Interventions d'amélioration de la santé aidant les demandeurs d'emploi au chômage à trouver un emploi

Quel est l’objectif de cette revue ?

L'objectif de cette revue Cochrane était de déterminer s'il est possible d'aider les chômeurs à trouver un emploi en améliorant leur santé.

La diminution de la santé et la réduction de la capacité de travail peuvent être des causes de chômage. En outre, le chômage, et en particulier le chômage prolongé, peut à son tour être à l'origine d'une mauvaise santé et d'un bien-être limité. On ne sait pas si les personnes sans emploi pourraient être aidées à trouver un travail par des interventions améliorant la santé.

Messages clés

Les interventions qui combinent les méthodes thérapeutiques et la formation à la recherche d'emploi augmentent probablement légèrement le nombre de personnes au chômage qui obtiennent un emploi par rapport à ceux qui ne bénéficient d'aucune intervention. Pour accroître la certitude des preuves, nous avons encore besoin d'un plus grand nombre d'études de haute qualité, y compris des études où les interventions sont clairement ciblées sur les chômeurs de courte ou de longue durée.

Qu’est-ce qui a été étudié dans la revue ?

Nous avons inclus 15 essais contrôlés randomisés impliquant 6397 participants. Les interventions comprenaient des méthodes thérapeutiques telles que la thérapie comportementale et cognitive, l'exercice physique et les conseils en matière de santé, ou il s'agissait d'interventions combinées comprenant des thérapies et une formation en recherche d'emploi. Nous avons utilisé les données de ces études sur le nombre de participants sans emploi qui ont obtenu un travail. Nous avons également recueilli des données sur la santé générale et mentale. Aucune étude n'a rapporté de critères de jugement relatifs à la capacité de travail.

Les résultats ont montré que les interventions combinées (interventions thérapeutiques combinées avec une formation à la recherche d'emploi) augmentent probablement légèrement le nombre de personnes sans emploi qui obtiennent un travail par rapport à celles qui ne suivent pas d'intervention. Les interventions thérapeutiques peuvent augmenter le nombre de personnes sans emploi qui obtiennent un travail par rapport à celles qui ne suivent pas d'intervention, mais les preuves sont très incertaines. Les interventions thérapeutiques ne font probablement aucune différence pour la santé mentale et générale, comparativement à l'absence d'intervention.

Dans quelle mesure cette revue est-elle à jour ?

Nous avons recherché des études publiées jusqu'en août 2019.

Conclusions des auteurs: 

Les interventions combinant des méthodes thérapeutiques et une formation à la recherche d'emploi ont probablement un petit effet bénéfique sur l'augmentation de l'emploi. Les interventions thérapeutiques peuvent avoir un effet sur le réemploi, mais nous sommes très incertains. Les interventions thérapeutiques peuvent ne pas améliorer la santé des demandeurs d'emploi au chômage. De grands ECR de haute qualité ciblant les personnes sans emploi sur une courte ou longue durée sont nécessaires pour améliorer la qualité des données probantes. Une évaluation coût-efficacité des petits effets bénéfiques est nécessaire.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le chômage est associé à une diminution de la santé qui peut être une cause ou une conséquence de la perte d'emploi. Une santé diminuée peut empêcher le réemploi.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des interventions visant l'amélioration de la santé pour l'obtention d'un emploi chez les demandeurs d'emploi au chômage.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches (3 mai 2018, mise à jour le 13 août 2019) dans le Registre Central des Essais Contrôlés Cochrane, MEDLINE, Scopus, PsycINFO, CINAHL, SocINDEX, OSH Update, ClinicalTrials.gov, le portail des essais de l'OMS, ainsi que dans les listes de référence des études incluses et de revues sélectionnées.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) sur l'efficacité des interventions visant l'amélioration de la santé pour l'obtention d'un emploi chez les demandeurs d'emploi au chômage. Le principal critère de jugement était le réemploi, soit le nombre ou le pourcentage de participants qui ont obtenu un emploi. Nos critères de jugement secondaires étaient la santé et la capacité de travail.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment procédé à la sélection des études, extrait les données sur les critères de jugement et évalué le risque de biais. Nous avons regroupé les résultats des études avec des modèles à effets aléatoires et rapporté les risques relatifs (RR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 % et évalué la qualité globale des données probantes pour chaque comparaison en utilisant l'approche GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 15 essais contrôlés randomisés (16 interventions) avec un total de 6 397 participants sans emploi. Huit études ont évalué des interventions thérapeutiques telles que la thérapie cognitivo- comportementale, l'exercice physique et les conseils en matière de santé et, dans sept études, les interventions combinaient des méthodes thérapeutiques et la formation à la recherche d'emploi.

Interventions thérapeutiques

Les interventions thérapeutiques par rapport à l'absence d'intervention peuvent accroître l'emploi à une moyenne de suivi de 11 mois, mais les données probantes sont très incertaines (RR = 1,41, IC à 95 % 1,07 à 1,87, n = 1142, 8 études avec 9 interventions, I² = 52 %, preuve de très faible qualité). Il n'y a probablement pas de différence dans les effets des interventions thérapeutiques par rapport à l'absence d'intervention sur la santé mentale (DMS 0,12, IC à 95 % -0,06 à 0,29, n = 530, 2 études, données probantes de faible qualité) et sur la santé générale (DMS 0,19, IC à 95 % -0,04 à 0,41, n = 318, 1 étude, preuves de qualité moyenne).

Interventions combinées

Les interventions combinées font probablement augmenter légèrement l'emploi comparativement à l'absence d'intervention au moment du suivi de 10 mois en moyenne (RR 1,12, IC à 95 % 1,06 à 1,20, n = 4101, 6 études, I² = 7 %).

Aucune étude n'a mesuré la capacité au travail, les effets indésirables ou le rapport coût- efficacité.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Fanny Lebigre et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.