Thérapies physiques pour les anomalies posturales chez les personnes atteintes de mucoviscidose

Problématique de la revue

Nous avons examiné les données concernant les effets des thérapies physiques pouvant aider les anomalies posturales chez les personnes atteintes de mucoviscidose.

Contexte

La mucoviscidose est une maladie génétique qui provoque des problèmes dans certains organes du corps, en particulier les poumons. Récemment, il a été remarqué que des anomalies posturales pouvaient se produire suite à la progression de la maladie. Certaines thérapies physiques basées sur les étirements et le renforcement des muscles spinaux peuvent contribuer à améliorer la douleur et la qualité de vie des personnes atteintes de mucoviscidose.

Date de la recherche

Les données probantes sont à jour au : 19 mars 2020.

Caractéristiques des études

Deux essais ont été inclus dans cette revue, avec 50 participants âgés de 17 à 58 ans et diagnostiqués de mucoviscidose avec anomalies posturales. Les essais ont comparé la thérapie manuelle (toutes les thérapies physiques qui favorisent la relaxation des muscles, ainsi que la mobilisation de la colonne vertébrale, comme le massage ou la mobilisation de la colonne vertébrale) aux soins habituels (le traitement normal qu'ils recevaient auparavant). Les participants ont été répartis aléatoirement dans chaque groupe de traitement. L'un des essais s'est déroulé en milieu hospitalier et a duré 20 jours, le second en milieu ambulatoire pour une durée de trois mois. La plupart des critères de jugement ont été rapportés dans les deux essais.

Principaux résultats

Les essais n'ont trouvé aucune différence entre la thérapie manuelle et les soins habituels pour les changements de déformation du tronc. Nous ne pouvions pas combiner les résultats de la qualité de vie ou les scores de douleur de par leurs différences. Nous n'avons pu trouver de différence entre la thérapie manuelle et les soins habituels pour la fonction pulmonaire. Un seul essai (15 participants) a mesuré la modification du périmètre de marche qui semblait être favorisée par la thérapie manuelle par rapport aux soins habituels, mais ceci n'était pas clair car les résultats variaient beaucoup. Un essai a rapporté que les participants du groupe de thérapie manuelle ont apprécié ce type de traitement et que l'adhésion en était également élevée. Aucun des essais n'a rapporté d'effets secondaires.

Qualité des données

Dans l'ensemble, la qualité des données était faible à très faible dans tous les résultats considérés. Des données de faible qualité signifient que notre confiance en l'effet de la thérapie manuelle est limité et que l'effet réel pourrait être très différent. Nous pensons que le fait de la connaissance du traitement reçu par les sujet ait pu avoir une incidence sur les résultats en matière de changement de la qualité de vie, de changement de la douleur et de changement des critères de jugement de la fonction pulmonaire, mais cela peut ne pas avoir affecter les autres critères de jugement. Nous ne sommes par conséquent toujours pas convaincus que les thérapies manuelles améliorent les critères de jugement considérés comme importants pour le traitement des anomalies posturales.

Conclusions des auteurs: 

En raison des limites méthodologiques des essais inclus, et en outre la qualité des données probantes actuelles allant de très faible à faible, il existe peu de données probantes concernant les avantages des thérapies physiques sur les anomalies posturales chez les personnes atteintes de mucoviscidose. Par conséquent, il est nécessaire de procéder à d'autres essais bien conduits, avec des méthodologies robustes, en tenant compte d'un critère d'inclusion préalable pour identifier les participants présentant des anomalies posturales.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La mucoviscidose est la maladie héréditaire mortelle la plus courante dans la population caucasienne. Elle provoque plusieurs dysfonctionnements, notamment des anomalies posturales. La physiothérapie pourrait aider à remédier certaines conséquences de ces anomalies posturales, telles que la douleur, la déformation du tronc et la qualité de vie.

Objectifs: 

Déterminer les effets de thérapies physiques pour la gestion des anomalies posturales chez les personnes atteintes de mucoviscidose, en particulier sur la qualité de vie, la douleur et la déformation du tronc.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre des essais du groupe Cochrane sur la mucoviscidose, compilé à partir de recherches dans des bases de données électroniques, de journaux et de résumés de conférences. Nous avons également consulté les listes bibliographiques de revues et d’articles pertinents. Des recherches supplémentaires ont été effectuées sur ClinicalTrials.gov et sur le Système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'OMS pour toutes les études prévues, en cours et non publiées.

Date de la dernière recherche : 19 mars 2020.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés comparant toute modalité de thérapie physique jugée pertinente pour le traitement des troubles posturaux par rapport à d’autres, à aucune thérapie physique, à un traitement fictif ou à des soins habituels chez les personnes atteintes de mucoviscidose (quel que soit l'âge ou la gravité de la maladie).

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont sélectionné indépendamment les essais éligibles, évalué le risque de biais dans chaque essai et extrait les données. Nous avons contacté les auteurs des essais pour obtenir des informations manquantes ou complémentaires. Nous avons évalué la qualité des données probantes en utilisant les critères GRADE.

Résultats principaux: 

Deux essais, impliquant un total de 50 participants atteints de mucoviscidose et d'anomalies posturales, ont été inclus dans cette revue. L'une d'entre eux concernait des personnes dont la maladie était stable (depuis trois mois) et l'autre des patients hospitalisés souffrant d'une exacerbation (20 jours). Les deux essais ont comparé de la thérapie manuelle comprenant des mobilisations de la cage thoracique et de la colonne vertébrale, du traitement de dysfonctionnements musculaires spécifiques ou de groupes de muscles tendus et la sensibilisation et l'éducation posturales par rapport aux soins médicaux habituels. L'âge des participants variait de 17 à 58 ans. Les deux essais ont été menés au Royaume-Uni.

Les critères de jugement suivants ont été mesurés : changement de la qualité de vie, changement du niveau de douleur, changement de la déformation du tronc et changement de la fonction pulmonaire. La thérapie manuelle ne ferait que peu ou pas de différence dans la modification de la déformation du tronc par rapport aux soins habituels (données probantes de faible qualité). Aucun résultat n'a pu être analysé pour la qualité de vie (données probantes de très faible qualité) et la douleur (données probantes de très faible qualité) en raison de la grande hétérogénéité entre les essais. Il n'est pas certain que l'intervention améliore la fonction pulmonaire : capacité vitale forcée (données probantes de très faible qualité) ; volume expiratoire maximal par seconde (données probantes de très faible qualité) ; ou indice de Tiffeneau (rapport entre le volume expiratoire maximal par seconde [VEMS] et la capacité vitale forcée [CVF]). Un seul essai (15 participants) a mesuré la capacité fonctionnelle, la modification du périmètre de marche a semblé être favorisée par l'intervention en comparaison aux soins habituels, mais avec la possibilité d'un effet nul en raison des larges intervalles de confiance. Le même essai a également rapporté que six participants du groupe d'intervention ont eu des commentaires positifs sur l'intervention et qu'aucun événement indésirable n'a été mentionné.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Antoine Rohel et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.