Thérapie sonore (à l'aide d'appareils d'amplification ou générateurs de sons) pour les acouphènes

Problématique de la revue

La thérapie par le son (à l'aide de dispositifs d'amplification, de générateurs de sons ou des deux) est-elle efficace contre les acouphènes chez l’adulte ?

Contexte

L'acouphène est la perception d'un son dans l'oreille ou la tête sans aucune source sonore extérieure. Elle touche 10 à 15 % de la population adulte. Environ 20 % des personnes atteintes d'acouphène présentent des symptômes qui nuisent à leur qualité de vie, notamment des troubles du sommeil, des difficultés d'audition et de concentration, l'isolement social, l'anxiété, la dépression, l'irritation ou le stress. Les acouphènes peuvent être traités par des programmes d’éducation et des conseils, des thérapies de relaxation, des thérapies psychologiques ou au moyen d’appareils qui améliorent l'audition ou génèrent des sons tels que les générateurs de sons ou les appareils auditifs. Parfois, des médicaments sont prescrits pour traiter les problèmes associés aux acouphènes, comme les troubles du sommeil, l'anxiété ou la dépression. Le but de cet revue est d'évaluer les données probantes issues d'essais cliniques de grande qualité afin de déterminer les effets de la thérapie sonore (prothèses auditives, générateurs de sons et appareils auditifs combinés) sur les adultes atteints d'acouphène. Nous voulions notamment examiner les effets de la thérapie sonore sur la gravité des acouphènes et les effets secondaires éventuels.

Caractéristiques de l’étude

Notre revue a permis d'identifier huit essais contrôlés randomisés auxquels ont participé 590 personnes au total. Sept études portaient sur les effets des appareils auditifs, quatre sur des appareils auditifs combinés et trois sur des générateurs de sons. Dans sept études, les participants ont été répartis en groupes parallèles et, dans une étude, les participants ont testé chaque intervention dans un ordre aléatoire. Les critères de jugement que nous avons recherchés étaient la gravité des symptômes de l'acouphène, la dépression, l'anxiété, la qualité de vie et les effets secondaires. Le risque de biais dans les études était, de manière générale, peu clair. De plus, la mise en aveugle n’était que peu utilisée, ou pas du tout.

Résultats principaux

Concernant nos critères de jugement, aucune de nos trois principales comparaisons (comparaison d'appareils auditifs, de générateurs de sons et d'appareils combinés avec un groupe témoin sur liste d'attente, un placebo ou des programmes d’éducation/d’information seulement) ne nous a permis de trouver de données. Il y avait également peu de données disponibles pour nos comparaisons supplémentaires (comparaison de ces dispositifs entre eux) et il était difficile de regrouper (combiner) les données.

Prothèse auditive utilisée seule par rapport à un appareil générateur de son utilisé seul

Dans une étude, des patients équipés de générateurs de sons ont été comparés à des patients équipés de prothèses auditives. Aucune différence entre ces deux groupes n’a été constatée quant à leurs effets sur notre critère de jugement principal, la gravité des symptômes d'acouphène, à 3, 6 ou 12 mois. L'utilisation des deux types de dispositif a été associée à une réduction cliniquement significative de la gravité des symptômes de l’acouphène.

Combinaison de prothèses auditives par rapport à l’utilisation d’une seule prothèse auditive

Dans trois études, la combinaison d'appareils auditifs et de générateurs de sons a été comparée avec des appareils auditifs utilisés seuls, et des mesures de la gravité des symptômes de l’acouphène ont été réalisées. Lorsque nous avons combiné les données sur la gravité des symptômes de l'acouphène, nous n'avons trouvé aucune différence entre ces deux interventions. L'utilisation des deux types d'appareil a de nouveau été associée à une réduction cliniquement significative de la gravité des symptômes de l'acouphène.

Les effets indésirables n'ont été évalués dans aucune des études incluses.

Dans aucune des études n'ont été mesurés les symptômes dépressifs ou la dépression, les symptômes d'anxiété ou l'anxiété généralisée, ou d'autres critères de jugement importants et d'intérêt pour cette revue.

Qualité des données probantes

Chaque fois que les critères de jugement qui nous intéressaient dans le cadre de cet revue étaient signalés, la qualité des données probantes disponibles avait été jugée comme faible. L'utilisation d'une prothèse auditive, d'un générateur de sons ou d'une combinaison d’appareils n’entraînerait que peu ou pas de différence dans la gravité des symptômes de l'acouphène.

Conclusions des auteurs: 

Il n’existe pas de données probantes démontrant la supériorité de la thérapie sonore pour l'acouphène par rapport au groupe témoin sur liste d'attente, au placebo ou aux programmes d'éducation/information sans utilisation d’appareil auditif. Il n'y a pas suffisamment de données probantes permettant d’établir la supériorité ou l'infériorité d’une des possibilités de thérapie sonore (prothèse auditive, générateur de sons ou prothèse auditive combinée) par rapport à une autre. La qualité des données probantes pour les critères de jugement rapportés, évaluée à l'aide de l’outil GRADE, était faible. L'utilisation d'un appareil combiné, d'une prothèse auditive ou d'un générateur de sons n’entraînerait que peu ou pas de différence dans la gravité des symptômes d'acouphène.

Les recherches futures sur l'efficacité d'une thérapie sonore chez les patients atteints d'acouphène devraient reposer sur une méthodologie rigoureuse. La randomisation et la mise en aveugle devraient être de la plus haute qualité, étant donné la nature subjective des acouphènes et la forte probabilité d'une réponse placebo. Les recommandations CONSORT devraient être appliquées pour la conception et la présentation des études futures. Nous recommandons également l’utilisation de mesures de critères de jugement validés et centrés sur le patient pour les recherches dans le domaine de l'acouphène.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les acouphènes touchent 10 à 15 % de la population adulte, dont environ 20 % présentent des symptômes qui nuisent à la qualité de vie. Rien qu'en Angleterre, chaque année on estime que sur 1 million de patients consultant leur médecin généraliste, les 3/4 souffrent principalement d'acouphènes, ce qui représente une charge importante pour les services de santé. Les stratégies de prise en charge clinique comprennent l'éducation et les conseils, des thérapies acoustiques d’habituation, de relaxation, cognitivo-comportementales, l’amplification du son au moyen de générateurs de sons ou d’appareils auditifs placés au niveau de l’oreille, et les pharmacothérapies pour traiter les symptômes comorbides comme les troubles du sommeil, l'anxiété ou la dépression. Les prothèses auditives, les générateurs de sons et les appareils combinés (un amplificateur et un générateur de sons au sein d'un même appareil) font partie des nombreux programmes de prise en charge des acouphènes et constituent, avec les programmes d’information et les conseils, une prise en charge de première intention dans les départements d'audiologie pour les personnes atteintes d'acouphènes.

Objectifs: 

Évaluer les effets de la thérapie sonore (à l'aide de dispositifs d'amplification et/ou de générateurs de sons) sur les acouphènes chez l’adulte.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le spécialiste de l'information ORL de Cochrane a fait des recherches dans le Registre ORL de Cochrane, le Registre central des essais contrôlés (CENTRAL, via le Registre des études Cochrane), Ovid MEDLINE, Ovid Embase, CINAHL, Web of Science, ClinicalTrials.gov, ICTRP et d’autres sources pour les essais publiés et non publiés. Les recherches ont été effectuées le 23 juillet 2018.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) dans lesquels des adultes atteints d'acouphènes idiopathiques subjectifs aigus ou chroniques ont été recrutés. Nous avons inclus des études dans lesquelles des prothèses auditives, des générateurs de sons ou des prothèses auditives combinées étaient utilisés dans les bras d’intervention et étaient comparés à un groupe témoin sur liste d'attente, un placebo ou des programmes d'éducation/d’information seulement sans utilisation d’appareil auditif. Nous avons également inclus des études dans lesquelles des comparaisons ont été effectuées entre les prothèses auditives et les générateurs de sons, entre les prothèses auditives combinées et les prothèses auditives utilisées seules et entre les prothèses auditives combinées et les générateurs de sons.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standards prévues par Cochrane. Nos principaux critères de jugement étaient la gravité des symptômes de l’acouphène, mesurée par un score global au questionnaire sur les acouphènes comprenant de nombreux items, et les effets indésirables importants, tels qu'indiqués par une augmentation de l'intensité sonore des acouphènes signalés par les patients eux-mêmes. Nos critères de jugement secondaires étaient des symptômes dépressifs, des symptômes d'anxiété généralisée, la qualité de vie liée à la santé et des effets indésirables associés au port de l'appareil comme la douleur, l'inconfort, la sensibilité ou l'irritation de la peau, ou des otites. Nous avons utilisé GRADE pour évaluer la qualité des données probantes pour chaque critère de jugement ; elle est indiquée en italique.

Résultats principaux: 

Cette revue comprenait huit études (totalisant 590 participants). Sept études portaient sur les effets des appareils auditifs, notamment quatre appareils auditifs combinés et trois générateurs de sons. Sept études étaient des ECR à groupes parallèles et une étude était en plan croisé. En général, le risque de biais n'était pas clair en raison du manque de détails sur la génération des séquences et l’assignation secrète. De plus, la mise en aveugle n’était que peu utilisée, ou pas du tout.

Concernant nos critères de jugement, aucune de nos trois principales comparaisons (comparaison d'appareils auditifs, de générateurs de sons et d'appareils combinés avec un groupe témoin sur liste d'attente, un placebo ou des programmes d’éducation/information seulement) ne nous a permis de trouver de données. Les données concernant nos comparaisons supplémentaires (comparaison de ces dispositifs entre eux) étaient également peu nombreuses, et les possibilités de mise en commun des données étaient limitées.

Prothèse auditive utilisée seule par rapport à un appareil générateur de son utilisé seul

Dans une étude, des patients équipés de générateurs de sons ont été comparés à des patients équipés d'appareils auditifs et aucune différence n’a été trouvée entre ces deux interventions quant à leurs effets sur notre critère de jugement principal, la gravité des symptômes de l'acouphène mesurée à l’aide du THI (Tinnitus Handicap Inventory - inventaire du handicap acouphénique) à 3, 6 ou 12 mois (données probantes de faible qualité). L'utilisation des deux types de dispositif a été associée à une réduction cliniquement significative de la gravité des symptômes de l’acouphène.

Combinaison de prothèses auditives par rapport à l’utilisation d’une seule prothèse auditive

Dans trois études, la combinaison d'appareils auditifs a été comparée avec des prothèses auditives utilisées seules et la gravité des symptômes de l'acouphène a été mesurée à l'aide du Tinnitus Functional Index (indice fonctionnel de l’acouphène) ou du THI. Lorsque nous avons regroupé les données, nous n'avons trouvé aucune différence entre ces deux interventions (différence moyenne standardisée -0,15, intervalle de confiance à 95 % -0,52 à 0,22 ; trois études ; 114 participants) (données probantes de faible qualité). L'utilisation des deux types d'appareil a de nouveau été associée à une réduction cliniquement significative de la gravité des symptômes de l'acouphène.

Les effets indésirables n'ont été évalués dans aucune des études incluses.

Dans aucune des études n’ont été mesurés les critères de jugement secondaires qu’étaient les symptômes dépressifs ou de la dépression, les symptômes d'anxiété ou l'anxiété généralisée, ni la qualité de vie liée à la santé mesurée par un instrument validé, ni les nouveaux critères de jugement fondamentaux qui ont été définis comme le caractère intrusif de l'acouphène, la capacité à faire abstraction de l’acouphène, la concentration, la qualité du sommeil et le sentiment de maîtrise de l’acouphène.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.