Corticostéroïdes pour la prise en charge de l'essoufflement lié au cancer chez les adultes atteints de cancer

Contexte

L'essoufflement (dyspnée) est un symptôme courant d'un cancer avancé. L'essoufflement peut être dû à une combinaison de différentes causes, y compris le cancer du poumon, une maladie métastatique ailleurs dans le corps (par exemple, le cancer de l'abdomen qui pousse le diaphragme vers le haut), ou des maladies liées au cancer qui affectent les nerfs ou les muscles associés à la respiration. La douleur et les troubles psychologiques (comme la peur et l'anxiété) ou une maladie pulmonaire préexistante peuvent aggraver les symptômes. Les personnes atteintes d'un cancer déclarent qu'un essoufflement est associé à une plus grande détresse psychologique et à une moins bonne qualité de vie. Les médicaments peuvent être utilisés pour traiter l'essoufflement dans cette population, et les corticostéroïdes sont un médicament couramment utilisé. Dans cette revue, nous avons évalué l'efficacité des corticostéroïdes systémiques dans le traitement de l'essoufflement lié au cancer chez les adultes, comparativement à tout autre traitement.

Caractéristiques des études

Nous avons fait des recherches dans la littérature en janvier 2018. Nous avons trouvé deux études, portant sur 157 participants au total, qui ont testé l'effet des corticostéroïdes systémiques sur l'essoufflement chez les adultes atteints de cancer, comparativement à un médicament factice (placebo). Une étude a duré sept jours et l'autre 15 jours. Les deux études ont comparé un corticostéroïde (dexaméthasone par voie orale) à un médicament fictif sans propriétés pour réduire l'essoufflement, que nous avons inclus dans nos analyses.

Nous nous sommes intéressés aux principaux critères de jugement de l'intensité, de la qualité et du fardeau de l'essoufflement déclarés par les participants. Nous nous sommes également intéressés aux critères de jugement secondaires relatifs aux effets secondaires graves, à la satisfaction des participants à l'égard du traitement et à leur retrait de l'essai.

Résultats principaux

Nous n'avons pas été en mesure d'effectuer bon nombre des analyses prévues en raison du petit nombre d'études, des différents médicaments et comparaisons, et des résultats que les études ont rapportés. Nous avons effectué une analyse portant sur 114 participants afin d'évaluer les changements dans l'intensité de l'essoufflement et le soulagement de l'essoufflement par rapport aux valeurs initiales. Nous avons constaté que les corticostéroïdes n'avaient aucun effet bénéfique sur la réduction de l'intensité de l'essoufflement chez les personnes atteintes de cancer comparativement à un médicament fictif.

Nous avons constaté que la fréquence des effets secondaires était semblable d'un groupe à l'autre et que les corticostéroïdes étaient généralement bien tolérés. Aucune des études n'a mesuré la satisfaction des participants à l'égard du traitement. Les retraits des participants ont été de 15 % et de 36 % dans les deux études.

Qualité des preuves

Les données actuelles ne sont fondées que sur deux études menées auprès d'un petit nombre de participants. Nous avons évalué la qualité des données probantes de ces études selon quatre niveaux : très faible, faible, modéré ou élevé. Des données de très faible qualité signifient que nous accordons très peu de confiance aux résultats. Des preuves de qualité élevée signifient que nous accordons une grande confiance aux résultats. Nous avons jugé que la qualité des données probantes de cette revue était très faible, déclassée en raison de problèmes de qualité de l'étude et d'un manque de données. Nous sommes très incertains des résultats. D'autres études de haute qualité sont nécessaires pour déterminer si les corticostéroïdes sont efficaces contre la dyspnée chez les personnes atteintes de cancer.

Conclusions des auteurs: 

Peu d'études évaluent les effets des corticostéroïdes systémiques sur la dyspnée liée au cancer chez les adultes atteints de cancer. Nous avons jugé que les données probantes étaient de très faible qualité et qu'elles n'appuyaient ni ne réfutaient l'utilisation des corticostéroïdes dans cette population. D'autres études de grande qualité sont nécessaires pour déterminer si les corticostéroïdes sont efficaces dans ce contexte.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La dyspnée est un symptôme courant d'un cancer avancé, avec une prévalence allant jusqu'à 70 % chez les patients en fin de vie. La cause de la dyspnée est souvent multifactorielle et peut causer une détresse psychologique et des souffrances considérables. La dyspnée est souvent sous-traitée et un bon contrôle des symptômes est moins souvent obtenu chez les personnes atteintes de dyspnée que chez les personnes présentant d'autres symptômes de cancer avancé, comme la douleur et la nausée. Le mécanisme d'action exact des corticostéroïdes dans la prise en charge de la dyspnée n'est pas clair, mais les corticostéroïdes sont couramment utilisés en soins palliatifs pour diverses indications non spécifiques, dont la douleur, la nausée, l'anorexie, la fatigue et la dépression, malgré leur association à une vaste gamme d'effets indésirables. Compte tenu de leur utilisation répandue, il est important de rechercher des preuves des effets des corticostéroïdes sur la prise en charge de la dyspnée liée au cancer.

Objectifs: 

Évaluer les effets des corticostéroïdes systémiques dans la prise en charge de l'essoufflement lié au cancer (dyspnée) chez les adultes.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans les registres CENTRAL, MEDLINE, Embase, CINAHL, Science Citation Index Web of Science, Latin America and Caribbean Health Sciences (LILACS) et des registres d’essais cliniques, du début au 25 janvier 2018.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés qui incluaient des adultes âgés de 18 ans et plus. Nous avons inclus des participants atteints de dyspnée liée au cancer lorsqu'ils ont été répartis au hasard parmi les corticostéroïdes systémiques (à n'importe quelle dose) administrés pour le soulagement de la dyspnée liée au cancer ou toute autre indication, comparativement au placebo, au traitement standard ou alternatif.

Recueil et analyse des données: 

Cinq auteurs ont évalué de façon indépendante la qualité des essais et trois ont extrait des données. Nous avons utilisé des moyennes et des écarts-types pour chaque résultat afin de déclarer la différence moyenne (DM) avec un intervalle de confiance (IC) de 95 %. Nous avons évalué le risque de biais et la qualité des données probantes à l'aide de GRADE. Nous avons extrait les résultats relatifs aux critères de jugements principaux de l'expérience sensorielle et perceptuelle de la dyspnée (intensité de la dyspnée), la détresse affective (qualité de la dyspnée) et l'impact des symptômes (fardeau de la dyspnée ou impact sur la fonction) et les résultats relatifs aux critères de jugements secondaires des événements indésirables graves, la satisfaction des participants quant au traitement et leur retrait des essais.

Résultats principaux: 

Deux études répondaient aux critères d'inclusion, couvrant 157 participants (37 participants dans une étude et 120 dans l'autre étude), dont 114 ont été inclus dans les analyses. Les études ont comparé la dexaméthasone par voie orale au placebo, suivie d'une phase ouverte dans une étude. Une étude a duré sept jours et l'autre, 15 jours.

Nous n'avons pas été en mesure d'effectuer bon nombre de nos analyses prédéterminées en raison des différents agents, dosages, comparateurs et mesures des résultats, voies d'administration des médicaments, échelles de mesure et points dans le temps. L'analyse des sous-groupes selon le type de cancer n'a pas été possible.

Critères de jugement principaux

Nous avons inclus deux études (114 participants) avec des données à une semaine dans la méta-analyse pour le changement de l'intensité de la dyspnée/du soulagement de la dyspnée par rapport aux données de référence. Le traitement aux corticostéroïdes par la dexaméthasone a entraîné une DM d'intensité de dyspnée inférieure à celle du placebo après une semaine (DM -0,85 dyspnée inférieure (échelle 0-10 ; note inférieure = moins d'essoufflement), IC à 95 % -1,73 à 0,03 ; preuves de très faible qualité), mais nous étions incertains quant au fait que les corticostéroïdes avaient un effet important sur la dyspnée, les résultats étant imprécis. Nous avons déclassé la qualité des données probantes de trois niveaux, la faisant passer de très élevée à très faible en raison des limites et de l'imprécision très sérieuses des études.

Une étude a mesuré la détresse affective (qualité de la dyspnée) et les résultats étaient semblables d'un groupe à l'autre (29 participants ; preuves de très faible qualité). Nous avons dégradé la qualité des données probantes trois fois pour cause d'imprécision, d'incohérence et de sérieuses limites de l'étude.

Les deux études ont évalué l'impact des symptômes (fardeau de la dyspnée ou impact sur la fonction) (113 participants ; preuves de très faible qualité). Dans une étude, il n'était pas clair si la dexaméthasone avait un effet sur la dyspnée car les résultats étaient imprécis. La deuxième étude a montré une plus grande amélioration des scores de bien-être physique aux huitième et quinzième jours dans le groupe dexaméthasone par rapport au groupe témoin, mais il n'y avait pas de différence dans les échelles sociales/familiales, émotionnelles ou fonctionnelles du FACIT. Nous avons dégradé la qualité des données probantes trois fois pour cause d'imprécision, d'incohérence et de sérieuses limites de l'étude.

Critères de jugement secondaires

En raison de l'absence de mesures homogènes des résultats et de l'incohérence des rapports, nous n'avons pu effectuer d'analyse quantitative pour aucun critère de jugement secondaire. Dans les deux études, la fréquence des effets indésirables était semblable d'un groupe à l'autre et les corticostéroïdes étaient généralement bien tolérés. Les taux d'abandon pour les deux études étaient de 15 % et 36 %. Les raisons du retrait comprenaient la perte pour cause de suivi, le refus du participant ou de l'aidant (ou des deux) et le décès dû à la progression de la maladie. Nous avons abaissé de trois niveaux la qualité des données probantes pour ces critères de jugement secondaires, la faisant passer de élevée à très faible en raison de graves limites, de l'incohérence et de l'imprécision des études.

Aucune des deux études ne s'est penchée sur la satisfaction des participants à l'égard du traitement.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Jessica King et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d’origine? Merci d’adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.