Traitements antibiotiques pour les infections de longue durée provoquées par les bactéries du complexe Burkholderia cepacia chez les personnes atteintes de mucoviscidose

Problématique de la revue

Nous avons examiné les données probantes concernant les traitements antibiotiques à long terme chez les personnes atteintes de mucoviscidose qui sont infectées par le complexe Burkholderia cepacia (complexe composé d'au moins 20 espèces de bactéries différentes).

Contexte

Les personnes atteintes de mucovicidose souffrent souvent d'infections pulmonaires répétées et leurs poumons finissent par être infectés de façon permanente par des bactéries, notamment une famille de bactéries appelée le complexe Burkholderia cepacia qui peuvent causer des problèmes en raison de leur résistance à de nombreux antibiotiques et peuvent aggraver les maladies pulmonaires. Nous voulions savoir si l'utilisation d'un traitement antibiotique à long terme était bénéfique pour les personnes atteintes de mucoviscidose et infectées par le complexe Burkholderia cepacia.

Date de recherche

Les données probantes sont à jour au : 29 mai 2019.

Caractéristiques des études

Cette revue a inclus une étude portant sur 100 personnes âgées de 6 à 57 ans. L'étude comparait un antibiotique inhalé appelé aztréonam à un placebo (une substance qui ne contient aucun médicament) et les personnes étaient sélectionnées pour l'un ou l'autre traitement au hasard. L'étude a duré 52 semaines.

Résultats principaux

La seule étude incluse dans cette revue a révélé que l'aztréonam inhalé n'avait aucun effet bénéfique sur la fonction pulmonaire ou le taux d'infections pulmonaires chez les personnes atteintes de mucoviscidose et d'infection par le complexe Burkholderia cepacia. Il n'y avait pas de différence entre les groupes concernant le délai moyen avant la prochaine exacerbation de la maladie ou le nombre de personnes hospitalisées pour une exacerbation. Dans l'ensemble, les effets indésirables étaient semblables entre les deux groupes (traité et non traité). En ce qui concerne les autres critères évalués, il n'y avait aucune différence entre les groupes quant à la mortalité, la qualité de vie ou la densité des expectorations. D'autres recherches sont nécessaires pour déterminer si d'autres antibiotiques inhalés peuvent être utiles.

Qualité des données

La qualité globale des données probantes a été jugée modérée pour tous les résultats, ce qui signifie que de futures recherches auront probablement un impact important sur les résultats.

Conclusions des auteurs: 

Nous n'avons pas trouvé suffisamment de données probantes dans la littérature pour déterminer une stratégie efficace d'antibiothérapie pour le traitement de l'infection chronique par le CBC.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La mucoviscidose (MV) est une maladie héréditaire limitant l'espérance de vie et qui touche un certain nombre d'organes, mais qui est généralement associée à une infection pulmonaire chronique et à une perte progressive de la fonction pulmonaire. L'infection chronique par le complexe Burkholderia cepacia (CBC) est associée à une morbidité et à une mortalité accrues et représente donc un défi de taille pour les cliniciens qui traitent les personnes atteintes de MV. Cette revue examine les données probantes actuelles sur l'antibiothérapie à long terme chez les personnes atteintes de MV et d'infection chronique par le CBC.

Objectifs: 

L'objectif de cette revue est d'évaluer les effets de l'antibiothérapie orale et inhalée à long terme contre les infections pulmonaires chroniques à CBC chez les personnes atteintes de MV. L'objectif principal est d'évaluer l'efficacité des traitements en termes d'amélioration de la fonction pulmonaire et de réduction de la fréquence des exacerbations. Les objectifs secondaires comprennent la quantification des événements indésirables, de la mortalité et des changements dans la qualité de vie associés au traitement.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le registre des essais cliniques sur la mucoviscidose de Cochrane, compilé à partir de recherches dans des bases de données électroniques et de recherches manuelles dans des revues et des livrets de résumés de conférences. Nous avons également effectué des recherches dans les registres d'essais cliniques en ligne et dans les listes de référence des articles et des revues pertinents.

Date de la dernière recherche : 29 mai 2019.

Critères de sélection: 

Essais cliniques comparatifs et randomisés (ECR) sur l'antibiothérapie à long terme chez les personnes atteintes de MV et d'infection chronique par le BCC.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont extrait des données de façon indépendante, évalué le risque de biais et évalué la qualité des données à l'aide de GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus un ECR (100 participants) qui a duré 52 semaines, comparant l'aztréonam lysine (AZLI) en inhalation continue et un placebo dans un ECR à double insu pendant 24 semaines, suivi d'une prolongation ouverte de 24 semaines et d'un suivi de quatre semaines. L'âge moyen des participants était de 26,3 ans, 61 % étaient des hommes et la fonction pulmonaire moyenne était prédite à 56,5 %.

Le traitement par AZLI pendant 24 semaines n'a pas été associé à une amélioration du volume expiratoire maximal seconde (VEMS), avec une différence moyenne de 0,91 % (intervalle de confiance (IC) à 95 % -3,15 à 4,97) (preuves de qualité moyenne). Le délai médian avant l’exacerbation suivante était de 75 jours dans le groupe AZLI comparativement à 51 jours dans le groupe placebo, mais cette différence n'était pas significative (P = 0,27) (données de qualité moyenne). De même, le nombre de participants hospitalisés pour des exacerbations respiratoires n'a montré aucune différence entre les groupes, le rapport de risque (RR) étant de 0,88 (IC à 95 % : 0,53 à 1,45) (preuves de qualité moyenne). Dans l'ensemble, les effets indésirables étaient semblables entre les groupes, RR 1,08 (IC à 95 % : 0,98 à 1,19) (données de qualité moyenne). Il n'y avait pas de différences significatives entre les groupes traités en ce qui concerne la mortalité (données de qualité moyenne), la qualité de vie ou la densité des expectorations.

En ce qui concerne la qualité méthodologique, le risque global de biais dans l'étude a été évalué comme étant peu clair à faible.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Margaux Demuysere et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.