Comparaison de l’interruption volontaire de grossesse médicamenteuse auto-administrée et administrée par un médecin (revue)

Problématique de la revue

L'objectif de cette revue était de comparer si les femmes qui prennent des médicaments pour interrompre la grossesse par elles-mêmes sans la supervision d'un professionnel de santé peuvent le faire avec autant de succès et de sécurité que les femmes qui prennent ces médicaments en présence de professionnels de santé qualifiés.

Contexte

L'avortement médicamenteux utilisé pour interrompre une grossesse a été efficace et sans danger lorsque les femmes ont accès à des informations et des ressources appropriées. Dans le cadre de l'interruption volontaire de grossesse médicamenteuse administrée par un clinicien, les médicaments sont pris en présence de personnels de santé qualifiés. L'accès aux médicaments pour l’interruption de la grossesse a augmenté et a donné aux femmes un plus grand contrôle sur leurs procédures d'avortement par auto-administration. Dans le cas d'une interruption volontaire de grossesse médicamenteuse auto-administrée, la femme prend le(s) médicament(s) sans la supervision d'un professionnel de santé après avoir reçu les informations et les ressources appropriées. Il s'agit de la première revue des données probantes publiées sur la question de savoir si l'auto-administration de l'interruption volontaire de grossesse médicamenteuse est un moyen sûr et efficace de mettre fin à une grossesse. Nous avons comparé le succès et la sécurité de l'interruption volontaire de grossesse médicamenteuse auto-administré par rapport à l'interruption volontaire de grossesse médicamenteuse administrée par un professionnel.

Caractéristiques des études

Nous avons inclus 18 études (deux essais contrôlés randomisés et 16 études de cohortes prospectives) portant sur 11 043 femmes subissant une l'interruption volontaire de grossesse médicamenteuse précoce (jusqu'à neuf semaines de gestation) dans 10 pays qui comparaient l'interruption volontaire de grossesse médicamenteuse auto-administrée à l'interruption volontaire de grossesse médicamenteuse administrée par un professionnel de santé, après une première consultation médicale. La plupart des études (16) ont été menées dans des milieux à faibles à moyennes revenus et deux études dans des milieux à revenus élevées. Les données probantes décrites dans cette revue proviennent d'études publiées avant le 10 juillet 2019.

Principaux résultats

Les femmes qui s'administrent elles-mêmes des médicaments pour interrompre leur grossesse en début de grossesse (jusqu'à neuf semaines d'âge gestationnel) connaissent des taux d'avortement complet similaires à ceux des femmes qui subissent des procédures administrées par un professionnel de santé dans des milieux à revenus faibles à moyens et élevées. Les données probantes sur la sécurité sont incertaines.

Qualité des données probantes

Le niveau de confiance des données probantes du succès de l'avortement médicamenteux auto-administré par rapport à l'avortement médicamenteux administré par un clinicien était modéré en raison d'études de faible confiance. Les données probantes sur la tolérance de ces interventions étaient très faibles, en raison d'études de faible confiance.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue montre que l'auto-administration de la deuxième étape des procédures l'interruption volontaire de grossesse médicamenteuse précoce est aussi efficace que les procédures administrées par un clinicien pour le critère de jugement du succès de l'interruption. Il pourrait ne pas y avoir pas de différence pour le critère de jugement de la poursuite de la grossesse, bien que les données probantes soient incertaines pour ce critère de jugement. Il existe très peu de données probantes sur le risque de complications nécessitant une intervention chirurgicale. Les données sont limitées par la rareté des études de qualité élevée et la présence de risques de biais. Cette revue ne fournit pas suffisamment de données probantes pour déterminer la tolérance de l'auto-administration par rapport à l'administration de médicaments avec la supervision d'un professionnel de santé.

De nouvelles recherches devraient porter sur l'efficacité et la tolérance de l'interruption volontaire de grossesse médicamenteuse auto-administrée en l'absence de supervision par un professionnel de santé pendant l'ensemble du protocole de l'interruption volontaire de grossesse médicamenteuse (par exemple, pendant l'administration de mifépristone ou dans le traitement uniquement à base de misoprostol) et à des âges gestationnels plus tardifs (c'est-à-dire plus de neuf semaines). En l'absence de toute supervision de la part du personnel médical, des recherches sont nécessaires pour comprendre comment informer et soutenir au mieux les femmes qui choisissent de s'auto-administrer les médicaments, y compris lorsqu'elles cherchent à obtenir des soins cliniques.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'émergence de l'interruption volontaire de grossesse médicamenteuse a amélioré l'accès à des procédures d'avortement sûres. Les procédures d'interruption volontaire de grossesse médicamenteuse impliquent soit l'administration de mifépristone suivie de misoprostol, soit un traitement uniquement à base de misoprostol. Les médicaments sont généralement administrés en présence de cliniciens, ce qui est connu sous le nom d’interruption volontaire de grossesse administrée par un professionnel. Dans le cas d'une interruption médicamenteuse auto-administrée, les médicaments sont administrés par la femme elle-même, sans la supervision d'un professionnel lors d'au moins une étape du protocole de traitement. L'auto-administration de l'interruption volontaire de grossesse médicamenteuse peut permettre aux femmes de contrôler le processus d'avortement. Dans les contextes où il y a une pénurie de professionnels de santé, l'auto-administration peut réduire la charge du système de santé. Cependant, il n'est pas certain que l'auto-administration de l'interruption volontaire de grossesse soit efficace et sûre. Il est important de comprendre si les femmes peuvent interrompre leur propre grossesse de manière sûre et efficace lorsqu'elles ont accès à des informations précises et adéquates, à des médicaments de qualité et à des soins en établissement en cas de complications.

Objectifs: 

Comparer l'efficacité, la tolérance et l'acceptabilité de l'interruption volontaire de grossesse médicamenteuse auto-administrée par rapport à l'interruption volontaire de grossesse médicamenteuse administrée par un clinicien dans n'importe quel contexte.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés, les fiches MEDLINE en cours de traitement et d'autres citations non indexées, Embase, CINAHL, POPLINE, LILACS, ClinicalTrials.gov, le Système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS (ICTRP) et Google Scholar, depuis leur création jusqu'au 10 juillet 2019.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) et des études de cohortes prospectives avec un groupe de comparaison concomitant, en utilisant des plans d'étude qui comparaient l'interruption volontaire de grossesse médicamenteuse par des méthodes auto-administrées par rapport à des méthodes administrées par des cliniciens.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont extrait les données de manière indépendante, et nous avons effectué une méta-analyse, le cas échéant, en utilisant le logiciel Review Manager 5. Notre critère de jugement principal était la réussite de l'avortement (efficacité), défini comme l'évacuation complète de l'utérus sans qu'il soit nécessaire de recourir à une intervention chirurgicale. La poursuite de la grossesse (la présence d'un sac gestationnel intact) était notre critère de jugement secondaire mesurant le succès ou l'efficacité. Nous avons évalué l'hétérogénéité statistique à l'aide de tests de Chi2 et de statistiques I2 en utilisant un seuil de P < 0,10 pour indiquer l'hétérogénéité statistique. L'évaluation de la qualité des données a été réalisée selon l'approche GRADE. Nous avons suivi les procédures méthodologiques standard définies par Cochrane.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié 18 études (deux ECR et 16 études non randomisées (ENR)) comprenant 11 043 femmes subissant une interruption volontaire de grossesse médicamenteuse précoce (≤ 9 semaines de gestation) dans 10 pays. Seize études ont été menées dans des milieux à faibles ou moyens revenus et deux études ont été menées dans des milieux à revenus élevés. Une étude non randomisée a reçu des analgésiques d'une société pharmaceutique. Cinq ENR et un ECR n'ont pas rapporté leur financement ; neuf ENR ont reçu un financement total ou partiel d'un donateur anonyme. Cinq ENR et un RCT ont reçu des financements d'agences gouvernementales, de fondations privées ou d'organismes à but non lucratif. L'intervention étudiée dans les données probantes est principalement la prise de mifépristone en présence d'un professionnel de santé, et ensuite la prise de misoprostol sans supervision par un professionnel de santé (par exemple à la maison).

Il n'y a pas de données probantes indiquant une différence dans les taux des interruptions volontaires de grossesse réussisses entre les groupes auto-administrés et les groupes administrées par des professionnels : pour deux ECR, risque relatif (RR) 0,99, intervalle de confiance (IC) de 95% 0,97 à 1,01 ; 919 participants ; données probantes de confiance modérée. La confiance des données probantes fournies par 16 ENR est très faible : RR 0,99, IC 95% 0,97 à 1,01 ; 10 124 participants.

Pour le critère de jugement de la poursuite de la grossesse, il pourrait y avoir peu ou pas de différence entre les deux groupes : pour un ECR : RR 1,69, IC 95% 0,41 à 7,02 ; 735 participants ; données probantes de faible confiance ; et données probantes de très faible confiance pour 11 ENR : RR 1,28, IC 95% 0,65 à 2,49 ; 6691 participants.

Nous ne sommes pas sûrs qu'il y ait des différences pour les complications nécessitant une intervention chirurgicale, car nous n'avons pas trouvé d'ECR et les données probantes de trois ENR étaient de très faible confiance : pour trois ENR : RR 2,14, IC 95% 0,80 à 5,71 ; 2452 participants.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Constance Dubois et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.