Quelles sont les interventions efficaces et sûres pour prévenir le syndrome d'obstruction intestinale distale (SOID) dans la mucoviscidose ?

Contexte

La mucoviscidose (MV) est une maladie héréditaire incurable et provoque une production abondante de mucus épais et collant par les organes du corps. Les poumons sont la zone la plus fréquemment atteinte : un mucus épais entraîne des infections pulmonaires récurrentes et des difficultés respiratoires. Le système digestif est également souvent touché. De nombreuses personnes atteintes de MV souffrent de ballonnements et de douleurs abdominales qui peuvent être causés par la constipation ou le syndrome d'obstruction intestinale distale (SOID). Dans le cas du SOID, la surproduction de mucus épais se combine avec les selles et adhère à la paroi intestinale. Cette masse peut bloquer partiellement (SOID incomplet) ou complètement (SOID complet) l'intestin. Ce dernier cas de figure cause des douleurs intenses, des vomissements et est traité comme une urgence médicale. Les soins efficaces sur les personnes atteintes de MV doivent donc comprendre le traitement de la constipation pour éviter une occlusion intestinale complète. Il est également important de reconnaître que la constipation et le SOID ont des répercussions sur d'autres aspects de la santé des patients atteints de MV. Les ballonnements, les douleurs abdominales et les nausées peuvent affecter le dégagement des voies respiratoires, l'exercice et le sommeil. L'état nutritionnel peut également être affecté en raison d'une diminution de l'appétit et d’une malabsorption. Le SOID peut affecter l'absorption d'autres médicaments utilisés par les personnes atteintes de MV. Dans l'ensemble, le SOID peut nuire considérablement à la qualité de vie. Différents laxatifs sont actuellement utilisés dans les cliniques, mais les pratiques de prescription diffèrent et il n'existe pas de consensus sur les stratégies thérapeutiques optimales à adopter. Par conséquent, cette revue visait à analyser les données probantes concernant la prévention du SOID.

Date de recherche

La dernière recherche de données probantes date du : 10 juin 2018.

Caractéristiques des essais

Cette revue comporte un essai, qui comprend 17 personnes âgées de 13 à 35 ans. Ces personnes ont été réparties en groupes au hasard. Selon leur groupe, les personnes prenaient soit un placebo (sans médicament actif), soit du cisapride pendant six mois. À l’issue de cette période, les traitements ont été intervertis entre les groupes pour encore six mois.

Résultats principaux

L'essai a utilisé la radiographie pour diagnostiquer le SOID, mais n'a fourni aucune donnée et a seulement déclaré qu'il n'y avait aucune différence entre le cisapride et le placebo. L'essai a également rapporté que le cisapride n'a provoqué aucun effet indésirable. L'essai a évalué les scores totaux et individuels des symptômes gastro-intestinaux déclarés par les participants. Les personnes du groupe prenant du cisapride ont signalé une amélioration du score total des symptômes gastro-intestinaux par rapport à celles du groupe qui ont reçu un placebo. Cependant, aucune différence n'a été rapportée entre les groupes concernant les scores individuels des symptômes de douleur abdominale et de distension abdominale (enflure). Les scores globaux de symptômes rapportés par les patients ont montré que ces derniers se sentaient mieux, pour la plupart, en prenant du cisapride qu'en prenant un placebo.

Qualité des données probantes

La qualité globale des données probantes était très faible. Comme cette revue comporte un unique essai, nous n'avons pas pu combiner les données provenant de différents essais. L'essai n'a pas fourni suffisamment d'informations sur les méthodes utilisées pour répartir les participants ou sur les données manquantes, et certains résultats n'ont pas été pleinement rapportés. Le petit nombre de participants a également réduit la précision des résultats. Depuis la réalisation de cet essai, le cisapride a été retiré du marché dans un certain nombre de pays en raison de complications cardiaques rares mais graves ; il n'est donc pas applicable à la pratique clinique actuelle.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe pas de données probantes sur les interventions de prévention de la SOID. Comme il n'y avait qu'un seul essai inclus, nous n'avons pu effectuer une méta-analyse des données. De plus, l'essai inclus comparait un agent procinétique (cisapride) dont l'utilisation n'est plus autorisée dans un certain nombre de pays en raison du risque d'événements cardiaques graves. Cette conclusion s’est dégagée après le déroulement de l'essai. Par conséquent, les résultats limités de l'essai ne sont pas applicables dans la pratique clinique actuelle.

Dans l'ensemble, il reste encore beaucoup de recherches à entreprendre sur les complications gastro-intestinales de la MV, car il s'agit d'un domaine très peu étudié comparativement aux complications respiratoires de la maladie.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La mucoviscidose (MV) est la maladie héréditaire limitant l’espérance de vie la plus courante. Elle affecte de nombreux organes, en particulier le système respiratoire. Cependant, les problèmes gastro-intestinaux tels que la constipation et le syndrome d'obstruction intestinale distale (SOID) sont également des complications importantes et bien connues de la MV. Ces affections partagent des symptômes similaires, comme des ballonnements et des douleurs abdominales, mais elles sont distinctes. La constipation se produit lorsqu'il y a impaction fécale graduelle du côlon, mais le SOID se produit lorsqu'il y a accumulation de fèces et de mucus collant, formant une masse dans la partie distale de l'intestin grêle. La masse peut bloquer partiellement (SOID incomplet) ou complètement l'intestin (SOID complet). Les symptômes du SOID peuvent affecter la qualité de vie et d'autres aspects liés à la santé des patients atteints de MV, comme la dégagement des voies respiratoires, l'exercice, le sommeil et l'état nutritionnel. Le traitement de la constipation et la prévention de l'occlusion intestinale complète sont nécessaires à la prise en charge gastro-intestinale de la MV. Cependant, de nombreuses stratégies différentes sont utilisées dans la pratique clinique et il n’y pas de consensus. L'importance de ce sujet a été soulignée dans un récent exercice d'établissement des priorités de recherche de la James Lind Alliance.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité de différents types d'agents laxatifs pour la prévention du SOID (complet et incomplet) chez les enfants et les adultes atteints de MV.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la mucoviscidose et autres maladies génétiques constitué des références identifiées lors de recherches exhaustives dans des bases de données électroniques et de recherches manuelles de revues pertinentes et de résumés d'actes de conférence. Date de la recherche : 22 mai 2018.

Nous avons également effectué des recherches dans les registres d'essai en ligne. Date de la dernière recherche : 10 juin 2018.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés parallèles randomisés et quasi-randomisés comparant le traitement laxatif (à toute dose) pour la prévention du SOID (y compris les agents osmotiques, les stimulants, les mucolytiques et les substances ayant plus d'une action) au placebo, à une absence de traitement, ou à un autre traitement laxatif chez des personnes de tout âge atteintes d’une MV pancréatique suffisante ou insuffisante et d’une maladie pulmonaire à n’importe quel stade. Les essais croisés randomisés ont été jugés sur une base individuelle.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué de façon indépendante les essais en vue de leur inclusion, ont extrait les données sur les critères de jugement et ont effectué une analyse du risque de biais pour les données incluses. Nous avons évalué la qualité des données probantes à l'aide des critères du système GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus un essai croisé (17 participants) d'une durée de 12 mois, au cours duquel les participants ont été répartis au hasard dans des groupes recevant soit du cisapride (un agent gastro-prokinétique), soit un placebo pendant six mois chacun. L'essai comportait un risque de biais incertain dans la plupart des domaines, mais le biais de notification était élevé.

Les scores radiographiques n'ont révélé aucune différence dans l'occurrence du SOID entre les groupes prenant du cisapride et les groupes utilisant un placebo (rapport narratif, aucune donnée fournie). Il n'y a eu aucun effet indésirable. Les scores des symptômes étaient le seul critère de jugement secondaire de la revue qui a été rapporté. Les scores totaux des symptômes gastro-intestinaux favorisaient le cisapride avec une différence moyenne (DM) statistiquement significative de -7,60 (intervalle de confiance à 95 % (IC) -14,73 à -0,47). Il n'y avait pas de différence significative à six mois entre le cisapride et le placebo pour la distension abdominale, DM -0,90 (IC à 95 % : -2,39 à 0,59) ou la douleur abdominale, DM -0,4 (IC à 95 % : -2,05 à 1,25). Les scores globaux des symptômes (score indiquant si les individus se sentent mieux ou moins bien) rapportés dans le document favorisaient le cisapride et étaient statistiquement significatifs (P < 0,05).

Nous avons estimé que les données disponibles étaient de très faible qualité. De nombreuses données manquaient dans l'essai inclus et les chercheurs n'ont pas réussi à rapporter de données numériques concernant de nombreux critères de jugement. Le risque global de biais était incertain et le biais de notification était élevé. L’essai souffrait également d’un caractère indirect et le médicament à l'essai (cisapride) a depuis été retiré du marché dans plusieurs pays en raison d'effets indésirables. Ainsi, il n'est pas actuellement applicable dans le cadre de la prévention du SOID. L'essai inclus comptait également très peu de participants, et la qualité des preuves a donc été déclassée d’un niveau supplémentaire en raison de la précision.

Notes de traduction: 

Post-édition : Antoine Halté - Révision : Paul Peyré (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.