Tocilizumab pour la maladie oculaire thyroïdienne

Objectif de la revue

L'objectif de cette revue était de déterminer si le tocilizumab est utile dans le traitement de la maladie oculaire thyroïdienne (MOT). Les chercheurs de Cochrane ont recherché des études afin de répondre à cette question et n'ont trouvé aucune étude pertinente.

Messages principaux

À l'heure actuelle, aucune étude bien conçue ne démontre que le tocilizumab est efficace et n'a aucun effet secondaire chez les personnes atteintes de la MOT.

Sujets étudiés dans la revue

La MOT est une affection courante. C’est une maladie auto-immune, ce qui signifie que le système immunitaire attaque et endommage l'œil et la cavité oculaire (l’orbite). Les traitements actuels pour la MOT comprennent les glucocorticoïdes, la radiothérapie et la chirurgie. Ces traitements peuvent entraîner des effets secondaires indésirables importants. Le tocilizumab est un médicament qui inhibe le système immunitaire. Il est utilisé dans le traitement d'autres maladies auto-immunes telles que la polyarthrite rhumatoïde et l'arthrite juvénile idiopathique systémique. On a déjà utilisé le tocilizumab pour traiter des personnes atteintes de la MOT et les rapports indiquent que ce traitement est un succès.

Principaux résultats de la revue

Les chercheurs de Cochrane n'ont retrouvé aucune étude achevée qui répondait aux critères d'inclusion de cette revue.

Dans quelle mesure cette revue est-elle à jour ?

Les chercheurs de Cochrane ont recherché les études publiées jusqu'au 31 juillet 2018.

Conclusions des auteurs: 

Actuellement, il n'existe aucune donnée probante provenant d'essais contrôlés randomisés qui évaluent l'efficacité et les effets indésirables du tocilizumab dans le traitement des personnes atteintes de la MOT.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La maladie oculaire thyroïdienne (MOT) est une maladie auto-immune qui représente un défi clinique et thérapeutique majeur. Les options thérapeutiques actuelles pour la MOT modérée à sévère comprennent l'immunothérapie, la radiothérapie orbitale et la chirurgie de décompression. Il existe peu de médicaments dont l'efficacité a été prouvée pour le traitement des personnes atteintes de la MOT. Étant donné le rôle de l'expression de l'interleukine 6 (IL-6) dans les adipocytes, des fibroblastes et des macrophages dans la pathogenèse de la MOT, nous proposons une théorie selon laquelle l'inhibition d’IL6 par le tocilizumab pourrait réduire directement la réaction inflammatoire et représenter un traitement efficace. De plus, il existe un besoin non satisfait d’un nouveau traitement pouvant modifier l'évolution naturelle de la maladie et réduire l'incidence de complications tardives qui peuvent survenir en raison d'une fibrose suite à l’inflammation.

Objectifs: 

Étudier l'efficacité et les effets indésirables du tocilizumab dans le traitement des personnes atteintes de la MOT.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (qui comprend le registre d’essais du groupe Cochrane sur l’ophtalmologie) (2018, numéro 6) ; MEDLINE Ovid ; Embase Ovid ; LILACS BIREME ; OpenGrey ; le registre ISRCTN ; ClinicalTrials.gov ; le système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Registre des essais cliniques de l'UE. Ces recherches ont été effectuées le 31 juillet 2018.

Critères de sélection: 

Nous avons recherché des essais cliniques sur le tocilizumab administré par perfusion intraveineuse, quel que soit la posologie, comparativement au placebo ou au traitement par glucocorticoïdes intraveineux chez les personnes atteintes de la MOT.

Recueil et analyse des données: 

Nous avions prévu d'utiliser les méthodes standards recommandées par Cochrane. Le critère de jugement principal était la modification du score de la maladie (tel que défini par les investigateurs). Les critères de jugement secondaires comprenaient la mesure des paramètres suivants : la modification de l’exophtalmie, la modification de la motilité oculaire extrinsèque, la modification des mesures de l'ouverture palpébrale, le nombre de rechutes, la progression de la neuropathie optique et la modification du score de la qualité de vie. Nous avions prévu de mesurer ces critères de jugement trois mois (mesures s’échelonnant entre deux et six mois) et 12 mois (mesures s’échelonnant entre six et 18 mois) après le traitement. Les résultats défavorables comprenaient tout effet indésirable identifié dans les essais à n'importe quel moment.

Résultats principaux: 

Aucune étude ne répondait aux critères d'inclusion de cette revue. Nous avons trouvé une étude randomisée contrôlée contre placebo en double insu (NCT01297699). Cette étude vise à évaluer l'efficacité et les effets indésirables liés à l'administration du tocilizumab chez les personnes atteintes d'une ophtalmopathie dysthyroïdienne (OD) modérée à grave ou présentant un risque de cécité, qui n'ont pas réagit positivement au traitement en intraveineuse par injection intermittente de corticoïdes. Elle a été achevée en décembre 2015 et fera l'objet d'une évaluation en vue de son inclusion dans cette revue lorsque les données seront disponibles.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Dara O’CONNOR et révisée par Cochrane France.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.