Assistance respiratoire non invasive déclenchée par le diaphragme pour prévenir l'insuffisance respiratoire chez les nouveaux-nés prématurés

Problématique de la revue

Chez les prématurés, l'assistance respiratoire non invasive déclenchée par le diaphragme, comparée à d'autres modes d'assistance respiratoire non invasive, permet-elle de prévenir l'insuffisance respiratoire ?

Contexte

L'assistance respiratoire non invasive déclenchée par le diaphragme utilise le signal électrique des muscles respiratoires pour guider le nouveau-né lorsqu'il essaie de respirer. Les nouveaux-nés bénéficient ainsi d'un soutien qui est à la fois synchronisé avec leurs efforts respiratoires et proportionnel à la force avec laquelle ils s'efforcent de respirer. Il peut aider les nouveaux-nés à éviter une assistance respiratoire invasive à l'aide d'un tube respiratoire. On ne sait pas encore s'il y a un effet bénéfique sur les critères de jugement pour les prématurés.

Caractéristiques de l'étude

Nous avons trouvé 15 études qui ont évalué l'effet de l'assistance respiratoire non invasive déclenchée par le diaphragme chez les nouveaux-nés en effectuant des recherches dans les bases de données médicales jusqu'au 10 mai 2019. Sur ces 15 études, deux (portant sur un total de 23 nouveaux-nés prématurés) étaient éligibles pour être incluses dans la revue. Dix études étaient en attente de publication ou sont en cours.

Principaux résultats

Il existe peu de données provenant d'essais contrôlés randomisés pour déterminer l'effet de l'assistance respiratoire non invasive déclenchée par le diaphragme sur des critères de jugement importants. Nous n'avons pu inclure que deux petits essais contrôlés randomisés dans l'examen. Les deux études ont porté sur des nouveaux-nés passant d'un type de soutien à l'autre et se sont concentrées sur les changements à court terme des schémas respiratoires.

Qualité des données

Nous n'avons pas pu tirer de conclusions significatives dans le cadre de cet examen en raison de données limitées et de données de très faible qualité. Des études de grande envergure et de grande qualité sont nécessaires pour déterminer si l'assistance respiratoire non invasive déclenchée par le diaphragme peut prévenir l'insuffisance respiratoire.

Conclusions des auteurs: 

En raison de données probantes limitées et d'une très faible certitude, nous n'avons pas été en mesure de déterminer si l'assistance respiratoire non invasive déclenchée par le diaphragme est efficace ou sans danger pour prévenir l'insuffisance respiratoire chez les nouveaux-nés. Des essais contrôlés randomisés de grande envergure et d'une puissance suffisante sont nécessaires pour déterminer si l'assistance respiratoire non invasive déclenchée par le diaphragme chez les prématurés est efficace ou sans danger.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'assistance respiratoire non invasive déclenchée par le diaphragme, communément appelée VNI-NAVA (assistance ventilatoire non invasive ajustée au niveau neural), utilise l'activité électrique du diaphragme crural pour déclencher le début et la fin d'une respiration. Elle fournit une pression inspiratoire variable qui est proportionnelle à l'effort inspiratoire changeant du nouveau-né. La VNI-NAVA a le potentiel de fournir un soutien efficace, non invasif, synchronisé et à plusieurs niveaux et pourrait réduire la nécessité d'une ventilation invasive ; cependant, ses effets sur les résultats à court et à long terme, en particulier chez le nourrisson prématuré, ne sont pas clairs.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et la tolérance de l'assistance respiratoire non invasive déclenchée par le diaphragme chez les prématurés (< 37 semaines de gestation) par rapport à d'autres modes d'assistance respiratoire non invasifs (ventilation nasale intermittente en pression positive (VNIPP)) ; ventilation nasale à pression positive continue (PPCN) ; canules nasales à haut débit (CNHD)), et pour évaluer en sous-groupe les nouveaux-nés prématurés dont le poids à la naissance est inférieur à 1000 grammes ou dont la gestation corrigée est inférieure à 28 semaines au moment de l'intervention.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons utilisé la stratégie de recherche standard du groupe Cochrane sur la Néonatologie pour effectuer des recherches dans le registre central des essais contrôlés de Cochrane (CENTRAL 2019, numéro 5), MEDLINE via PubMed (1946 au 10 mai 2019), Embase (1947 au 10 mai 2019) et CINAHL (1982 au 10 mai 2019). Nous avons également effectué des recherches dans les bases de données d'essais cliniques, consulté les actes de conférences et les références bibliographiques des articles extraits pour les essais contrôlés randomisés (RCT) et les essais quasi randomisés.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés qui comparent l'assistance respiratoire non invasive déclenchée par le diaphragme à d'autres assistances respiratoires non invasives chez les prématurés.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont sélectionné les essais de manière indépendante, évalué la qualité des essais et extrait les données des études incluses. Nous avons effectué des analyses à effet fixe et exprimé les effets du traitement sous forme d’écart moyen (MD), de rapport de risque (RR) et de différence de risque (RD) avec des intervalles de confiance (IC) de 95 %. Nous avons utilisé la méthode générique de variance inverse pour analyser les résultats spécifiques des essais croisés. Nous avons utilisé l'approche GRADE pour évaluer la certitude des données probantes.

Résultats principaux: 

Il y a eu deux petits essais contrôlés randomisés éligibles pour être inclus dans la revue, comprenant un total de 23 nouveaux-nés. Un seul essai impliquant 16 nouveaux-nés inclus dans l'analyse a rapporté l'un ou l'autre des critères de jugement principaux de la revue. Cette étude n'a pas trouvé de différence d'échec de modalité entre la VNI-NAVA et la VNIPP (RR 0,33, 95 % IC 0,02 à 7,14 ; RD -0,13, 95 % IC -0,41 à 0,16 ; 1 étude, 16 nouveaux-nés; hétérogénéité non applicable).

Les deux essais ont rapporté les critères de jugement secondaires de la revue spécifiques aux essais croisés (22 nouveaux-nés au total ; 1 exclu en raison de l'échec de la modalité initiale). Une étude portant sur sept nouveaux-nés a rapporté une réduction significative du maximum FiO₂ avec la VNI-NAVA par rapport à la VNIPP (MD -4,29, 95 % IC -5,47 à -3,11 ; hétérogénéité non applicable). Il n'y a pas eu de différence dans l'activité électrique maximale du signal du diaphragme (Edi) entre les modalités (MD -1,75, 95 % IC -3,75 à 0,26 ; I² = 0 %) et une augmentation significative de la fréquence respiratoire avec le VNI-NAVA par rapport au VNIPP (MD 7,22, 95 % IC 0,21 à 14,22 ; I² = 72 %) dans une méta-analyse de deux études portant sur un total de 22 nouveaux-nés. Les études incluses n'ont pas rapporté les autres critères de jugement d'intérêt.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Mamadou Lamarana Diallo et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.