Interventions délivrées par téléphone portable pour aider les gens à observer les traitements médicamenteux afin de prévenir les maladies cardiovasculaires

Problématique de la revue

Nous avons examiné les données probantes sur l'effet des interventions effectuées par téléphone portable pour aider les gens à prendre leurs médicaments pour prévenir les maladies cardiovasculaires (par exemple, les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux). Nous avons trouvé quatre essais auxquels ont participé 2 429 personnes.

Contexte

Environ 17,6 millions de personnes meurent de maladies cardiovasculaires chaque année. Les médicaments peuvent aider à prévenir les maladies cardiovasculaires ; cependant, de nombreuses personnes à qui ces médicaments sont prescrits ne les prennent pas aussi souvent ou aussi régulièrement que recommandé. Cela signifie que le médicament ne fonctionnera pas aussi bien qu'il aurait pu pour prévenir les maladies cardiovasculaires. Les interventions par téléphone portable, par exemple l'envoi de rappels par SMS, peuvent être un moyen peu coûteux d’aider les patients à prendre leurs médicaments comme recommandé.

Caractéristiques de l’étude

Les données probantes sont à jour jusqu’en juin 2017. Nous avons trouvé quatre essais ayant testé des interventions réalisées au moins en partie par téléphone portable et ayant suivi les participants pendant au moins 12 mois.

Résultats-clés

Nous n'avons pas été en mesure de combiner les résultats de ces quatre essais car les interventions testées étaient très différentes. Les essais présentaient un risque élevé de biais et les effets des interventions n'étaient pas cohérents d'un essai à l'autre. Par conséquent, nous ne sommes pas confiants quant à leurs résultats. Les données probantes suggèrent que les interventions par téléphone portable peuvent aider les gens à prendre leurs médicaments, mais les avantages sont minimes et certains essais ont montré que les interventions n'ont pas d'effet bénéfique. Rien n'indique que ce type d'intervention ait causé des dommages. Les résultats des essais actuellement en cours devraient nous indiquer plus précisément les effets de ces types d'interventions et nous dire si elles fonctionnent dans une plus grande variété de contextes, y compris dans les pays à faible revenu.

Conclusions des auteurs: 

Il existe des données de faible qualité sur les effets des interventions par téléphone portable visant à accroître l'observance des médicaments prescrits pour la prévention primaire des MCV ; certains essais ont fait état de faibles avantages, tandis que d'autres n'ont constaté aucun effet. Il existe des preuves de qualité médiocre que ces interventions ne causent pas de dommages. Sur la base de cette revue, il existe actuellement une incertitude quant à l'efficacité de ces interventions. Nous avons identifié six essais en cours menés dans divers contextes, y compris dans des pays à faible revenu, qui pourraient produire des estimations plus précises sur l'effet des interventions de prévention primaire par téléphone portable en matière d'observance des médicaments.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les maladies cardiovasculaires (MCV) sont une cause majeure d'invalidité et de mortalité au niveau mondial. On considère qu'il est possible de prévenir en grande partie les MCV prématurées mortelles et non mortelles en contrôlant les facteurs de risque par des modifications du mode de vie et par des médicaments préventifs. Les traitements hypolipidémiants et antihypertenseurs dans le cadre de la prévention primaire sont des moyens rentables de réduire les taux de morbidité et de mortalité liés aux MCV chez les personnes à risque élevé et sont recommandés par les directives internationales. Cependant, l'observance aux médicaments prescrits pour la prévention des MCV peut s'avérer faible. Environ 9 % des cas de MCV dans l'UE sont attribués à une mauvaise observance des médicaments. Des interventions peu coûteuses et évolutives visant à améliorer l'observance des médicaments dans le cadre de la prévention primaire ont le potentiel de réduire le taux de morbidité et de mortalité, ainsi que les coûts de santé associés aux MCV.

Objectifs: 

Établir l'efficacité des interventions effectuées par téléphone portable afin d’améliorer l’observance des médicaments prescrits dans le cadre de la prévention primaire des MCV chez les adultes.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté CENTRAL, MEDLINE et Embase, ainsi que deux autres bases de données le 21 juin 2017. Nous avons également consulté deux registres d'essais cliniques le 14 juillet 2017. Nous avons aussi effectué des recherches dans des listes de référence de documents pertinents. Nous n'avons appliqué aucune restriction de langue ou de date.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés portant sur des interventions effectuées entièrement ou partiellement par téléphone portable et visant à améliorer l'observance des médicaments cardiovasculaires prescrits dans le cadre de la prévention primaire des MCV. Nous avons inclus uniquement les essais avec un suivi minimum d'un an afin que les résultats mesurés soient liés à des comportements et critères concernant l'observance des médicaments à long terme. Les comparateurs admissibles étaient les groupes de soins habituels ou les groupes témoins qui ne recevaient aucun élément de l'intervention via téléphone portable.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standards recommandées par Cochrane. Nous avons contacté les auteurs des essais pour obtenir des données désagrégées lorsque les essais comprenaient un sous-ensemble de participants admissibles.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus quatre essais avec 2 429 participants randomisés. Les participants ont été recrutés dans des cliniques communautaires de soins primaires ou dans des cliniques externes de pays à revenu élevé (Canada, Espagne) et à revenu moyen à élevé (Afrique du Sud, Chine). Les interventions reçues variaient grandement ; un essai évaluait une intervention axée sur l'observance du traitement avec des médicaments contre l'hypertension artérielle et se faisant uniquement par messagerie courte (SMS), et une intervention impliquait une surveillance de la tension artérielle combinée à des retours transmis par smartphone. Deux des essais portaient sur des interventions qui visaient une combinaison de modifications du mode de vie, en parallèle avec une observance des médicaments contre les MCV, dont l'une était réalisée via des SMS, des brochures d'information et des cartes à remplir par les participants, et l'autre par une intervention à composantes multiples comprenant des SMS, une évaluation informatisée des risques de MCV et une consultation face à face. En raison de l'hétérogénéité de la nature et de la prestation des interventions, nous n'avons pas effectué de méta-analyse et avons donc présenté les résultats sous forme narrative.

Nous avons évalué l'ensemble des données probantes sur l'effet des interventions par téléphone portable sur des critères objectifs (tension artérielle et cholestérol) comme étant de faible qualité en raison du risque élevé de biais et de la disparité des effets des essais inclus. Sur deux essais portant sur l’observance des traitements médicamenteux et sur d’autres modifications du mode de vie, l’un d’entre eux a indiqué un léger effet bénéfique sur la réduction du cholestérol des lipoprotéines de basse densité (différence moyenne (DM) -9,2 mg/dL, intervalle de confiance (IC) à 95 % -17,70 à -0,70 ; 304 participants) et l'autre n'a indiqué aucun bénéfice (DM 0,77 mg/dL, IC 95 % -4,64 à 6,18 ; 589 participants). Un essai (1 372 participants) sur une intervention par messagerie texte ciblant l'observance a révélé une légère réduction de la tension artérielle systolique (TAS) dans le groupe d’intervention qui a reçu des messages strictement informatifs par SMS (DM -2,2 mmHg, IC 95 % -4,4 à -0,04), mais les résultats étaient incertains pour le second groupe d’intervention qui avait accès à une interactivité additionnelle (DM -1,6 mmHg, IC 95 % -3,7 à 0,5). Un essai a examiné l'effet de la surveillance de la tension artérielle combinée à la messagerie par smartphone et a rapporté des bénéfices modérés pour l’intervention sur la TAS et sur la tension artérielle diastolique (TAD) (TAS : DM -7,10 mmHg, IC 95 % -11,61 à -2,59 ; TAD : -3,90 mmHg, IC 95 % -6,45 à -1,35 ; 105 participants). Les résultats des essais ciblant l'observance des médicaments qui comprenaient des conseils sur le mode de vie et qui employaient des interventions à composantes multiples ont été mitigés. Un essai a révélé des avantages importants pour la TAS et pour la TAD (TAS : DM -12,45 mmHg, IC à 95 % -15,02 à -9,88 ; TAD : DM -12,23 mmHg, IC à 95 % -14,03 à -10,43 ; 589 participants), tandis que l'autre essai n'a démontré aucun effet bénéfique sur la TAS ou sur la TAD (TAS : DM 0,83 mmHg, 95 % IC -2,67 à 4,33 ; TAD : DM 1,64 mmHg, IC à 95 % -0,55 à 3,83 ; 304 participants).

Deux essais ont fait état d'effets indésirables et ont fourni des preuves de faible qualité quant au fait que les interventions n'avaient pas causé de dommages. Un essai a fourni des données de faible qualité indiquant que l'intervention n'avait pas eu d'effet sur la satisfaction déclarée à l'égard du traitement.

Deux essais ont été menés dans des pays à revenu élevé et deux dans des pays à revenu élevé à intermédiaire. Les interventions évaluées employaient entre 3 et 16 techniques de changement de comportement selon le codage utilisant la taxonomie de Michie. Deux essais ont évalué des interventions impliquant des utilisateurs potentiels dans leur développement.

Notes de traduction: 

Post-édition : Sydney Foggo - Révision : Claire Ducourant-Casimiri (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.