L'éclairage du lieu de travail pour améliorer la vigilance et l'humeur des travailleurs de jour

Quel est l’objectif de cette revue ?

L'objectif de cette revue Cochrane était de déterminer si des types d'éclairage spécifiques peuvent modifier les niveaux de vigilance et l'état d'esprit des travailleurs de jour.

Nous avons recueilli et analysé cinq études qui ont abordé cette question.

Principaux messages

La lumière blanche froide, techniquement connue sous le nom de lumière à température de couleur corrélée élevée, peut améliorer la vigilance, mais pas l'humeur des travailleurs de jour. La lumière blanche et froide peut également provoquer moins d'irritation, d'inconfort oculaire et de maux de tête. La modification de la quantité de lumière directe et indirecte sur le lieu de travail pourrait ne pas affecter la vigilance ou l'humeur. Des lunettes avec des LED (diode électroluminescente) montées sur les côtés des verres, qui fournissent une lumière enrichie de bleu, peuvent améliorer la vigilance et l'humeur des travailleurs. L'exposition personnelle à une lumière vive pendant l'après-midi améliore la vigilance et l'humeur tout autant que l'exposition personnelle à une lumière vive le matin chez les personnes présentant des symptômes qui ne sont pas assez graves pour le diagnostic de la dépression saisonnière. Tous les résultats sont basés sur des données probantes de faible ou de très faible qualité, c'est pourquoi des études supplémentaires sont encore nécessaires.

Quel était le sujet de cette revue ?

La lumière est importante pour de nombreuses fonctions biologiques, comme la régulation du sommeil, et elle peut influencer sur l'état d'esprit et le niveau de vigilance d'une personne. Les travailleurs de jour qui passent la plupart du temps à l'intérieur peuvent être exposés à de faibles niveaux de lumière pendant la journée. Cela peut entraîner une diminution des niveaux de vigilance et des troubles de l'humeur.

Nous avons analysé les données d'études qui ont examiné les effets de tout type d'éclairage sur la vigilance et l'humeur des travailleurs de jour effectuant des travaux en intérieur. Les différents types d'éclairage comprennent la lumière blanche froide par rapport à la lumière chaude, les différents niveaux d'intensité lumineuse, la lumière administrée individuellement ou l’exposition à la lumière naturelle.

Quels sont les principaux résultats de la revue ?

Nous avons inclus cinq études, avec 282 participants. Les participants étaient des employés de bureau et d'hôpitaux. Deux études ont porté sur l'effet de la lumière blanche froide et une autre sur les sources de lumière indirecte. Deux études ont examiné l'effet de la lumière administrée individuellement à l'aide de verres spéciaux ou d'une boîte à lumière (une boîte plate avec un côté en verre ou en plastique translucide qui contient une lumière).

La lumière blanche froide peut améliorer la vigilance, mais pas l'humeur, et elle pourrait réduire l'irritabilité, l'inconfort oculaire, ainsi que les maux de tête. Ces résultats sont basés sur deux études financées par l'industrie.

La modification de la quantité de lumière directe et indirecte sur le lieu de travail pourrait ne pas avoir d'effet notable sur la vigilance ou l'humeur.

La lumière enrichie de bleu fournie par des lunettes munies de LED pourrait améliorer la vigilance et l’humeur.

L'exposition individuelle à une lumière vive à l'aide d'une boîte à lumière pendant l'après-midi peut améliorer la vigilance et l'humeur tout autant que l'exposition individuelle à une lumière vive le matin chez les personnes présentant des symptômes qui ne sont pas assez graves pour le diagnostic de la dépression saisonnière.

Tous les résultats sont basés sur des données probantes de faible ou de très faible qualité (en raison du petit nombre d'études et de participants, et des problèmes liés à la manière dont les études ont été menées), par conséquent, des études supplémentaires sont encore nécessaires.

Nous n'avons pas trouvé d'études qui examinent les effets de l'intensité lumineuse, de l'intensité lumineuse combinée à la couleur de la lumière ou de l'exposition à la lumière du jour.

Dans quelle mesure cette revue est-elle à jour ?

Nous avons cherché des études jusqu'au 17 janvier 2018.

Conclusions des auteurs: 

Il existe des données probantes de très faible qualité, basées sur deux études avant-après, selon lesquelles une lumière à haute TCC peut améliorer la vigilance, mais pas l'humeur, des travailleurs de jour. Il existe des données probantes de très faible qualité, basées sur une étude avant-après, selon lesquelles une lumière à haute température de couleur corrélée peut également provoquer moins d'irritabilité, d'inconfort oculaire et de maux de tête qu'un éclairage standard. Il existe des données probantes de faible qualité, basées sur un essai contrôlé randomisé indiquant que les différentes quantités de lumière directe et indirecte sur le lieu de travail n'affectent pas la vigilance ou l'humeur. Il existe des données probantes de très faible qualité, basées sur un essai contrôlé randomisé indiquant que la lumière enrichie en bleu administrée individuellement améliore à la fois la vigilance et l'humeur. Il existe des données probantes de faible qualité basées sur un essai contrôlé randomisé selon lesquelles une lumière vive administrée individuellement l'après-midi est aussi efficace qu’une exposition le matin pour améliorer la vigilance et l'humeur chez les personnes présentant des symptômes légers du trouble affectif saisonnier.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'exposition à la lumière joue un rôle crucial dans les processus biologiques, en influençant l'humeur et la vigilance. Les travailleurs de jour peuvent être exposés à une lumière insuffisante ou inadéquate pendant la journée, ce qui entraîne des troubles de l'humeur et une baisse du niveau de vigilance.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et la tolérance des interventions d'éclairage pour améliorer la vigilance et l'humeur des travailleurs de jour.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre central des essais contrôlés de Cochrane (CENTRAL), MEDLINE, Embase, dans sept autres bases de données ; dans ClinicalTrials.gov et dans le portail des essais de l'Organisation mondiale de la santé jusqu'en janvier 2018.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) et des essais contrôlés avant-après non randomisés qui ont utilisé un concept de groupes croisés ou parallèles, en se concentrant sur tout type d'interventions d'éclairage appliquées aux travailleurs de jour.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment sélectionné les références en deux étapes, ont extrait des données sur les critères de jugement et ont évalué le risque de biais. Nous avons utilisé des différences moyennes standardisées (DMS) et des intervalles de confiance (IC) à 95 % pour regrouper les données de différents questionnaires et échelles évaluant le même résultat dans différentes études. Nous avons combiné des études cliniquement homogènes dans une méta-analyse. Nous avons utilisé le système GRADE pour évaluer la qualité des données probantes.

Résultats principaux: 

La recherche a donné 2844 références. Après avoir passé en revue les titres et les résumés, nous avons examiné 34 articles en texte intégral pour inclusion. Nous avons examiné les rapports en fonction des critères d'éligibilité, ce qui a permis d'inclure cinq études (trois ECR et deux études avant-après) avec 282 participants au total. Ces études ont évalué quatre types de comparaisons : la lumière blanche froide, techniquement connue sous le nom de lumière à haute température de couleur corrélée (TCC) par rapport à l'éclairage standard ; différentes quantités de lumière indirecte et directe ; la lumière enrichie en bleu administrée individuellement par rapport à l'absence de traitement ; et la lumière vive du matin administrée individuellement par rapport à la lumière vive de l'après-midi pour les personnes présentant un trouble affectif saisonnier subsyndromique.

Nous n'avons trouvé aucune étude comparant un niveau de luminosité à un autre.

Nous avons trouvé deux études avant-après (163 participants) comparant une lumière à haute TCC avec un éclairage standard. En regroupant leurs résultats par le biais d'une méta-analyse, nous avons découvert qu'une lumière à haute TCC peut améliorer la vigilance (DMS -0,69, 95 % IC -1,28 à -0,10 ; échelle du décalage horaire de Columbia et échelle de somnolence de Karolinska) par rapport à l'éclairage standard. Dans l'une des deux études avant-après avec 94 participants, il n'y avait pas de différence d'humeur positive (différence moyenne (DM) 2,08, IC 95% -0,1 à 4,26) ou négative (DM -0,45, IC 95% -1,84 à 0,94) évaluée à l'aide de l'échelle de PANAS (Positive and Negative Affect Schedule). Un éclairage à haute TCC peut entraîner moins d'effets indésirables qu'un éclairage standard (une étude avant-après ; 94 participants). Les deux études ont été subventionnées par l'industrie. Nous avons jugé la qualité des données probantes comme étant très faible.

Nous n'avons trouvé aucune étude comparant la lumière d'un éclairage et d'un spectre lumineux particuliers, ou d'une TCC particulière, à une autre combinaison d'éclairage et de spectre lumineux ou de TCC.

Nous n'avons trouvé aucune étude comparant la lumière du jour à la lumière artificielle.

Nous avons trouvé un ECR (64 participants) comparant les effets de différentes proportions de lumière directe et indirecte : 100% d'éclairage direct, 70% d'éclairage direct plus 30% d'éclairage indirect, 30% d'éclairage direct plus 70% d'éclairage indirect et 100% d'éclairage indirect. Il n'y a pas eu de différence importante dans l’humeur, telle qu'évaluée par le Beck Depression Inventory, ou d'effets indésirables, tels que des problèmes oculaires, de lecture ou de concentration, à court ou moyen terme. Nous avons jugé la qualité des données probantes comme étant faible.

Nous avons trouvé deux ECR comparant la lumière administrée individuellement à l'absence de traitement. Selon un ECR de 25 participants, une lumière enrichie en bleu administrée individuellement pendant 30 minutes par jour pourrait améliorer la vigilance (DM -3,30, 95 % IC -6,28 à -0,32 ; échelle de somnolence d'Epworth) et l'humeur (DM -4,8, 95 % IC -9,46 à -0,14 ; inventaire de dépression de Beck). Nous avons jugé la qualité des données probantes comme étant très faible. Un ECR de 30 participants a comparé la lumière vive du matin administrée individuellement à la lumière vive de l'après-midi chez les personnes présentant des symptômes légers du trouble affectif saisonnier. Il n'y a pas eu de différence importante dans les niveaux de vigilance (MD 7,00, IC 95% -10,18 à 24,18), les symptômes de troubles affectifs saisonniers (RR 1,60, IC 95% 0,81, 3,20 ; nombre de participants présentant une diminution d'au moins 50% des scores SIGH-SAD) ou la fréquence d’apparition d’effets indésirables (RR 0,53, IC 95% 0,26 à 1,07). Parmi tous les participants, 57% ont vu leur score SIGH-SAD diminuer d'au moins 50%. Nous avons jugé la qualité des données probantes comme étant faible.

Le biais de publication n'a pu être évalué pour aucune de ces comparaisons.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Claudie Roch, Emilie Stephanian et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.