à l'absence de traitement. Les effets indésirables les plus fréquemment rapporté dans les groupes d'acupuncture étaient les suivants : douleur au point d'insertion, ecchymoses, hématome, saignement, aggravation de la lombalgie et douleur autre que la lombalgie (douleur dans la jambe et l'épaule).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Claire Bories et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.