Réduction de la température du dialysat pour l'hypotension intradialytique chez les personnes atteintes d'insuffisance rénale chronique (IRC) nécessitant une hémodialyse

Problématique

Un nombre croissant de patients atteints d'insuffisance rénale chronique ont besoin d'une hémodialyse (HD). Lorsque les reins ne sont pas en mesure d'éliminer suffisamment de déchets du sang, la HD est utilisé pour nettoyer le sang et pour éliminer l'excès d'eau via un appareil de dialyse. L'hypotension intraradialytique (IDH) est une complication courante de l'HD caractérisée par une chute soudaine de la tension artérielle (TA) accompagnée de symptômes tels que vertiges, faiblesse, nausées et fatigue, et constitue un facteur de risque de morbidité et de mortalité cardiovasculaires. En général, une baisse de la température corporelle est associée à une contraction des vaisseaux et à une augmentation de la TA. Cependant, la température du dialysat largement utilisée est de 37°C, et la température du corps est susceptible d'augmenter pendant la dialyse standard. L'élimination de la chaleur avec du dialysat froid pourrait être bénéfique pour la stabilité hémodynamique. De plus, la réduction empirique fixe de la température du dialysat est simple et facile à adopter dans la pratique quotidienne, mais elle peut augmenter l'inconfort du patient comme les sensations de froid, les frissons et les symptômes connexes.

Comment avons-nous procédé ?

Nous avons recueilli toutes les données provenant d'études menées auprès de patients atteints d'IRC nécessitant une HD qui ont relevé des données relatives à l’IDH, au taux d'inconfort et à d’autres résultats importants. Nous avons inclus 25 études comprenant 712 participants à la revue et effectué une méta-analyse pour estimer l'effet du refroidissement du dialysat.

Qu’avons-nous trouvé ?

La qualité des études incluses était généralement très faible en raison du risque de biais, de la petite taille de l'échantillon et du manque d'information.

Nous avons trouvé des preuves de très faible qualité que la réduction fixe de la température du dialysat diminuait l'incidence de l'IDH par rapport au dialysat standard et augmentait le taux d'inconfort. Lorsque l'inconfort du patient est minime, la réduction de la température du dialysat peut être une option pour réduire l’IDH. Cependant, aucune étude n'a fait état de critères de jugement à long terme, comme la mort ou les troubles cardiaques.

Conclusions

Il existe peu de données suggérant que la réduction de la température du dialysat prévienne l’IDH, mais la conclusion est très incertaine. Des études de plus grande envergure qui mesurent des critères de jugement importants comme l'IDH ou la mortalité chez les patients utilisant l’hémodialyse sont nécessaires pour évaluer l'effet de la réduction de la température du dialysat.

Conclusions des auteurs: 

La réduction de la température du dialysat peut prévenir l’IDH, mais la conclusion est incertaine. Des études de plus grande envergure qui mesurent des résultats importants pour les patients atteints d'hémodialyse sont nécessaires pour évaluer l'effet de la réduction de la température du dialysat. Six études en cours pourraient fournir à l'avenir des données probantes de grande qualité dont nous avons grandement besoin.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'hypotension intraradialytique (IDH) est une complication courante de l'hémodialyse (HD) et un facteur de risque de morbidité cardiovasculaire et de décès. Plusieurs études cliniques ont suggéré que la réduction de la température du dialysat, comme la réduction fixe de la température du dialysat ou le dialysat isotherme au moyen d'un système de biofeedback, pourrait améliorer le taux d’IDH.

Objectifs: 

Cette revue visait à évaluer les avantages et les inconvénients de la réduction de la température du dialysat pour l’IDH chez les patients atteints d'insuffisance rénale chronique nécessitant une HD, comparativement à la température standard du dialysat.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait une recherche dans le registre spécialisé de Cochrane sur les reins et les greffes jusqu'au 14 mai 2019 en communiquant avec le spécialiste de l'information à l'aide de termes de recherche pertinents pour cette revue. Les études figurant dans le registre sont identifiées grâce à des recherches dans CENTRAL, MEDLINE, EMBASE, les actes de conférences, le portail de recherche du système d’enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) et ClinicalTrials.gov.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR), les ECR en cross-over, les ECR en clusters et les quasi-ECR ont été inclus dans la revue.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont extrait indépendamment de l'information sur les participants, les interventions, les résultats, les méthodes de l'étude et les risques de biais. Nous avons utilisé un modèle à effets aléatoires pour effectuer une synthèse quantitative des données probantes. Nous avons évalué les risques de biais pour chaque étude à l'aide de l'outil " Risque de biais " Cochrane. Nous avons évalué la certitude des éléments probants à l'aide des grades de recommandation, d’estimation, d'élaboration et d'évaluation (GRADE).

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 25 études (712 participants). Trois études étaient des ECR parallèles et les autres étaient des ECR en cross-over. Dix-neuf études ont comparé la réduction fixe de la température du dialysat (inférieure à 36 °C) et la température standard du dialysat (37 °C à 37,5 °C). La plupart des études étaient peu claires ou présentaient un risque élevé de biais. Comparativement au dialysat standard, il n'est pas certain que la réduction fixe de la température du dialysat améliore le taux d’IDH (8 études, 153 participants : ratio de taux 0,52, IC à 95 % 0,34 à 0,80 ; preuve de très faible certitude); cependant, elle pourrait augmenter le taux de malaise comparativement au dialysat standard (4 études, 161 participants : rapport de taux 8,31, IC à 95 % 1,86 à 37,12, preuve de très faible certitude). Aucun abandon n'a été signalé en raison d'événements indésirables. Aucune étude n'a signalé de décès, de syndrome coronarien aigu ou d'accident vasculaire cérébral.

Trois études ont comparé le dialysat isotherme et le dialysat thermoneutre. Le dialysat isotherme pourrait améliorer le taux d’IDH par rapport au dialysat thermoneutre (2 études, 133 participants: rapport des taux 0,68, IC à 95 %, 0,60 à 0,76 ; I2 = 0 % ; très faible certitude). On n'a signalé aucun taux d'inconfort (1 étude) ou d'abandon en raison d'événements indésirables (2 études). Aucune étude n'a signalé de décès, de syndrome coronarien aigu ou d'accident vasculaire cérébral.

Notes de traduction: 

Translation notes CD012598.pub2

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.