Diverses stratégies pour prévenir la maladie de haute altitude

Contexte

L'expression " maladie de haute altitude " (en anglais : high altitude illness, HAI) désigne un groupe d'affections cérébrales et pulmonaires qui peuvent survenir lorsque des personnes se déplacent à des altitudes supérieures à environ 2500 mètres (environ 8200 pieds). Les individus peuvent réagir aux hautes altitudes de différentes façons et ressentir une variété de symptômes. Il s'agit notamment des maux de tête, des nausées, des vomissements et de la fatigue liés aux HAI, souvent appelés maladies aiguës des montagnes. La somnolence, la confusion ou la perte de connaissance peuvent survenir lorsque le cerveau est particulièrement affecté (oedème cérébral de haute altitude, en anglais : high altitude cerebral oedema, HACE) et la toux ou l'essoufflement lorsque ce sont les poumons (oedème pulmonaire de haute altitude, en anglais : high altitude pulmonary oedema, HAPE). Un certain nombre de stratégies différentes sont utilisées pour prévenir l'HAI. Dans cette revue, nous avons évalué les données probantes provenant d'essais contrôlés randomisés pour déterminer si diverses approches pouvaient prévenir l'apparition de maladies de haute altitude, en mettant l'accent sur les approches non médicamenteuses, les herbes et les suppléments naturels.

Caractéristiques des études

Les données sont à jour jusqu'en janvier 2019. Nous avons inclus 20 études randomisées et contrôlées portant sur 1 406 participants. Les études ont porté sur diverses approches en matière de prévention des HAI. Ces approches comprenaient des stratégies pour s'acclimater aux hautes altitudes en imitant les ascensions rapides en réduisant les niveaux d'oxygène dans l'air que les participants respirent, et des produits à base de plantes médicinales ou des suppléments vitaminiques disponibles sans ordonnance.

Les participants étaient âgés de 17 à 65 ans. Une seule étude incluait des personnes à risque élevé de développer une HAI, car elles avaient des antécédents d’HAI. Quatre essais ont fourni l'intervention entre un à trois jours avant l'ascension (20% des études) et huit entre quatre et 30 jours avant le départ pour l'ascension (40% des études). Les participants à toutes ces études ont atteint une altitude finale comprise entre 3500 et 5500 mètres au-dessus du niveau de la mer. La plupart des études n'ont pas fourni d'information claire sur la façon dont elles ont été financées (55 % des études). Trente autres études ont été classées comme étant en cours (14 études) ou en attente de classification (16 études), et elles seront prises en compte dans les versions futures de cette série de trois revues, si cela est approprié.

Résultats principaux

Les données probantes sur les avantages des diverses stratégies ne sont pas concluantes, et sont même contradictoires entre les études incluses.

Dans trois études comparant les niveaux normaux d'oxygène à de faibles niveaux d'oxygène comme moyen d'acclimatation avant le départ en haute altitude, nous n'avons trouvé pas trouvé de différence dans le risque de développer un mal aigu des montagnes (3 essais, 140 participants ; preuves de faible qualité). Aucun effet indésirable n'a été signalé, pas plus que l'œdème cérébral à haute altitude (HACE) ou l'œdème pulmonaire (HAPE).

Le Ginkgo biloba a été comparé à un placebo inactif dans sept études (523 participants) portant sur le mal aigu des montagnes. Il n'y avait pas de différence entre le ginkgo biloba et le placebo en ce qui concerne l’HACE (3 études, 371 participants) ou le risque de développer des picotements ou des picotements, souvent décrits comme des " picotements ", comme effet secondaire du traitement (2 études, 352 participants). Aucun événement HAPE n'a été signalé (3 études, 371 participants).

Le ginkgo biloba a été comparé à l'acétazolamide, un médicament utilisé pour prévenir le mal aigu des montagnes, dans quatre études (397 participants). Les résultats différaient d'une étude à l'autre et aucune conclusion n'a pu être tirée. L'acétazolamide a augmenté le risque de développer des fourmillements dans deux études (354 participants). Aucun événement HAPE ou HACE n'a été signalé. Dans l'ensemble, l'information limitée sur l’innocuité des diverses interventions signifie que leur sécurité demeure incertaine.

Qualité des données probantes

La qualité des preuves était faible à très faible. Nous n'avons pas pu obtenir le texte intégral des rapports de certaines des études que nous avions identifiées, ce qui a limité le nombre d'études incluses dans la revue. Bon nombre des études comptaient un petit nombre de participants et, pour certains critères de jugement, peu d'événements ont eu lieu, de sorte que les constatations étaient incertaines. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour clarifier l'efficacité et l'innocuité des diverses stratégies visant à réduire l'HAI.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue Cochrane est la dernière d'une série de trois qui fournissent des renseignements pertinents aux cliniciens et aux autres parties intéressées sur la façon de prévenir les maladies de haute altitude. L'évaluation des interventions non pharmacologiques et diverses suggère qu'il existe des preuves hétérogènes et même contradictoires quant à l'efficacité de ces stratégies prophylactiques. L’innocuité de ces interventions demeure une question peu claire en raison de l'absence d'évaluation. Dans l'ensemble, les données probantes sont limitées en raison de leur qualité (faible à très faible), de leur rareté relative et du nombre d'études en attente de classification pour les trois revues de cette série (30 études en attente de classification ou en cours). D'autres études, en particulier celles qui comparent avec des solutions pharmacologiques alternatives (comme l'acétazolamide), sont nécessaires pour établir ou réfuter les stratégies évaluées dans la présente revue.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La maladie de haute altitude ou des montagnes (en anglais : high altitude illness, HAI) est un terme utilisé pour décrire un groupe de syndromes principalement cérébraux et pulmonaires qui peuvent survenir lors de déplacements à des altitudes supérieures à 2500 mètres (~ 8200 pieds). Le mal aigu des montagnes (MAM), l'œdème cérébral à haute altitude (en anglais : high altitude cerebral oedema, HACE) et l'œdème pulmonaire à haute altitude (en anglais : high altitude pulmonary oedema, HAPE) sont des problèmes médicaux potentiels associés à l'ascension en haute altitude. Dans cette troisième d'une série de trois examens portant sur les stratégies de prévention de l'HAI, nous avons évalué l'efficacité de diverses interventions non pharmacologiques et non pharmacologiques.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité clinique et les effets indésirables de diverses interventions non pharmacologiques et non pharmacologiques visant à prévenir les infections nosocomiales aiguës chez les personnes qui risquent de contracter une maladie à haute altitude, peu importe le milieu.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le Registre central des essais contrôlés de Cochrane (CENTRAL), MEDLINE, Embase, LILACS et la Plateforme du registre international des essais cliniques de l'Organisation mondiale de la santé (OMS ICTRP) en janvier 2019. Nous avons adapté la stratégie MEDLINE pour la recherche dans les autres bases de données. Nous avons utilisé une combinaison de termes de recherche basés sur des thésaurus et en texte libre. Nous avons examiné les listes de références et les citations des essais inclus ainsi que toutes les revues systématiques pertinentes que nous avons identifiées en vue d'autres références à des essais additionnels.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés menés dans n'importe quel contexte où des interventions non pharmacologiques et diverses ont été utilisées pour prévenir les IAS aiguës, y compris des mesures de préacclimatation et l'administration de suppléments non pharmacologiques. Nous avons inclus des essais avec des participants qui sont à risque de développer une maladie de haute altitude (MAM ou HACE, ou HAPE, ou les deux). Nous avons inclus des participants avec et sans antécédents de maladie de haute altitude. Nous n'avons appliqué aucune restriction d'âge ou de sexe. Nous avons inclus des essais où l'intervention pertinente a été administrée avant le début de l'ascension.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standard employées par Cochrane.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 20 études (1 406 participants, 21 références) dans cette revue. Trente études (14 en cours et 16 en attente de classification (en attente)) seront prises en compte dans les versions futures de cette série de trois revues, si cela est approprié. Nous présentons les résultats pour le principal critère de jugement de cette revue (risque de MAM) pour chaque groupe d'interventions évaluées.

Groupe 1. Préacclimatation et autres mesures basées sur la pression

L'utilisation de l'altitude simulée ou du préconditionnement ischémique à distance (en anglais : remote ischaemic preconditioning, RIPC) peut ne pas améliorer le risque de MAM lors d'une exposition ultérieure à l'altitude, mais cet effet est incertain (rapport altitude : risque (RR) 1,18, intervalle de confiance (IC) à 95% 0,82 à 1,71 ; I² = 0% ; 3 essais, 140 participants ; preuves de faible qualité. RIPC : RR 3,0, IC à 95 % : 0,69 à 13,12 ; 1 essai, 40 participants ; preuves de faible qualité). Nous avons trouvé des preuves de l'amélioration de ce risque à l'aide de la pression expiratoire finale positive (en anglais : positive end-expiratory pressure, PEEP), mais cette information provient d'un essai croisé avec un nombre limité de participants (RC 3,67, IC à 95 % : 1 essai, 8 participants ; preuves de faible qualité). Nous avons trouvé peu de données probantes sur le risque d'effets indésirables associés à ces interventions.

Groupe 2. Suppléments et vitamines

La supplémentation en antioxydants, médroxyprogestérone, fer ou Rhodiola crenulata pourrait ne pas améliorer le risque de MAM en cas d'exposition à une altitude élevée, mais cet effet est incertain (antioxydants : RR 0,58, IC à 95 % : 0,32 à 1,03 ; 1 essai, 18 participants ; preuves de faible qualité. Médroxyprogestérone : RR 0,71, IC à 95 % : 0,48 à 1,05 ; I² = 0 % ; 2 essais, 32 participants ; preuves de faible qualité. Fer : RR 0,65, IC à 95 % 0,38 à 1,11 ; I² = 0 % ; 2 essais, 65 participants ; données probantes de faible qualité. R crenulata : RR 1,00, IC à 95 % : 0,78 à 1,29 ; 1 essai, 125 participants ; preuves de faible qualité). Nous avons trouvé des preuves d'une amélioration de ce risque avec l'administration d'érythropoïétine, mais cette information a été extraite d'un essai comportant des problèmes liés au risque de biais et d'imprécision (RR 0,41, IC à 95 % : 0,20 à 0,84 ; 1 essai, 39 participants ; preuves de très mauvaise qualité). En ce qui concerne l'administration de ginkgo biloba, nous n'avons pas effectué d'estimation globale du RR pour la MAM en raison de la grande hétérogénéité entre les études incluses (I² = 65%). Les estimations du RR des études individuelles étaient contradictoires (de 0,05 à 1,03 ; données de faible qualité). Nous avons trouvé peu de données probantes sur le risque d'effets indésirables associés à ces interventions.

Groupe 3. Autres comparaisons

Nous avons trouvé des preuves hétérogènes concernant le risque de MAM lorsque le ginkgo biloba a été comparé à l'acétazolamide (I² = 63%). Les estimations du RR des études individuelles étaient contradictoires (estimations de 0,11 (IC, 95 % : 0,01 à 1,86) à 2,97 (IC, 95 % : 1,70 à 5,21) ; preuves de faible qualité). Nous avons trouvé des signes d'amélioration lorsque le ginkgo biloba était administré en même temps que l'acétazolamide, mais cette information provenait d'un seul essai comportant des problèmes associés au risque de biais (comparativement au ginkgo biloba seul) : RR 0,43, IC à 95 % 0,26 à 0,71 ; 1 essai, 311 participants ; données probantes de faible qualité). L'administration de médroxyprogestérone et d'acétazolamide n'a pas amélioré le risque de MAM comparativement à l'administration de médroxyprogestérone ou d'acétazolamide seul (RR 1,33, IC à 95 % : 0,50-3,55 ; 1 essai, 12 participants ; données de faible qualité). Nous avons trouvé peu de données probantes sur le risque d'effets indésirables associés à ces interventions.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.