Larvicides pour lutter contre le paludisme

Quel était l'objectif de cette revue ?

L’emploi de larvicides est l'application régulière d'insecticides microbiens ou chimiques aux plans d'eau ou aux réservoirs d'eau. Le but du larvicide est de réduire la population adulte de moustiques en tuant les formes aquatiques immatures, de sorte que moins se développent en adultes. Cela devrait réduire le nombre de moustiques qui piquent et infectent les humains par le paludisme.

Messages clés

Les quatre études comprises dans cette revue répandaient les larvicides manuellement. L’épandage manuel de larvicides sur des petits gîtes de moustiques peut être efficace pour prévenir le paludisme. Une seule étude a été menée dans une zone où les gîtes larvaires couvraient une grande superficie et cette étude n'a révélé aucun effet du larvicide.

Qu’a-t-il été étudié dans la revue ?

Nous avons cherché des essais qui évaluaient l'impact d'un larvicide, en utilisant un agent microbien ou un insecticide chimique, sur la transmission du paludisme. Nous avons examiné les effets sur des critères de jugement relatifs à la santé humaine et sur les populations de moustiques.

Quels ont été les résultats principaux de la revue ?

Les résultats de trois études montrent que l’épandage de larvicides peut réduire au moins un critère de jugement lié au paludisme dans certaines études, et ce, dans des régions où les gîtes aquatiques des moustiques étaient de moins de 1 km2 (preuve de faible certitude). Nous ne savons pas si l’épandage de larvicides sur des grands plans d'eau a un impact sur le paludisme d'après les résultats d'une étude réalisée en Gambie (preuve de très faible certitude).

Niveau d’actualisation de la revue ?

Nous avons recherché les études pertinentes jusqu'au 6 juin 2019.

Conclusions des auteurs: 

La plupart des études contrôlées sur les larvicides ont été effectuées avec des agents microbiens. La larvicide au sol dans les habitats larvaires non extensifs peut avoir un effet sur la transmission du paludisme, et nous ne savons pas s'il y a un effet dans les habitats aquatiques à grande échelle. Nous n'avons trouvé aucune étude utilisant des techniques d'application larvicide qui pourraient couvrir de grands habitats aquatiques, comme l'épandage aérien par avion.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L’emploi de larvicides désigne l'application régulière d'insecticides chimiques ou microbiens aux plans d'eau ou aux réservoirs d'eau pour tuer les formes aquatiques immatures du moustique (larves et pupes).

Objectifs: 

Résumer les résultats de la recherche évaluant si l'emploi de larvicides chimiques ou microbiens prévient la transmission du paludisme.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le Registre spécialisé du Cochrane Infectious Diseases Group ; le Registre central des essais contrôlés Cochrane (CENTRAL), publié dans la Cochrane Library ; MEDLINE ; Embase ; CAB Abstracts ; LILACS ; la World Health Organization International Clinical Trials Registry Platform (OMS ICTRP) ; ClinicalTrials.gov et le registre ISRCTN jusqu'au 6 juin 2019.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés en grappes (ECRg), des séries chronologiques interrompues (SCI), des études croisées randomisées, des études croisées non randomisées et des études contrôlées avant et après (CAA) qui comparaient le larvicide au larvicide.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons évalué de façon indépendante l'éligibilité et le risque de biais des essais cliniques, et nous avons extrait des données. Nous avons évalué la qualité des données probantes à l'aide de l’outil GRADE.

Résultats principaux: 

Quatre études (une ECRg, deux CAA et une étude croisée non randomisée) répondaient aux critères d'inclusion. Toutes ont eu recours à l'épandage au sol de larvicides (larvicides administrés à la main) ; une a évalué les agents chimiques et trois les agents microbiens. Les études ont été menées en Gambie, en Tanzanie, au Kenya et au Sri Lanka. Trois études ont été menées dans des zones où les habitats aquatiques des moustiques étaient moins étendus (< 1 km²) et une dans des zones où les habitats étaient plus étendus (> 1 km² ; une étude croisée de la Gambie).

Pour les habitats aquatiques de moins de 1 km², un ECRg a randomisé huit villages au Sri Lanka pour évaluer les larvicides chimiques à l'aide d'un régulateur de croissance des insectes ; et deux études CAA entreprises au Kenya et en Tanzanie ont évalué les larvicides microbiens. Dans l'ECRg, le traitement larvicide dans tous les villages a été associé à une incidence plus faible du paludisme (rapport de taux de 0,24, 4 649 participants, données peu fiables) et à une prévalence parasitaire (rapport de risque (RR) 0,26, 5 897 participants, données peu fiables) que l'absence de larvicide. Les deux études CAA ont fait état d'une prévalence plus faible du paludisme pendant la période d'intervention (prévalence parasitaire RR 0,79, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,71 à 0,89 ; 70 902 participants ; données peu certaines). L'étude kenyane a également fait état d'une réduction de l'incidence des nouveaux cas de paludisme (RR 0,62, IC à 95 % : 0,38 à 1,01 ; 720 participants ; preuve très peu certaine).

Pour les habitats aquatiques de plus de 1 km², l'essai croisé non randomisé utilisant des larvicides microbiens n'a pas détecté d'effet sur l'incidence du paludisme (RR 1,58, IC à 95 % : 0,94 à 2,65 ; 4226 participants) ou la prévalence parasitaire (RR 1,15, IC à 95 % : 0,41 à 3,20 ; 3547 participants) ; les données probantes étaient très peu sûres. L'essai mené en Gambie a également rapporté le taux moyen d'hémoglobine, et il n'y a pas eu de différence entre les quatre comparaisons (différence moyenne -0,13, IC à 95 % -0,40 à 0,13 ; 3586 participants).

Nous n'avons pas été en mesure de résumer ou de mettre en commun les résultats entomologiques en raison de données non déclarées et manquantes.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Éric Kipnis et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.