Interventions de conditionnement basées sur l'exercice (préadaptation) chez les adultes atteints de maladies artérielles périphériques, bénéficiant d’une chirurgie de la jambe

Contexte

L’artériopathie périphérique (AP) des membres inférieurs est un type de maladie cardiovasculaire dans laquelle les vaisseaux sanguins transportant le sang vers les jambes s’endurcissent et sont rétrécis. Son état le plus grave (ischémie critique des membres (ICM)), se traduit par des symptômes de douleur au repos, des plaies et ulcérations non cicatrisantes, une gangrène ou les deux. L’AP des membres inférieurs touche plus de 200 millions de personnes dans le monde et environ 3 à 5 % des personnes âgées de plus de 40 ans en sont atteintes, ce chiffre passant à 18 % chez les personnes de plus de 70 ans. Parmi ceux présentant des symptômes d’AP des membres inférieurs, entre 5 et 10 % d'entre eux évolueront vers une ICM sur une période de cinq ans. Parmi les personnes atteintes d'AP des membres inférieurs sans symptômes, 7 % développeront des crampes dans les jambes à la marche et parmi ces patients, 21 % évolueront vers une ICM dans les cinq ans. Les options de traitement comprennent l'utilisation d'un ballonnet ou d'un stent (un dispositif qui se place dans l'artère) pour l'ouvrir et permettre au sang de circuler (angioplastie), le prélèvement d'une veine de la jambe ou du bras opposé et sa fixation à l'artère au-dessus et au-dessous de l'artère bloquée (pontage), ou l'ablation du membre (amputation), lorsque la vie du patient est en danger en raison d'une infection. Les personnes atteintes d’ICM sont à risque élevé de décès et d'aggravation de leur état de santé.

Malgré les récents progrès de la technologie chirurgicale, de l'anesthésie et des soins peropératoires et post-opératoires, un certain nombre de patients chirurgicaux se rétablissent mal. Le conditionnement préopératoire (préadaptation) est effectué avant l'opération et comprend un exercice physique avec une intervention nutritionnelle ou psychologique ou les deux. L'exercice consiste en un entraînement aérobique, comme la marche, la course ou la natation (idéalement trois à cinq fois par semaine) et un entraînement pour développer les muscles et la force, en utilisant des poids ou des bandes de résistance (idéalement deux fois par semaine). L'intervention nutritionnelle consiste à manger ou à boire un supplément de protéines chaque jour, après l'entraînement ou avec les repas, pour améliorer les effets de tout entraînement. Les interventions psychologiques pourraient comprendre des exercices de respiration, de la méditation, de la pleine conscience, des techniques d'adaptation ou une thérapie cognitivo-comportementale, dans le but de réduire l'anxiété liée à une opération.

Le conditionnement préopératoire est devenu populaire dans la chirurgie intestinale et pour les patients âgés bénéficiant d’une opération. Elle est utilisée pour améliorer l'état du patient afin de réduire les complications peropératoires- et post-opératoires. Les personnes atteintes d'AP des membres inférieurs ont des difficultés à marcher et à effectuer leurs activités quotidiennes et sont donc souvent très inaptes physiquement. Ils ont donc la possibilité d'améliorer leur rétablissement pendant et après l'opération grâce à un conditionnement préopératoire. Cependant, comme le conditionnement préopératoire exige un grand engagement de la part de l'hôpital et du patient, il est important de savoir de quelle façon le conditionnement préopératoire se compare à la pratique habituelle (évaluation préopératoire, y compris les analyses de sang et d'urine et les informations sur l'opération) pour réduire le nombre de décès ou de complications postopératoires, ou les deux.

Caractéristiques des études et principaux résultats

Nous avons effectué une revue de la littérature (à jour jusqu'au 25 septembre 2019) afin de déterminer si la préadaptation était associée à une réduction des complications et des décès après l'opération. Nous n'avons identifié aucun essai contrôlé randomisé sur ce sujet.

Niveau de confiance des données probantes

Nous n'avons trouvé aucune étude conçu pour répondre à nos objectifs ; nous n'avons donc pas pu évaluer le niveau de confiance des données probantes.

Conclusion

Nous n'avons pas trouvé de données probantes permettant de déterminer si le conditionnement préopératoire est meilleur que les soins habituels pour réduire le nombre de décès ou de complications postopératoires. Bien qu'il soit difficile de faire des essais de conditionnement préopératoire avec des personnes souffrant de maladies artérielles périphériques des membres inférieurs, des essais contrôlés randomisés sont nécessaires pour fournir des données probantes solides sur ce sujet.

Conclusions des auteurs: 

Nous n'avons trouvé aucun ECR mené pour déterminer les effets de la préadaptation sur la mortalité ou d'autres critères de jugement postopératoires par rapport aux soins habituels pour les patients atteints d'une artériopathie périphérique (AP) des membres inférieurs. En conséquence, nous n'avons pas pu fournir de données probantes pour guider le traitement des patients atteints d'une AP des membres inférieurs bénéficiant d’une intervention chirurgicale. Réaliser un essai contrôlé randomisé du conditionnement préopératoire serait un défi, mais des essais sont justifiés pour fournir des données probantes solides sur ce sujet.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L’artériopathie périphérique (AP) des membres inférieurs est un type de maladie cardiovasculaire dans laquelle les vaisseaux sanguins transportant le sang vers les jambes s’endurcissent et sont rétrécis. La manifestation la plus grave de l’AP des membres inférieurs est l'ischémie critique des membres (ICM). Cette affection se traduit par des symptômes de douleurs permanentes au repos, de blessures et d'ulcérations ne cicatrisant pas, de gangrène ou les deux. L’AP des membres inférieurs touche plus de 200 millions de personnes dans le monde et environ 3 à 5 % des personnes âgées de plus de 40 ans en sont atteintes, ce chiffre passant à 18 % chez les personnes de plus de 70 ans. Entre 5 % et 10 % des patients atteints d'une APMI symptomatique évolueront vers une ICM sur une période de cinq ans et le taux d'incidence cumulée sur cinq ans pour les patients asymptomatiques atteints d'une APMI se détériorant en claudication intermittente est de 7 %, dont 21 % évolueront vers une ICM. Les options de traitement comprennent l'angioplastie, le pontage ou l'amputation du membre, lorsque la vie ou le membre est menacé. Les personnes atteintes d’ICM sont à risque élevé de mortalité et de morbidité. Le taux de mortalité lors d'une admission chirurgicale est d'environ 5 %. Dans l'année suivant l'opération, le taux de mortalité passe à 22 %. Les complications postopératoires peuvent atteindre 30 % et les taux de réadmission varient entre 7 et 18 % chez les personnes atteintes d’ICM.

Malgré les récents progrès de la technologie chirurgicale, de l'anesthésie et des soins périopératoires, une partie des patients ayant bénéficié d’une intervention chirurgicale se rétablit de façon sous-optimale. Le conditionnement préopératoire (préadaptation) est une intervention de conditionnement multimodale effectuée avant l'intervention chirurgicale en combinant des exercices, avec ou sans intervention nutritionnelle ou psychologique, ou les deux. Le recours à la préadaptation permet d’induire du mouvement, en particulier chez les patients âgés bénéficiant d’une intervention chirurgicale et chez les patients bénéficiant d’une chirurgie de cancer colorectal, comme moyen d'optimiser la forme physique pour améliorer le pronostic des personnes soumises au stress physiologique de la chirurgie. Les personnes atteintes d’APMI se caractérisent par une mobilité et une fonction physique réduites et ont un niveau de forme physique plus faible en raison de la progression de la maladie. La préadaptation pourrait donc être une occasion d'améliorer leur rétablissement après l'opération. Cependant, comme la préadaptation multimodale nécessite des ressources considérables, il est important d'évaluer si elle est supérieure aux soins habituels.

Cette revue visait à comparer la préadaptation aux soins habituels (définis comme une évaluation préopératoire, comprenant des tests sanguins et urinaires). Les critères de jugement principaux étaient les complications postopératoires, la mortalité et les réadmissions dans les 30 jours suivant l'intervention chirurgicale, et le taux de survie à un an.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité de la préadaptation (exercice préopératoire, soit seul ou en association avec des interventions nutritionnelles ou psychologiques, ou les deux) sur des critères de jugement postopératoires chez des adultes atteints d’AP des membres inférieurs bénéficiant d’une chirurgie ouverte des membres inférieurs.

Stratégie de recherche documentaire: 

Le spécialiste de l'information du groupe Cochrane sur les maladies vasculaires a effectué des recherches dans registre spécialisé du groupe Cochrane sur les maladies vasculaires, CENTRAL, MEDLINE, Embase, CINAHL, le Système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'OMS et le registre des essais ClinicalTrials.gov jusqu'au 25 septembre 2019.

Critères de sélection: 

Nous avons examiné tous les essais contrôlés randomisés (ECR) publiés et non publiés comparant les interventions préopératoires et les soins habituels. Les critères de jugement principaux étaient les complications postopératoires, la mortalité et la réadmission à l'hôpital dans les 30 jours suivant l'intervention chirurgicale.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment examiné tous les dossiers identifiés par les recherches effectuées par le spécialiste de l'information du groupe Cochrane sur les maladies vasculaires. Nous avions prévu d'entreprendre la collecte et l'analyse des données conformément aux recommandations décrites dans le Manuel Cochrane des revues systématiques d’interventions.

Résultats principaux: 

Nous n'avons trouvé aucun ECR répondant aux critères d'inclusion pour cette revue.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Carole Lescure et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.