Injections de corticostéroïdes pour le traitement de la sciatique

Qu'est-ce que la sciatique ?

La douleur radiculaire lombo-sacrée, souvent appelée sciatique, est un type de douleur qui résulte de l'irritation ou de l'inflammation d'un nerf spinal du bas du dos. Les personnes ressentent généralement une douleur irradiant le long de la jambe, parfois avec une sensation altérée et une faiblesse des muscles de la jambe. Dans ce résumé simplifié, le terme "sciatique" sera utilisé pour décrire la douleur radiculaire lombo-sacrée.

Comment des injections de stéroïdes anti-inflammatoires administrées directement dans la région de la colonne vertébrale pourraient fonctionner ?

Pour soulager les symptômes de la sciatique, certains praticiens traitent leurs patients avec une injection d'un corticostéroïde (médicament anti-inflammatoire) directement dans la région de la colonne vertébrale. On pense que les injections fonctionnent en réduisant l'inflammation autour du nerf spinal.

Objectif de la revue

Notre objectif était de déterminer si les injections de stéroïdes anti-inflammatoires dans la partie inférieure de la colonne vertébrale sont efficaces et sûres par rapport à l'injection de placebo (c'est-à-dire l'injection d'une substance inerte (c'est-à-dire inactive) ou inoffensive (par exemple de l'eau salée)) chez les personnes atteintes de sciatique.

Date des recherches

Cette revue comprend toutes les études éligibles jusqu'au 25 septembre 2019.

Caractéristiques des études

Nous avons inclus 25 essais cliniques (rapportés dans 29 publications) portant sur un total de 2470 personnes atteintes de sciatique et comparant l'injection de stéroïdes anti-inflammatoires dans la partie inférieure de la colonne vertébrale à l'injection d'un placebo. Nous avons identifié un essai en cours dans un registre de protocoles d'essai. La plupart des études ont porté sur des participants souffrant de sciatique diagnostiquée par des examens cliniques et la plupart des études ont porté sur des participants présentant des symptômes de durée variable. Les études incluses ont été réalisées principalement en Amérique du Nord et en Europe. Quinze études n'ont fourni aucune information relative au financement, cinq études ont déclaré ne pas avoir reçu de financement pour la réalisation de l'étude et cinq études ont déclaré avoir reçu un financement d'une source à but non lucratif (par exemple, un institut de recherche ou une université) ou de sources gouvernementales. Huit essais ont rapporté des données sur les douleurs aux jambes, 12 essais ont rapporté des données sur le handicap et huit études ont rapporté des données sur les événements indésirables. La durée de suivi des évaluations varie de 12 heures à un an. Nous avons considéré que seuls huit essais présentaient un faible risque de biais.

Principaux messages

Nous fournissons un résumé des principaux résultats de la revue dans la section « tableau récapitulatif de résultats ».

Les injections de stéroïdes anti-inflammatoires dans la partie inférieure de la colonne vertébrale sont probablement légèrement meilleures que le placebo pour réduire la douleur et l'invalidité des jambes lors d'un suivi à court terme. Cependant, les effets du traitement étaient faibles et pourraient ne pas être considérés comme cliniquement importants par les patients et les cliniciens (c'est-à-dire moins de 10 points sur une échelle de 0 à 100).

Des effets indésirables peuvent survenir après l'injection de stéroïdes anti-inflammatoires dans la partie inférieure de la colonne vertébrale en cas de sciatique. La plupart des études ont fourni des informations insuffisantes sur la manière ou le moment où les effets indésirables ont été évalués (suivi immédiat ou à court terme) et n'ont signalé que les réactions indésirables dues aux médicaments (événements inattendus que les auteurs ont attribués au traitement évalué dans l'étude). Nous ne sommes pas certains que la fréquence des effets indésirables mineurs soit différente après une injection de stéroïdes anti-inflammatoires par rapport à une injection de placebo. Les effets indésirables comprenaient une douleur accrue pendant ou après l'injection, des céphalées non spécifiques, des céphalées après une ponction vertébrale accidentelle, des règles irrégulières, une ponction vertébrale accidentelle, des douleurs thoraciques, une éruption cutanée non locale, une sinusite, une réponse vasovagale (brève perte de conscience), une hypotension, des nausées et des acouphènes. Une étude a fait état d'une importante réaction au médicament : un patient sous traitement anticoagulant a eu un hématome rétropéritonéal (saignement dans l'espace abdominal) comme complication de l'injection de stéroïdes anti-inflammatoires.

Bien que la revue actuelle ait identifié des essais supplémentaires, les données probantes disponibles n'apportent encore qu'un soutien limité à l'utilisation d'injections de stéroïdes anti-inflammatoires dans la partie inférieure de la colonne vertébrale pour la sciatique car les bénéfices du traitement sont faibles, principalement visibles lors d'un suivi à court terme, et peuvent ne pas être considérés comme cliniquement importants par les patients et les cliniciens.

Qualité des données probantes

La qualité des données probantes était au mieux modérée, ce qui suggère que d'autres études pourraient modifier nos conclusions. L'incertitude était principalement due à des problèmes de conception et de contradiction des essais.

Conclusions des auteurs: 

Cette étude a révélé que les injections péridurales de corticostéroïdes réduisaient probablement légèrement la douleur des jambes et l'incapacité lors d'un suivi à court terme chez les personnes souffrant de douleurs radiculaires lombo-sacrées. En outre, aucun effet indésirable mineur ou majeur n'a été signalé lors du suivi à court terme après une injection péridurale de corticostéroïdes ou une injection de placebo. Bien que la revue actuelle ait identifié des essais cliniques supplémentaires, les données probantes disponibles ne fournissent encore qu'un soutien limité à l'utilisation d'injections péridurales de corticostéroïdes chez les personnes souffrant de douleurs radiculaires lombo-sacrées car les effets du traitement sont faibles, se manifestent principalement lors d'un suivi à court terme et pourraient ne pas être considérés comme cliniquement importants par les patients et les cliniciens (c'est-à-dire une différence moyenne inférieure à 10 %). Selon GRADE, la qualité des données probantes variait de très faible à modérée, ce qui suggère que d'autres études sont susceptibles de jouer un rôle important afin de clarifier l'efficacité et la tolérabilité de ce traitement. Nous recommandons que les essais ultérieurs portent sur des caractéristiques méthodologiques telles qu’une assignation secrète appropriée et une mise en aveugle des thérapeutes afin de minimiser le risque de biais dans l’estimation des effets du traitement et des effets nocifs.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La douleur radiculaire lombo-sacrée (communément appelée sciatique) est un syndrome affectant des patients qui déclarent des douleurs irradiantes dans les jambes. Les injections épidurales de corticostéroïdes délivrent une dose de corticostéroïdes dans l'espace péridural, dans le but de réduire le processus inflammatoire local et, par conséquent, de soulager les symptômes de la douleur radiculaire lombo-sacrée. Cette revue Cochrane est une mise à jour d'une revue publiée dans la revue médicale Annals of Internal Medicine en 2012. Certains essais contrôlés par placebo ont été publiés récemment, ce qui souligne l'importance de mettre à jour la revue précédente.

Objectifs: 

Étudier l'efficacité et la tolérance des injections péridurales de corticostéroïdes par rapport à l'injection de placebo sur la douleur et la déficience chez les patients souffrant de douleurs radiculaires lombo-sacrées.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches jusqu’au 25 septembre 2019 dans les bases de données suivantes, sans restrictions linguistiques : Registre des essais du groupe Cochrane Back and Neck, CENTRAL, MEDLINE, Embase, CINAHL, PsycINFO, International Pharmaceutical Abstracts, et deux registres d'essais. Nous avons également effectué des suivis des citations dans les études incluses et des revues systématiques pertinentes dans le domaine.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les études qui comparaient les injections péridurales de tout corticostéroïde à des injections de placebo chez des patients souffrant de douleurs radiculaires lombo-sacrées. Nous avons accepté les trois approches anatomiques (caudale, interlaminaire et transformaminale) pour administrer les corticostéroïdes dans l'espace péridural. Nous avons examiné les essais qui comprenaient un traitement placebo tels que l'administration d'une substance inerte (c'est-à-dire sans activité pharmacologique), d'une substance inoffensive (par exemple, une solution saline normale) ou d'une substance pharmacologiquement active mais non considérée comme apportant un bénéfice durable (par exemple, un anesthésique local), soit dans l'espace péridural (c'est-à-dire pour imiter l'injection péridurale de corticostéroïdes), soit dans les tissus rachidiens adjacents (c'est-à-dire les tissus sous-cutanés, intramusculaires ou interépineux). Nous avons également inclus les essais dans lesquels un anesthésique local de courte durée d'action a été utilisé comme placebo et injecté en combinaison avec un corticostéroïde dans le groupe d'intervention.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont effectué indépendamment la sélection, l'extraction des données et l'évaluation du « risque de biais ». En cas d'informations insuffisantes, nous avons contacté les auteurs des études originales ou estimé les données. Nous avons regroupé les données des critères de jugement en quatre intervalles de temps d’évaluation : immédiat (≤ 2 semaines), à court terme (> 2 semaines mais ≤ 3 mois), à moyen terme (> 3 mois mais < 12 mois) et à long terme (≥ 12 mois). Nous avons évalué la qualité globale des données probantes pour chaque critère de jugement et intervalle de temps en utilisant l'approche GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 25 essais cliniques (provenant de 29 publications) étudiant les effets des injections épidurales de corticostéroïdes par rapport à un placebo chez des patients souffrant de douleurs lombo-sacrées radiculaires. Les études incluses ont produit des données sur un total de 2470 participants avec un âge moyen variant entre 37,3 et 52,8 ans. Dix-sept études ont inclus des participants souffrant de douleurs radiculaires lombo-sacrées avec un diagnostic basé sur une évaluation clinique et 15 études ont inclus des participants présentant des symptômes de durée variable. Les études incluses ont été menées principalement en Amérique du Nord et en Europe. Quinze études n'ont pas fait état de sources de financement, cinq études ont déclaré ne pas recevoir de financement et cinq ont déclaré recevoir un financement d'une source à but non lucratif ou gouvernementale. Huit essais ont rapporté des données sur l'intensité de la douleur, 12 ont rapporté des données sur le handicap, et huit études ont rapporté des données sur les effets indésirables. La durée de suivi des évaluations varie de 12 heures à un an. Nous avons considéré que huit essais étaient de qualité élevée car nous avons jugé qu'ils présentaient un faible risque de biais dans quatre des cinq domaines de biais. Nous avons identifié un essai en cours dans un registre des essais.

Les injections péridurales de corticostéroïdes ont probablement été légèrement plus efficaces que le placebo pour réduire la douleur dans les jambes lors du suivi à court terme (différence moyenne (DM) -4,93, intervalle de confiance (IC) de 95% -8,77 à -1,09 sur une échelle de 0 à 100 ; 8 essais, n = 949 ; preuves de qualité modérée (déclassée pour risque de biais)). En ce qui concerne l'invalidité, les injections péridurales de corticostéroïdes ont probablement été légèrement plus efficaces que le placebo pour réduire l'invalidité lors du suivi à court terme (DM -4,18, 95 % IC -6,04 à -2,17, sur une échelle de 0 à 100 ; 12 essais, n = 1367 ; données probantes de qualité modérée (déclassées pour risque de biais)). Les effets du traitement sont toutefois faibles et peuvent ne pas être considérés comme cliniquement importants par les patients et les cliniciens (c'est-à-dire DM inférieure à 10 %).

La plupart des essais ont fourni des informations insuffisantes sur la manière ou le moment où les effets indésirables ont été évalués (suivi immédiat ou à court terme) et n'ont signalé que les réactions indésirables dues aux médicaments - c'est-à-dire les effets indésirables que les expérimentateurs ont attribués au traitement évalué dans l'étude. Nous ne savons pas si les injections péridurales de corticostéroïdes ne produisent aucune différence par rapport à l'injection de placebo sur la fréquence des effets indésirables mineurs (rapport de risque (RR) 1,14, 95 % IC 0,91 à 1,42 ; 8 essais, n = 877 ; données probantes de très faible qualité (déclassées pour risque de biais, incohérence et imprécision)). Les événements indésirables mineurs comprenaient une douleur accrue pendant ou après l'injection, des céphalées non spécifiques, des céphalées post-ponction durale, des règles irrégulières, une ponction durale accidentelle, une douleur thoracique, une éruption cutanée non locale, une sinusite, une réponse vasovagale, une hypotension, des nausées et des acouphènes. Une étude a fait état d'une réaction médicamenteuse majeure chez un patient sous traitement anticoagulant qui a eu un hématome rétropéritonéal comme complication de l'injection de corticostéroïdes.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Pauline Coutault et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.