La chirurgie au jet d'eau à haute pression (hydrochirurgie) est-elle meilleure que la chirurgie conventionnelle pour le traitement précoce des brûlures de profondeur moyenne ?

Contexte

Les brûlures sont des blessures courantes dans le monde entier et peuvent provoquer une maladie, une invalidité à vie et même la mort. Les brûlures profondes nécessitent souvent une intervention chirurgicale car la peau est trop endommagée pour guérir d'elle-même. La peau endommagée et brûlée doit donc être découpée (débridement) et remplacée par de la peau saine, qui est généralement une très fine couche de peau saine (greffe) prélevée sur une autre partie du corps. Le débridement se fait normalement avec un couteau chirurgical spécifique.

Récemment, un système de jet d’eau à haute pression a été mis au point, connu sous le nom d'hydrochirurgie. Cet outil n'enlève que la peau brûlée, laissant en place une peau saine et non brûlée. L'hydrochirurgie peut être plus précise qu'un couteau pour enlever la peau brûlée, ce qui peut conduire à une meilleure guérison.

Toutes les plaies ouvertes, y compris les brûlures, sont exposées à un risque d'infection. Un débridement adéquat est donc important pour réduire le risque d'infection. Si la plaie est refermée rapidement, elle guérira mieux, avec moins de cicatrices et moins de risques d'infection.

Que voulions-nous découvrir ?

Dans cette revue Cochrane, nous avons voulu savoir si les brûlures traitées par hydrochirurgie guérissent plus rapidement et avec moins d'infections que les brûlures traitées au couteau. Nous voulions également voir s'il y avait des différences dans la qualité de vie globale, dans la façon dont la blessure a cicatrisé et dans la quantité de ressources médicales utilisées (en utilisant des mesures comme le nombre de changements de pansements et de rendez-vous dans les consultations de brûlés, la durée du séjour à l'hôpital et si une autre opération était nécessaire).

Nos méthodes

Nous avons recherché dans des bases de données médicales des essais contrôlés randomisés qui comparaient le traitement des brûlures par l'hydrochirurgie au débridement conventionnel. Les essais contrôlés randomisés sont des études médicales dans lesquelles le traitement que les personnes reçoivent est choisi au hasard. Ce type d'étude fournit les données probantes les plus fiables de l'efficacité des différentes approches en matière de soins de santé. Les participants aux études pouvaient être de tout âge. Les études auraient pu avoir lieu n'importe où et être rapportées dans n'importe quelle langue.

Quels sont les principaux résultats de la revue ?

Nous n'avons trouvé qu'une seule étude australienne qui portait sur 61 enfants souffrant de petites brûlures. Les enfants ont été répartis au hasard entre un traitement par hydrochirurgie et un débridement conventionnel. L'hydrochirurgie n'a fait que peu ou pas de différence dans le temps nécessaire à la guérison complète des brûlures, de l'infection après l'opération ou de la cicatrisation par rapport au débridement conventionnel. Il n’y avait que peu ou pas de différence entre la durée du débridement par l'hydrochirurgie, et celle de la chirurgie conventionnelle. L'étude n’a fourni aucune information sur la qualité de vie ou l'utilisation des ressources.

Niveau de confiance des données probantes

Notre certitude (confiance) dans les données probantes était très limitée car nous n'avons trouvé qu'une seule étude. Elle n'a inclus que les enfants, de sorte que les résultats ne s'appliquent pas forcément aux adultes ou aux personnes souffrant de brûlures plus graves. Il s'agissait d'une étude randomisée, mais elle n'a pas rapporté les critère de jugement que nous attendions, de sorte que nous ne sommes pas sûrs de la fiabilité de ses résultats.

Conclusions

Nous ne savons pas si l'hydrochirurgie est meilleure que la chirurgie conventionnelle pour le traitement précoce des brûlures de profondeur moyenne. Nous avons besoin de plus d'études pour étudier cette question.

Date des recherches

Cette revue comprend les données probantes publiés jusqu'en décembre 2019.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue contient un essai randomisé comparant l'hydrochirurgie au débridement conventionnel dans une population pédiatrique présentant un faible pourcentage de surface cutanée brûlée. D'après les données d'essais disponibles, il pourrait y avoir peu ou pas de différence entre l'hydrochirurgie et le débridement conventionnel en termes de temps de guérison complète, d'infection postopératoire, de durée de l'opération et de cicatrice à six mois. Ces résultats sont basés sur des données probantes d’un niveau de confiance très faible. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour évaluer ces critères de jugement ainsi que la qualité de vie liée à la santé, l'utilisation des ressources et d'autres effets indésirables.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les brûlures sont en quatrième position dans le classement des blessures traumatiques les plus courantes, causant environ 180 000 décès par an dans le monde. Les brûlures superficielles peuvent être traitées par des pansements uniquement, mais les brûlures plus profondes ou celles qui ne guérissent pas rapidement sont généralement traitées par chirurgie. La chirurgie des brûlures aiguës vise à débrider la peau brûlée jusqu'à ce que les tissus sains soient atteints, moment où des greffes de peau ou des pansements de temporisation sont appliqués. Le débridement conventionnel est effectué à l'aide d'une lame inclinée, en rasant tangentiellement les tissus brûlés jusqu'à ce qu’on atteint les tissus sains. L'hydrochirurgie, une alternative au débridement conventionnel par lame, débride, irrigue et enlève simultanément les tissus dans le but de minimiser les dommages aux tissus non blessés. Malgré le recours croissant à l'hydrochirurgie, son efficacité et le risque d'effets indésirables après une opération pour brûlures ne sont pas clairs.

Objectifs: 

Évaluer les effets du débridement hydrochirurgical associé à la greffe de peau par rapport au débridement chirurgical classique associé à la greffe de peau pour le traitement des brûlures aiguës de profondeur moyenne.

Stratégie de recherche documentaire: 

En décembre 2019, nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les plaies ; le registre Cochrane des essais contrôlés(CENTRAL) ; Ovid MEDLINE (y compris les références en cours de traitement et autres références non indexées) ; Ovid Embase et EBSCO CINAHL Plus. Nous avons également effectué des recherches dans les registres d'essais cliniques pour trouver des études en cours et non publiées, ainsi que dans les références bibliographiques des études pertinentes incluses dans notre revue, mais aussi dans des revues, des méta-analyses et des rapports sur les technologies de la santé pour identifier des études supplémentaires. Aucune restriction n’a été appliquée concernant la langue, la date de publication ou le cadre de l'étude.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) qui ont recruté des personnes de tout âge souffrant de brûlures aiguës de profondeur moyenne et ont évalué l'utilisation de l'hydrochirurgie.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont effectué indépendamment la sélection des études, l'extraction des données, l'évaluation du « risque de biais » et l'évaluation GRADE du niveau de confiance des données probantes.

Résultats principaux: 

Un seul ECR a satisfait les critères d'inclusion de cette revue. La taille de l'échantillon de l'étude était de 61 participants pédiatriques présentant des brûlures aiguës de profondeur moyenne, de 3 à 4 % de la surface totale des brûlures. Les participants ont été répartis au hasard entre l'hydrochirurgie et le débridement conventionnel. Il peut y avoir peu ou pas de différence dans le temps moyen avant la guérison complète (différence moyenne (DM) 0,00 jour, intervalle de confiance (IC) à 95% -6,25 à 6,25) ou le risque d'infection postopératoire (risque relatif 1,33, IC à 95% 0,57 à 3,11). Ces résultats sont basés sur des données probantes d’un niveau de confiance très faible, qui ont été déclassé deux fois pour risque de biais, une fois pour le caractère indirect et une fois pour imprécision.

Il peut y avoir peu ou pas de différence dans le temps opératoire entre l'hydrochirurgie et le débridement conventionnel (0,2 minute DM, IC à 95% -12,2 à 12,6) ; là encore, le niveau de confiance des données probantes est très faible, déclassé une fois pour le risque de biais, une fois pour le caractère indirect et une fois pour l'imprécision. Il peut y avoir peu ou pas de différence dans l'évolution des cicatrices à six mois. La qualité de vie liée à la santé, l'utilisation des ressources et d'autres effets indésirables n'ont pas été signalés.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Anis Hasnaoui et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.