La ribavirine pour traiter la fièvre hémorragique de Crimée-Congo

Quel est l’objectif de cette revue ?

L'objectif de cette revue Cochrane est de déterminer si la ribavirine est un traitement efficace contre la fièvre hémorragique de Crimée-Congo. Les chercheurs de Cochrane ont recueilli et analysé toutes les études pertinentes pour répondre à cette question. Nous avons trouvé 23 études. Dans cette revue, cinq études nous ont servi à répondre à cette question. Nous avons aussi analysé les 18 autres études pour aider à décrire les limites des données probantes.

Messages clés

Il n'y a pas assez de preuves fiables pour déterminer l’efficacité de la ribavirine dans le traitement de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo. Un essai clinique randomisé pourrait aider à répondre à cette question.

Quel est le sujet de la revue ?

La fièvre hémorragique de Crimée-Congo (FHCC) est une infection transmise par les piqûres de tiques. Elle s’est plus répandue au cours des 15 dernières années, en particulier en Turquie et dans certaines régions de l'Europe de l'Est. La FHCC peut mettre la vie en danger. La manière la plus pertinente pour prendre soin des personnes gravement malades est de les surveiller de près à l'hôpital et de leur fournir les liquides ou les produits sanguins dont elles peuvent avoir besoin.

La ribavirine est un médicament antiviral que certains médecins utilisent pour traiter la FHCC. Il est largement disponible et se prend normalement par voie orale. La question de savoir si la ribavirine est nécessaire pour traiter la FHCC fait l'objet d'un débat ; certains prétendent qu'il s'agit d'un traitement efficace ou utile s'il est administré tôt, tandis que d'autres disent qu'il n'a aucun effet en termes de risque de décès, de durée de l'hospitalisation et de l'ampleur des dommages causés par le médicament lui-même.

Dans l'ensemble, les plans de l'étude ne tenaient pas compte des facteurs autres que la prise de ribavirine qui pourraient donner de meilleurs résultats dans le groupe d'intervention, y compris l'état de santé du patient au moment du diagnostic ou le moment d’initiation des bons soins médicaux de soutien. Tout lien entre la ribavirine et une mortalité plus faible devenait donc problématique.

Nous avons trouvé cinq études qui tenaient compte de facteurs importants susceptibles de confondre le risque de décès avec le fait qu'un patient ait reçu ou non de la ribavirine. Il s'agit notamment de l'état de santé des participants à l'étude, des autres soins qu'ils ont reçus et de l’intervalle avant l’initiation des soins médicaux après être tombés malades. Toutes les études concernées ont été menées en Turquie et en Iran et ont comparé les personnes ayant reçu de la ribavirine et des soins de soutien à celles ayant reçu uniquement des soins de soutien. Nous avons examiné cinq critères différents liés à l'utilisation de la ribavirine dans des cas de FHCC, et nous avons constaté qu'il n'existait pas assez de données probantes fiables pour déterminer si la ribavirine est efficace.

La revue est-elle à jour ?

Les auteurs de la revue ont recherché dans des études ayant été publiés jusqu'au 16 octobre 2017.

Conclusions des auteurs: 

Nous ne savons pas si la ribavirine est efficace pour traiter la fièvre hémorragique de Crimée-Congo. Les études non randomisées sont souvent citées comme preuve d'un effet, mais le risque de biais dans ces études est élevé.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La fièvre hémorragique de Crimée-Congo (FHCC) est une maladie transmise par les tiques qui sévit dans certaines régions d'Asie, d'Europe et d'Afrique. L'infection a provoqué des épidémies en Turquie, en Iran, en Russie, en Ouganda et au Pakistan depuis les années 2000. Des soins médicaux de soutien de bonne qualité contribuent à réduire la mortalité. Il y a incertitude et controverse au sujet du traitement de la FHCC par la ribavirine, un médicament antiviral.

Objectifs: 

Evaluer les effets de la ribavirine en tant que traitement pour les personnes atteintes de fièvre hémorragique de Crimée-Congo.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le Registre Spécialisé du groupe Cochrane sur les maladies infectieuses ; le Registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) ; le MEDLINE (PubMed) ; Embase (OVID) ; le Science Citation Index-Expanded, le Social Sciences Citation Index, les actes de conférence (Web of Science) ; et CINAHL (EBSCOHost). Nous avons également effectué des recherches dans les sites Web de l'OMS International Clinical Trials Registry Platform (ICTRP) et ClinicalTrials.gov pour connaître les essais en cours. Nous avons effectué toutes les recherches jusqu'au 16 octobre 2017. Nous avons également contacté des experts dans le domaine et obtenu d'autres études de ces sources.

Critères de sélection: 

Nous avons évalué des études évaluant l'utilisation de la ribavirine chez des personnes soupçonnée ou confirmée d’être atteintes de fièvre hémorragique de Crimée-Congo. Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR), des études non randomisées auxquelles ont participé plus de 10 participants et qui ont été conçues comme des études de cohorte avec des comparateurs et des études cas-témoins.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué l'admissibilité et le risque de biais et ont extrait les données. Pour les études non randomisées, nous avons utilisé l'outil ROBINS-I pour évaluer le risque de biais. L'analyse des principaux effets comprenait toutes les études pour lesquelles nous avons jugé que le risque de biais était faible, modéré ou élevé. Nous avons résumé les résultats dichotomiques à l'aide de risques relatifs (RR) et les résultats continus à l'aide de différences moyennes (MD), et nous avons utilisé des méta-analyses le cas échéant. Nous avons effectué une évaluation et une analyse subsidiaires des études présentant un risque critique de biais pour le critère principal, car elles sont souvent citées à l'appui de l'utilisation de la ribavirine.

Résultats principaux: 

Pour l'analyse des effets principaux, cinq études répondaient à nos critères d'inclusion : une ECR avec 136 participants et quatre études non randomisées avec 612 participants. Nous avons exclu 18 études non randomisées présentant un risque critique de biais car aucune étude n'avait tenté de contrôler la confusion.

Nous ne savons pas si la ribavirine réduit la mortalité (1 ECR ; RR 1,13, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,29 à 4,32 ; 136 participants ; preuve de très faible certitude ; 3 études non randomisées ; RR 0,72, IC à 95 % de 0,41 à 1,28 ; 549 participants ; preuve de certitude très faible). Nous ne savons pas si la ribavirine réduit la durée du séjour à l'hôpital (1 ECR : différence moyenne (DM) de 0,70 jour, IC à 95 % -0,39 à 1,79 ; 136 participants ; et 1 étude non randomisée : MD -0,80, IC à 95 % -2,70 à 1,10 ; 50 participants ; preuve très peu probante). Nous ne savons pas s'il réduit le risque de transfusions plaquettaires chez les patients (1 ECR : RR 1,23, IC à 95 % : 0,77 à 1,96 ; 136 participants ; preuve très peu probante). En ce qui concerne les effets indésirables (y compris l'anémie hémolytique et la nécessité d'interrompre le traitement), nous ne savons pas s'il y a un risque accru avec la ribavirine chez les personnes atteintes de FHCC puisque les données sont insuffisantes.

Nous ne savons pas si l'ajout de ribavirine aux soins de soutien précoces améliore les résultats. Une étude non randomisée a évalué la mortalité chez les personnes recevant de la ribavirine et des soins de soutien dans les quatre jours ou moins suivant l'apparition des symptômes, comparativement à quatre jours après l'apparition des symptômes : la mortalité était plus faible dans le groupe recevant des soins de soutien précoces et de la ribavirine, mais il est impossible de distinguer l’efficacité de la ribavirine des premiers soins médicaux de soutien.

Dans l'analyse auxiliaire, 18 études ont comparé les personnes recevant de la ribavirine à celles ne recevant pas de ribavirine. Tous présentaient un risque critique de biais dû à la confusion, reflété dans les estimations ponctuelles de mortalité en faveur de la ribavirine.

Notes de traduction: 

Post-édition : Lucien Charon - Révision : Meriem Naimi (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.