Supplémentation probiotique maternelle pour la prévention de la morbidité et de la mortalité chez les prématurés

Problématique de la revue
Les probiotiques administrés aux femmes enceintes avant l'accouchement et/ou les probiotiques administrés aux mères de prématurés après la naissance par rapport à l'administration d'un placebo, l'absence d'intervention ou l'administration postnatale de probiotiques aux prématurés eux-mêmes réduisent-ils le risque de morbidité et de mortalité chez ces derniers ?

Contexte
L'inflammation peut contribuer à la naissance prématurée et à la morbidité des prématurés. Les bébés prématurés sont exposés à un risque d'altération de la croissance des « bonnes » bactéries normales dans leur tractus intestinal. Les probiotiques sont des suppléments de « bonnes bactéries ». Le fait de donner ces bactéries directement aux prématurés pourrait réduire l'inflammation et diminuer le risque de maladies gastro-intestinales graves (entérocolite nécrosante) ainsi que le risque de décès. Toutefois, l'administration de probiotiques directement aux prématurés soulève des préoccupations quant à leur innocuité.

Caractéristiques des études
Douze essais admissibles portant sur un total de 1 450 mères et 1 204 nourrissons connus ont été inclus à la suite des recherches, jusqu'en mars 2017. Onze essais ont administré des probiotiques aux mères pendant la grossesse et un essai a donné des probiotiques aux mères après la naissance de leurs prématurés. Aucune étude n'a comparé l'administration directe de probiotiques maternels par rapport à l'administration néonatale. Les études sur les femmes enceintes ont porté sur divers aspects des études avec différents probiotiques administrés à différents moments. Dans l'ensemble, les femmes enceintes participant à ces essais présentaient un faible risque d'accouchement prématuré. Le seul essai avec des mères ayant reçu des probiotiques après la naissance portait sur des mères d'enfants pesant moins de 1 500 g à la naissance.

Résultats principaux
Il n'y a pas suffisamment de données probantes pour conclure s'il y a des avantages ou des inconvénients significatifs pour les nouveau-nés à l'administration orale de probiotiques aux femmes enceintes à faible risque de naissance prématurée ou à l'administration orale de probiotiques aux mères d'enfants prématurés après leur naissance. Aucun essai n'a été mené auprès de mères présentant un risque élevé de naissance prématurée, de sorte que les effets des probiotiques administrés à ces mères sont inconnus. D'autres études sont nécessaires pour savoir si les probiotiques administrés aux mères de prématurés diminuent la mortalité, les entérocolites nécrosantes ou d'autres problèmes liés à la prématurité.

Qualité des données probantes
En général, les données probantes étaient de qualité faible à très faible en raison de leur manque de précision (échantillons de petite taille) et de leur caractère indirect (les mères inscrites n'étaient pas nécessairement à risque élevé d'accouchement prématuré).

Conclusions des auteurs: 

Il n'y a pas suffisamment de données probantes pour conclure s'il y a des avantages ou des inconvénients significatifs pour les nouveau-nés à l'administration orale de probiotiques aux femmes enceintes à faible risque de naissance prématurée ou à l'administration orale de probiotiques aux mères d'enfants prématurés après leur naissance. La supplémentation orale de probiotiques aux mères de prématurés après la naissance pourrait réduire le temps pour atteindre 50 % d'alimentation entérale, mais cette estimation est extrêmement imprécise. D'autres recherches sont nécessaires pour l'administration postnatale de probiotiques aux mères de prématurés, ainsi qu'aux femmes enceintes à risque élevé de naissance prématurée.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'inflammation peut contribuer à la naissance prématurée et à la morbidité des prématurés. Les prématurés sont exposés à un risque d'altération du microbiome protecteur normal. Il a été démontré que les probiotiques oraux administrés directement aux prématurés diminuent le risque d'entérocolite nécrosante (ECN) grave ainsi que le risque de décès, mais l'administration directe de probiotiques aux prématurés soulève des préoccupations quant à leur innocuité. En réduisant l'inflammation maternelle, les probiotiques peuvent jouer un rôle dans la prévention des naissances prématurées et/ou la diminution du milieu inflammatoire entourant l'accouchement des prématurés, et peuvent altérer le microbiome du prématuré lorsqu'ils sont administrés aux mères pendant la grossesse. Les probiotiques administrés aux mères après la naissance d'enfants prématurés pourraient entraîner une colonisation bactérienne chez l’enfant, ce qui pourrait réduire l'incidence d’ECN.

Objectifs: 

1. Comparer l'efficacité de l'administration de probiotiques maternels par rapport à un placebo ou à l'absence d'intervention chez les mères pendant la grossesse pour la prévention des naissances prématurées et la prévention de la morbidité et de la mortalité des nourrissons nés prématurément.

2. Comparer l'efficacité de l'administration de probiotiques maternels par rapport à un placebo, à l'absence d'intervention ou à l'administration de probiotiques néonatals chez les mères de prématurés après la naissance sur la prévention de la mortalité et de la morbidité infantile prématurée, comme l’ECN.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons utilisé la stratégie de recherche standard de Cochrane Neonatal pour faire des recherches dans le Registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL 2017, numéro 2), MEDLINE via PubMed (1966 au 21 mars 2017), Embase (1980 au 21 mars 2017) et CINAHL (1982 au 21 mars 2017). Nous avons également effectué des recherches dans les bases de données d'essais cliniques, les actes de conférences et les listes de référence des articles extraits pour les essais contrôlés randomisés et les essais quasi randomisés.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés dans la revue s'ils ont administré des probiotiques par voie orale à des femmes enceintes à risque d'accouchement prématuré ou à des mères d'enfants prématurés après la naissance. Les essais quasi aléatoires étaient admissibles à l'inclusion, mais aucun n'a été identifié. Les études portant sur des femmes enceintes ont nécessité l'administration de probiotiques à < 36 semaines de gestation jusqu'au trimestre de la naissance. Les probiotiques considérés appartenaient aux genres Lactobacillus, Bifidobacterium ou Saccharomyces.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les méthodes standard de la Cochrane Collaboration et de Cochrane Neonatal pour déterminer la qualité méthodologique des études et pour la collecte et l'analyse des données.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 12 essais admissibles avec un total de 1 450 mères et 1 204 nourrissons connus. Onze essais ont administré des probiotiques aux mères pendant la grossesse et un essai a administré des probiotiques aux mères après la naissance de leurs prématurés. Aucune étude n'a comparé l'administration directe de probiotiques maternels à l'administration néonatale. Les essais prénatals inclus étaient très variables en ce qui concerne l'indication de l'essai, l'âge gestationnel et la durée d'administration des probiotiques, ainsi que la dose et la formulation des probiotiques. Dans l'ensemble, les femmes enceintes participant à ces essais présentaient un faible risque d'accouchement prématuré. Dans une méta-analyse des données d’essais, l'administration orale de probiotiques à des femmes enceintes n'a pas réduit l'incidence des naissances prématurées < 37 semaines (risque relatif typique (RR) 0,92, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,32 à 2,67 ; 4 études, 518 mères et 506 nourrissons), < 34 semaines (différence du risque type (DR) 0,00, IC 95 % -0,02 à 0,02 ; 2 études, 287 mères et nourrissons), la fréquence de la mortalité chez les enfants (DR type 0,00, IC à 95 % -0,02 à 0,02 ; 2 études, 309 mères et 298 nourrissons), ou l’âge gestationnel à la naissance (différence moyenne (DM) 0,15, IC à 95 % -0,33 à 0,63 ; 2 études, 209 mères avec 207 nourrissons).

Un essai a porté sur l'administration de probiotiques aux mères après une naissance prématurée et a porté sur 49 mères et 58 nourrissons. Il n'y avait pas de différences significatives dans le risque d’ECN (RR 0,44, IC à 95 % 0,13 à 1,46 ; 1 étude, 58 nourrissons), de chirurgie pour ECN (RR 0,15, IC à 95 % 0,01 à 2,58 ; 1 étude, 58 nourrissons), de décès (RR 0,66, IC à 95 % 0,06 à 6,88 ; 1 étude, 58 nourrissons) ou de décès ou ECN (RR 0,53, IC à 95 % 0,19 à 1,49 ; 1 étude, 58 nourrissons). Il y a eu une amélioration du délai pour atteindre 50 % d'alimentation entérale chez les nourrissons dont les mères ont reçu des probiotiques, mais l'estimation est imprécise (DM -9,60 jours, IC à 95 % -19,04 à -0,16 jour ; 58 nourrissons). Aucune autre amélioration des critères de jugement néonatals n'a été signalée. Les estimations étaient imprécises et n'excluent pas la possibilité que l'administration de probiotiques maternels entraîne des avantages ou des inconvénients importants. Il n'y a pas eu de cas de septicémie avérée par hémoculture avec l'organisme probiotique. La qualité des données probantes selon GRADE a été jugée faible à très faible en raison d’incohérences et d'imprécision.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Julia Caratini et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.