Fatigue sévère après le traitement du cancer chez les enfants

Problématique de la revue

Nous avons passé en revue la littérature pour déterminer la fréquence (prévalence) de la fatigue sévère chez les patients après un traitement contre le cancer infantile. Nous voulions également décrire l'évolution de la fatigue sévère après la fin du traitement du cancer et identifier les facteurs de risque possibles pour le développement de la fatigue dans cette population.

Contexte

Les traitements des cancers chez les enfants s'améliorent et deviennent plus efficaces pour guérir le cancer. L'impact d'avoir eu un cancer à un jeune âge, associé à une traitement du cancer souvent intensif, peut affecter le bien-être physique et mental plus tard dans la vie. La plupart des survivants développeront un ou plusieurs de ces effets dits tardifs. La fatigue sévère est un effet tardif courant chez les personnes atteintes d'un cancer à l'âge adulte et peut affecter la vie quotidienne d'une personne de nombreuses façons. Nous ne savons pas actuellement quelle est la fréquence de la fatigue grave après le traitement d'un cancer infantile, ni quels facteurs de risque pourraient être responsables du développement de la fatigue.

Caractéristiques des études

Les données sont à jour jusqu'en mars 2019.

Nous avons inclus 30 études, impliquant 18 682 participants ayant reçu un traitement d'un cancer infantile. Nous avons constaté de grandes différences entre les études en ce qui concerne le diagnostic du cancer, le traitement du cancer, l'âge des participants, les questionnaires utilisés pour évaluer la fatigue et le nombre de participants.

Principaux résultats

Dix-huit études ont rapporté une prévalence de la fatigue grave, qui allait de 0 à 61,7 %. Quatre études ont rapporté une prévalence de fatigue sévère chez les groupes contrôle des frères et sœurs du patient ou des groupes contrôles basés sur la population. Les taux de prévalence dans ces groupes contrôle variaient de 3,1 % à 10,3 %. Dans ces quatre études, les survivants présentaient plus souvent de la fatigue que les témoins. Cette différence n'était significative que dans deux études.

Lorsque nous avons examiné la prévalence de la fatigue sévère chez les survivants de lymphomes et de leucémies (types de cancers du sang), nous avons constaté qu'elle variait de 1,8% à 35,9%. Deux études ont rapporté la fatigue sévère chez les survivants d'un cancer du cerveau, avec des taux de 21,13 % et 14,6 %. Une étude menée auprès de survivants du cancer des os n'a rapporté aucun cas de fatigue sévère. Pour les survivants âgés de 18 ans et moins, les taux de prévalence varient entre 6,7 % et 12,5 %. En revanche, dans les études incluant des participants âgés de 16 ans et plus (mais surtout de plus de 18 ans), les taux de prévalence variaient de 4,4 % à 61,7 %.

Vingt-deux études ont évalué un ou plusieurs facteurs de risque possibles pour la fatigue. Notre revue montre que la dépression peut accroître la fatigue. L'âge au moment du diagnostic du cancer et le niveau d'éducation du survivant ne semblent pas avoir d'influence sur la fatigue.

Une seule étude a fourni des informations sur l'évolution de la fatigue dans le temps, et a constaté qu'au cours de 2,7 années, 32 des 102 participants (31,4 %) ont déclaré une fatigue sévère et persistante.

Valeur des données

Toutes les études incluses avaient des problèmes de qualité des données, et nous avons constaté de nombreuses différences entre les études pour plusieurs caractéristiques. Les données permettant de répondre à notre question d'examen sont donc faibles. L'apparition d'une fatigue sévère après le traitement d'un cancer infantile reste incertaine. C'est également le cas pour l'apparition d'une fatigue sévère après la fin du traitement du cancer et les facteurs de risque qui pourraient être responsables du développement de la fatigue.

Conclusions des auteurs: 

On ne sait pas exactement combien de survivants du cancer d’enfant souffrent de fatigue sévère. Cette revue s'est heurté à plusieurs difficultés. Nous avons constaté une hétérogénéité statistique et clinique et une grande variation dans la déclaration des risques possibles et des facteurs associés. Les données probantes de cette étude sont donc faibles, et la prévalence exacte de la fatigue sévère après le traitement d'un cancer chez l'enfant reste à déterminer. C'est également le cas pour l'évolution de la fatigue sévère après le traitement et la force de la relation entre la fatigue et les facteurs associés et de risque. Malgré ces limites, notre revue donne un aperçu complet de la littérature existante sur la fatigue sévère après un traitement contre le cancer chez les enfants.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les stratégies de traitement du cancer chez les enfants s'améliorent, ce qui se traduit par des taux de survie plus élevés. Toutefois, les conséquences du cancer chez les enfants ne s'arrêtent pas à la réussite du traitement du cancer. La plupart des patients développeront des effets tardifs après l'arrêt du traitement. La fatigue sévère est considérée comme un effet tardif commun et débilitant chez les survivants du cancer. Bien que la plupart des recherches sur la fatigue aient été menées sur des patients atteints d'un cancer à l'âge adulte, notre revue se concentre sur la fatigue après un cancer infantile.

Objectifs: 

Estimer la prévalence de la fatigue sévère après le traitement d'un cancer infantile. Les objectifs secondaires sont de décrire l'évolution de la fatigue sévère après le traitement du cancer et d'examiner les facteurs de risque de la fatigue, ou les facteurs qui y sont associés.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre central des essais contrôlés de Cochrane (la Cochrane Library 2019 ; numéro 8 mars 2019), MEDLINE/PubMed (de 1945 au 8 mars 2019), Embase/Ovid (de 1947 au 8 mars 2019), les listes bibliographiques des articles inclus et plusieurs actes de conférences de 2011 à 2018.

Critères de sélection: 

Des études d'observation, des essais contrôlés randomisés et des essais cliniques contrôlés rapportant la fatigue des participants après le traitement d'un cancer infantile. Les séries de cas et les rapports de cas n'étaient pas éligibles pour l'inclusion.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont extrait les données de manière indépendante et ont évalué les risques de biais. Si la publication ne présentait pas la prévalence de la fatigue sévère, nous avons contacté les auteurs de l'étude pour obtenir des informations supplémentaires.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 30 études (18 682 participants au total). Dix-huit études ont contribué à l'objectif principal et 22 études ont contribué aux objectifs secondaires. Nous avons constaté des différences substantielles entre les études en ce qui concerne le diagnostic et le traitement du cancer, l'âge des participants, les questionnaires utilisés pour évaluer la fatigue et le nombre de participants. Toutes les études incluses ont noté au moins un élément de "risque de biais" comme peu clair ou à haut risque.

Nous avons identifié une hétérogénéité à la fois clinique et statistique et n'avons donc pas pu regroupé les résultats, c'est pourquoi nous les présentons de manière descriptive. Dix-huit études (décrivant 14 573 survivants) ont rapporté la prévalence de la fatigue sévère, qui allait de 0 à 61,7 %. Dans un sous-groupe de trois études incluant des enfants âgés de moins de 18 ans lors de l'évaluation de la fatigue (268 survivants), les taux de prévalence variaient de 6,7 % à 12,5 %. En comparaison, dans un sous-groupe de 12 études comprenant des participants âgés de 16 ans et plus (13 952 survivants), les taux de prévalence variaient de 4,4 % à 61,7 %. La prévalence de la fatigue sévère dans un sous-groupe de survivants d'un cancer hématologique a été présentée dans sept études et variait de 1,8 % à 35,9 % (1907 survivants). La prévalence de la fatigue grave chez les survivants d'un cancer du cerveau a été présentée dans deux études (252 survivants) et était respectivement de 14,6 % et 21,1 %. Une étude a présenté une prévalence de 0,0 % pour les survivants du cancer des os (17 survivants). Quatre études ont fourni des taux de prévalence de la fatigue sévère dans des groupes témoins de frères et sœurs ou dans la population, qui allaient de 3,1 % à 10,3 %. Dans ces quatre études, les survivants présentaient plus souvent de la fatigue que les témoins, mais cette différence n'était statistiquement significative que dans deux études.

Les études évaluant le risque et les facteurs associés à la fatigue étaient hétérogènes, et les définitions des facteurs étudiés étaient souvent incohérentes, les résultats étant donc présentés de manière descriptive. Ils ont découvert que la dépression pourrait être associée à la fatigue. En revanche, l'âge au moment du diagnostic et le niveau d'éducation ne semblent pas être associés à la fatigue. Nous n'avons pas été en mesure de calculer une estimation globale des risques pour aucun des risques signalés et des facteurs associés, car nous n'avons pas pu effectuer de méta-analyse.

Une étude a fourni des informations sur l'évolution de la fatigue dans le temps et a constaté que sur une période de 2,7 ans, 32 des 102 participants (31,4 %) ont fait état d'une fatigue sévère et persistante.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Dalia El-Rouby et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.