Perception et expérience de l’accompagnement durant l’accouchement

Quel est le but de cette synthèse ?

L'objectif de cette synthèse de données qualitatives Cochrane était d'explorer comment les femmes, les familles et les professionnels de santé vivent la présence de personnes de soutien auprès des femmes pendant la phase de travail et d'accouchement ("accompagnants de l’accouchement"). Un accompagnant de l’accouchement peut être le partenaire de la femme, un membre de sa famille, un accompagnant formé (doula) ou une infirmière/sage-femme. Nous avons recueilli et analysé toutes les études qualitatives pertinentes pour répondre à cette question.

Cette synthèse qualitative des données probantes est liée à une autre étude Cochrane réalisée par Bohren et ses collègues à partir de 2017 qui évalue l'effet d'un soutien continu aux femmes pendant l'accouchement. Un soutien continu améliore la santé et le bien-être des femmes et des bébés, mais les facteurs qui influent sur la réussite de la mise en œuvre ne sont pas bien compris.

Principaux messages

Les accompagnants de l’accouchement fournissent aux femmes de l'information, un soutien pratique et émotionnel, et peuvent représenter et s'exprimer pour les femmes. Les accompagnants peuvent aider les femmes à vivre une expérience positive de l'accouchement, doivent faire preuve de compassion et créer une relation de confiance. Cependant, la demande d’accompagnants de l’accouchement n’est pas entièrement satisfaite, surtout dans les milieux aux ressources limitées.

Qu'est-ce qui a été étudié dans cette synthèse ?

Nous utilisons le terme " accompagnement de l’accouchement " pour décrire le soutien apporté aux femmes pendant le travail et l'accouchement. Dans les pays à revenu élevé, les femmes sont souvent accompagnées par des membres de leur famille ou une doula. Mais dans les établissements de santé des pays en développement et des pays les moins avancés, les femmes peuvent ne pas être autorisées à avoir une personne de soutien et peuvent accoucher seules.

L'étude de Bohren à partir de 2017 montre que le soutien aux femmes pendant l'accouchement a des effets positifs sur les expériences des femmes et sur leur santé. Nous avons cherché à comprendre ce que les femmes, les familles et les professionnels de santé pensaient de l’accompagnement de l’accouchement et quels facteurs pouvaient influencer l'accès des femmes à l’accompagnement de l’accouchement.

Quels sont les principaux résultats ?

Nous avons trouvé 51 études, la plupart provenant de pays à revenu élevé et décrivant le point de vue des femmes. Nous avons évalué notre niveau de confiance dans chaque étude à l'aide de l'approche GRADE-CERQual. Nous avons une confiance élevée ou modérée à l'égard de bon nombre de nos constatations. Lorsque nous n'avons qu'une confiance faible ou très faible dans une conclusion, nous l'avons indiqué.

Les accompagnants de l’accouchement soutenaient les femmes de quatre façons différentes. Les accompagnants ont apporté un soutien d’information en fournissant des renseignements sur l'accouchement, en comblant les écarts de communication entre les professionnels de santé et les femmes et en facilitant le soulagement non pharmacologique de la douleur. Les accompagnants étaient des défenseurs, ce qui veut dire qu'ils se sont prononcés en faveur de la femme. Les accompagnants ont fourni un soutien pratique, notamment en encourageant les femmes à se déplacer, en leur offrant des massages et en leur tenant la main. Enfin, les accompagnants ont apporté un soutien affectif, en se servant de compliments et de réconforts pour aider les femmes à se sentir en contrôle et en confiance, et en assurant une présence physique continue.

Les femmes qui voulaient un compagnon présent pendant le travail et l'accouchement avaient besoin que cette personne fasse preuve de compassion, d’empathie, et soit digne de confiance. L’accompagnement a aidé les femmes à vivre une expérience positive de l'accouchement. Les femmes qui n'ont pas de compagnon pourraient y percevoir une expérience d'accouchement négative. Les femmes avaient des points de vue partagés quant à la volonté d'avoir un partenaire masculin présent (confiance faible dans les données probantes). En général, les hommes accompagnants de l’accouchement estimaient que leur présence avait un impact positif sur eux-mêmes (confiance faible dans les données probantes) et sur la relation avec leur partenaire et leur bébé (confiance faible dans les données probantes), bien que certains se sentaient anxieux d'être témoins des douleurs du travail (confiance faible dans les données probantes). Certains partenaires masculins estimaient qu'ils n'étaient pas bien intégrés à l'équipe de soins ou à la prise de décision.

Les doulas rencontraient souvent les femmes avant l'accouchement pour construire la relation et anticiper les attentes. Les femmes pouvaient développer des liens étroits avec leurs doulas (confiance faible dans les données probantes). Les femmes nées à l'étranger et vivant dans un milieu à revenu élevé peuvent apprécier le soutien des doulas communautaires pour recevoir des soins culturellement adaptés (confiance faible dans les données probantes).

Parmi les facteurs affectant la mise en œuvre, on peut citer le fait que les professionnels de santé et les femmes ne reconnaissent pas les avantages de l’accompagnement, le manque d'espace et d'intimité, la crainte du risque infectieux (confiance faible dans les données probantes). Il a été jugé important de modifier les politiques pour permettre l’accompagnement ainsi que d’améliorer la mise en œuvre des politiques (confiance faible dans les données probantes). Certains prestataires étaient réticents ou n'étaient pas bien formés à l'utilisation des accompagnants, ce qui pouvait entraîner des conflits. Souvent, les accompagnants non professionnels n'étaient pas intégrés à la phase de soins anténatale, pouvant entrainer une forme de frustration (confiance faible dans les données probantes).

Nous avons comparé les résultats de cette synthèse aux programmes/approches d'accompagnement évalués dans la revue d’efficacité de Bohren. Nous avons constaté que la plupart de ces programmes ne semblaient pas aborder ces caractéristiques clés de l’accompagnement de l’accouchement

Cette synthèse est-elle à jour ?

Nous avons recherché les études publiées avant le 9 septembre 2018.

Conclusions des auteurs: 

Nous avons une confiance élevée ou modérée dans certains éléments probants de la revue. D'autres recherches, en particulier dans les milieux à revenu faible et moyen et avec différents cadres et professionnels de santé, pourraient renforcer les données probantes à l'appui des constatations de niveau de confiance faible ou très faible. Avant la mise en œuvre de l’accompagnement de l’accouchement, les chercheurs et les administrateurs devraient tenir compte des facteurs qui peuvent influer sur la mise en œuvre, y compris le contenu et le calendrier de la formation des professionnels, des femmes et des accompagnants; l’architecture de la salle de travail ; la définition claire des rôles des accompagnants et des professionnels; l'intégration des accompagnants; la mesure des effets de l’accompagnement sur l’expérience du soin perçue par les femmes. La recherche ou les études sur la mise en œuvre de l’accompagnement de l’accouchement devraient inclure un volet qualitatif pour évaluer le process et le contexte, pour une meilleure interprétation des résultats et un partage de conclusions entre les différents contextes.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L’accompagnement de l’accouchement fait référence au soutien fourni à une femme pendant le travail et l'accouchement, et peut être fournie par un partenaire, un membre de la famille, un ami, une doula ou un professionnel de la santé. Une revue systématique Cochrane des interventions par Bohren et ses collègues a conclu que l’accompagnant de l’accouchement améliore les résultats des critères de jugement pour les femmes et les bébés. La présence d'un accompagnant de l’accouchement est donc considérée comme un aspect important de l'amélioration de la qualité des soins pendant le travail et l'accouchement, mais sa mise en œuvre de l'intervention n'est pas universelle. La mise en œuvre de l’accompagnement de l’accouchement peut être entravée par une compréhension limitée de ses facteurs de réussite, dans les différents contextes existants.

Objectifs: 

Les objectifs de la revue étaient de décrire et d'explorer les perceptions et les expériences des femmes, des partenaires, des membres de la communauté, des professionnels et des administrateurs de santé, ainsi que d'autres intervenants clés, sur l’accompagnement de l’accouchement; d'identifier les facteurs affectant la réussite et la durabilité de l’accompagnement de l’accouchement; d'explorer comment les conclusions de cette revue peuvent améliorer la compréhension des revues Cochrane connexes.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans les bases de données MEDLINE, CINAHL et POPLINE K4Health pour trouver les études admissibles du début au 9 septembre 2018. Il n'y avait aucune restriction quant à la langue, à la date ou à l'emplacement géographique.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des études qui utilisaient des méthodes qualitatives pour la collecte et l'analyse des données, qui étaient axées sur les perceptions et les expériences des femmes, des partenaires, des membres de la famille, des doulas, des prestataires ou d'autres parties prenantes pertinentes en matière d'accompagnement de l’accouchement, et qui provenaient de tout type de structure sanitaire.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé une approche d'analyse thématique pour l'extraction et la synthèse des données, et évalué la confiance dans les résultats en utilisant l'approche GRADE-CERQual. Nous avons utilisé deux approches pour intégrer les résultats qualitatifs aux résultats de la revue des interventions. Nous avons utilisé un modèle logique pour théoriser les liens entre les éléments de l'intervention et les résultats de santé et de bien-être. Nous avons également utilisé un modèle matriciel pour comparer les caractéristiques de l’accompagnement de l’accouchement, jugées importantes pour la synthèse des données qualitatives des études incluse dans la revue.

Résultats principaux: 

Nous avons trouvé 51 études (52 articles), la plupart provenant de pays à revenu élevé et décrivant le point de vue des femmes. Nous avons évalué notre niveau de confiance dans chaque étude à l'aide de l'approche GRADE-CERQual. Nous avons une confiance élevée ou modérée à l'égard de bon nombre de nos constatations. Lorsque nous n'avons qu'une confiance faible ou très faible dans une conclusion, nous l'avons indiqué.

Les accompagnants de l’accouchement soutenaient les femmes de quatre façons différentes. Les accompagnants ont apporté un soutien d’information en fournissant des renseignements sur l'accouchement, en comblant les écarts de communication entre les professionnels de santé et les femmes et en facilitant le soulagement non pharmacologique de la douleur. Les accompagnants étaient des défenseurs, ce qui veut dire qu'ils se sont prononcés en faveur de la femme. Les accompagnants ont fourni un soutien pratique, notamment en encourageant les femmes à se déplacer, en leur offrant des massages et en leur tenant la main. Enfin, les accompagnants ont apporté un soutien affectif, en se servant de compliments et de réconforts pour aider les femmes à se sentir en contrôle et en confiance, et en assurant une présence physique continue.

Les femmes qui voulaient un compagnon présent pendant le travail et l'accouchement avaient besoin que cette personne fasse preuve de compassion, d’empathie, et soit digne de confiance. L’accompagnement a aidé les femmes à vivre une expérience positive de l'accouchement. Les femmes qui n'ont pas de compagnon pourraient y percevoir une expérience d'accouchement négative. Les femmes avaient des points de vue partagés quant à la volonté d'avoir un partenaire masculin présent (confiance faible dans les données probantes). En général, les hommes accompagnants de l’accouchement estimaient que leur présence avait un impact positif sur eux-mêmes (confiance faible dans les données probantes) et sur la relation avec leur partenaire et leur bébé (confiance faible dans les données probantes), bien que certains se sentaient anxieux d'être témoins des douleurs du travail (confiance faible dans les données probantes). Certains partenaires masculins estimaient qu'ils n'étaient pas bien intégrés à l'équipe de soins ou à la prise de décision.

Les doulas rencontraient souvent les femmes avant l'accouchement pour construire la relation et anticiper les attentes. Les femmes pouvaient développer des liens étroits avec leurs doulas (confiance faible dans les données probantes). Les femmes nées à l'étranger et vivant dans un milieu à revenu élevé peuvent apprécier le soutien des doulas communautaires pour recevoir des soins culturellement adaptés (confiance faible dans les données probantes).

Parmi les facteurs affectant la mise en œuvre, on peut citer le fait que les professionnels de santé et les femmes ne reconnaissent pas les avantages de l’accompagnement, le manque d'espace et d'intimité, la crainte du risque infectieux (confiance faible dans les données probantes). Il a été jugé important de modifier les politiques pour permettre l’accompagnement ainsi que d’améliorer la mise en œuvre des politiques (confiance faible dans les données probantes). Certains prestataires étaient réticents ou n'étaient pas bien formés à l'utilisation des accompagnants, ce qui pouvait entraîner des conflits. Souvent, les accompagnants non professionnels n'étaient pas intégrés à la phase de soins anténatale, pouvant entrainer une forme de frustration (confiance faible dans les données probantes).

Nous avons comparé les résultats de cette synthèse aux programmes/approches d'accompagnement évalués dans la revue d’efficacité de Bohren. Nous avons constaté que la plupart de ces programmes ne semblaient pas aborder ces caractéristiques clés de l’accompagnement de l’accouchement

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Sofyan Jankowski et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.