Le mépolizumab ou le benralizumab chez les personnes atteintes de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)

Contexte

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une maladie pulmonaire dans laquelle les personnes peuvent éprouver de graves difficultés à respirer et une réduction de leur qualité de vie.

Pour les personnes atteintes de BPCO, les épisodes au cours desquels l'état des patients s'aggrave sérieusement sont une préoccupation majeure. Nous avons examiné les résultats des essais cliniques pour voir si le mépolizumab ou le benralizumab, deux nouveaux médicaments, sont meilleurs que le placebo (traitement factice) pour les personnes atteintes de BPCO, et s'ils réduisent le nombre d'épisodes lorsque l'état des patients s'aggrave sérieusement.

Caractéristiques des études

Six études cliniques ont comparé le mépolizumab ou le benralizumab à un placebo chez un total de 5 542 personnes atteintes de BPCO. Nous avons examiné les résultats des études en termes d'épisodes où l'état des patients s'est aggravé et a nécessité un traitement supplémentaire, de qualité de vie des patients, de performance des patients lors des tests respiratoires et d'effets secondaires des médicaments.

Résultats principaux

Trois études ont utilisé le mépolizumab, et les trois autres le benralizumab.

Le mépolizumab à 100 mg a réduit le taux de poussées chez un groupe de personnes atteintes à la fois de BPCO et de taux plus élevés d'éosinophiles sanguins (un type de globules blancs impliqués dans les réactions inflammatoires et allergiques). Lorsque le mépolizumab est administré à une dose plus élevée (300 mg ou 750 mg), le taux de poussées est probablement réduit.

Le benralizumab à la dose de 100 mg a entraîné une nette réduction du nombre d'épisodes nécessitant une hospitalisation, et lorsqu'il est administré à une dose plus faible (10 mg), il réduit probablement les poussées nécessitant une hospitalisation. Il s'agit de personnes atteintes de BPCO et présentant des niveaux élevés d'éosinophiles dans le sang.

D'autres études comparant le mépolizumab ou le benralizumab à un placebo pourraient apporter plus de clarté sur le rôle de ces médicaments dans la BPCO.

Niveau de confiance des données probantes

Les études incluses étaient pour la plupart très bien conçues et solides, et les données probantes étaient généralement de grande qualité.

Conclusions des auteurs: 

Nous avons constaté que le mépolizumab et le bénralizumab réduisent probablement le taux d'exacerbations modérées et graves dans le groupe hautement sélectionné de personnes qui souffrent à la fois de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et de niveaux plus élevés d'éosinophiles sanguins. Cela souligne l'importance du phénotypage de la maladie dans la BPCO, et pourrait jouer un rôle dans la stratégie de traitement personnalisé dans la gestion de la maladie.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour élucider le rôle des anticorps monoclonaux dans la gestion de la BPCO en pratique clinique. En particulier, il n'est pas clair s'il existe un seuil d'éosinophilie dans le sang au-delà duquel ces médicaments pourraient être efficaces. Des études comprenant une analyse coût-efficacité pourraient être bénéfiques étant donné le coût élevé de ces thérapies, pour en soutenir l'utilisation le cas échéant.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les exacerbations de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) sont une cause majeure d'hospitalisation, de morbidité liée à la maladie et de mortalité. La BPCO est une maladie hétérogène avec des phénotypes inflammatoires distincts, dont l'éosinophilie, qui pourrait entraîner des exacerbations aiguës dans un sous-groupe de patients. Les anticorps monoclonaux ciblant l'interleukine 5 (IL-5) ou son récepteur (IL-5R) jouent un rôle dans les soins aux personnes souffrant d'asthme éosinophile sévère, et pourraient également apporter un bénéfice thérapeutique aux personnes atteintes de BPCO de phénotype éosinophile.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et la sécurité des thérapies à base d'anticorps monoclonaux ciblant la signalisation de l'IL-5 (anti-IL-5 ou anti-IL-5Rα) par rapport à un placebo dans le traitement des adultes atteints de BPCO.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur les voies respiratoires, CENTRAL, MEDLINE, Embase, les registres d'essais cliniques, les sites web des fabricants et les listes de référence des études incluses. Notre recherche la plus récente a été effectuée le 23 septembre 2020.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés comparant la thérapie anti-IL-5 avec un placebo chez des adultes atteints de BPCO.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment extrait des données et analysé les résultats à l'aide d'un modèle à effets aléatoires, les principaux critères de jugement étant les exacerbations nécessitant des antibiotiques ou des stéroïdes oraux, les hospitalisations dues à l'exacerbation de la BPCO, les événements indésirables graves et la qualité de vie. Nous avons utilisé les méthodes standard attendues par Cochrane. Nous avons utilisé l'approche GRADE pour évaluer le niveau de confiance des données probantes.

Résultats principaux: 

Six études impliquant un total de 5 542 participants ont répondu à nos critères d'inclusion. Trois études ont utilisé le mépolizumab (1530 participants), et trois le benralizumab (4012 participants). Les études portaient sur des personnes atteintes de BPCO, qui étaient définies de la même manière avec un historique documenté de BPCO pendant au moins un an. Nous avons estimé que le risque de biais était généralement faible, toutes les études fournissant des données de méthodologie robuste.

Le mépolizumab à 100 mg réduit le taux d'exacerbations modérées ou graves de 19 % chez les personnes dont le nombre d'éosinophiles est d'au moins 150/μL (rapport de taux (RR) 0,81, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,71 à 0,93 ; participants = 911 ; études = 2, données probantes d’un niveau de confiance élevé). Si l'on inclut les participants ayant des éosinophiles inférieurs, 100 mg de mépolizumab réduisent probablement le taux d'exacerbation de 8 % (RR 0,92, IC à 95 % 0,82 à 1,03 ; participants = 1285 ; études = 2, données probantes d’un niveau de confiance modéré). Le mépolizumab 300 mg réduit probablement le taux d'exacerbations de 14% chez les participants qui avaient tous des éosinophiles élevés (RR 0,86, IC à 95 % 0,70 à 1,06 ; participants = 451 ; études = 1, données probantes d’un niveau de confiance modéré) ; les données probantes étaient incertaines pour une seule petite étude de mépolizumab 750 mg. Chez les participants présentant un taux élevé d'éosinophiles, le mépolizumab réduit probablement le taux d'hospitalisation de 10 % (100 mg, RR 0,90, IC à 95 % 0,65 à 1,24 ; participants = 911 ; études = 2, données probantes d’un niveau de confiance modéré) et de 17 % (300 mg, RR 0,83, IC à 95 % 0,51 à 1,35 ; participants = 451 ; études = 1, données probantes d’un niveau de confiance modéré). Le mépolizumab 100 mg augmente le délai avant la première exacerbation modérée ou grave par rapport au groupe placebo, chez les personnes présentant le phénotype éosinophile (rapport des risques instantanés (hazard ratio, HR) 0,78, IC à 95 % 0,66 à 0,92 ; participants = 981 ; études 2, données probantes d’un niveau de confiance élevé). Lorsque les participants ayant des éosinophiles inférieurs ont été inclus, cette différence était plus faible et moins certaine (HR 0,87, IC à 95 % 0,75 à 1,0 ; participants = 1285 ; études 2, données probantes d’un niveau de confiance modéré). Le mépolizumab 300 mg augmente probablement le délai avant la première exacerbation modérée ou grave chez les participants qui avaient tous un phénotype éosinophile (HR 0,77, IC à 95 % 0,60 à 0,99 ; participants = 451 ; études = 1, données probantes d’un niveau de confiance modéré).

Le benralizumab 100 mg réduit le taux d'exacerbations graves nécessitant une hospitalisation chez les personnes dont le nombre d'éosinophiles est d'au moins 220/μL (RR 0,63, IC à 95 % 0,49 à 0,81 ; participants = 1512 ; études = 2, données probantes d’un niveau de confiance élevé). Le benralizumab 10 mg réduit probablement le taux d'exacerbations graves nécessitant une hospitalisation chez les personnes dont le nombre d'éosinophiles est d'au moins 220/μL (RR 0,68, IC à 95 % 0,49 à 0,94 ; participants = 765 ; études = 1, données probantes d’un niveau de confiance modéré).

Il y avait probablement peu ou pas de différence entre l'intervention et le placebo pour les mesures de qualité de vie. Lorsqu'il y avait des différences, la différence moyenne était inférieure à la différence cliniquement significative minimale prédéfinie.

Le traitement par mépolizumab et au benralizumab semble ne pas présenter de danger. Toutes les analyses regroupées ont montré qu'il y avait probablement peu ou pas de différence en termes d'événements indésirables graves, d'effets indésirables ou d'effets secondaires entre l'utilisation d'une thérapie par anticorps monoclonal et un placebo.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Pierre-Alexis Gontier et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.