Les gouttes auriculaires pour l'élimination du cérumen

Contexte

L'accumulation de cérumen est fréquente. Elle peut être inconfortable pour le patient et peut causer des problèmes auditifs. Les gouttes auriculaires ont été étudiées comme un outil potentiel pour ramollir la cire, évitant ainsi le besoin d'un traitement supplémentaire comme la seringue. Cette revue porte sur les traitements (gouttes ou vaporisateurs à base d'huile et d'eau) qui peuvent aider à résoudre l'accumulation de cire.

Caractéristiques des études

En mars 2018, nous avons cherché des essais cliniques où des gouttes auriculaires ont été utilisées pour aider à ramollir et à enlever l'accumulation de cérumen dans les oreilles des patients. Nous avons trouvé et inclus 10 études avec un total de 623 participants. Cependant, seulement six de ces études ont fourni des données qui nous ont permis d'analyser notre principal résultat, la proportion de patients avec une élimination complète du cérumen. Ces six études comprenaient un total de 360 participants, enfants et adultes (de tous âges), avec blocage partiel ou complet du canal auditif externe avec du cérumen.

Principaux résultats

Les 10 études portaient sur des gouttes à base d'huile (polypeptide triéthanolamine, huile d'amande, benzocaïne, chlorobutanol), des gouttes à base d'eau (docusate de sodium, peroxyde de carbamide, phénazone, salicylate de choline, peroxyde d'urée, carbonate de potassium), saline (eau salée) ou eau seule, ou aucun traitement.

Une seule étude a comparé l'utilisation de gouttes avec un ingrédient actif à l'absence totale de gouttes. Les gouttes peuvent aider à augmenter la proportion d'oreilles débarrassées de cire de 1 sur 20 (si vous ne faites rien) à environ 1 sur 5 (si vous utilisez des gouttes).

Nous n'avons trouvé aucune preuve que les gouttes à base d'eau ou d'huile étaient différentes de la solution saline ou de l'eau. Cependant, nous n'avons trouvé aucune preuve que l'eau ou le sérum physiologique valait mieux que de ne rien faire.

Les effets indésirables (secondaires) n'étaient pas fréquents. Moins de 30 patients ont signalé des effets indésirables lors de l'utilisation des gouttes et ceux-ci étaient légers (comme une légère irritation ou douleur, ou une odeur désagréable). Aucun effet secondaire grave n'a été signalé par les participants.

Qualité des données probantes

Nous avons évalué la qualité des données probantes des études à quatre niveaux : très faible, faible, modéré ou élevé. Des données probantes de haute qualité signifient que nous sommes très confiants dans les résultats. Des données probantes de très faible qualité signifient que nous sommes très incertains des résultats. Pour ce qui est de l'élimination de la cire, nous avons jugé que la qualité des preuves était faible. En ce qui concerne les effets indésirables, nous avons jugé que la qualité des données probantes était faible.

Conclusions

Nous avons constaté que l'utilisation de gouttes auriculaires lorsque vous avez un conduit auditif partiellement ou complètement obstrué peut aider à enlever le cérumen dans votre oreille. Il n'est pas clair si un type de goutte est meilleur qu'un autre, ou si les gouttes contenant des ingrédients actifs sont meilleures que l'eau plate ou salée.

Conclusions des auteurs: 

Bien qu'un certain nombre d'études visent à évaluer si un type de céruménolytique est plus efficace qu'un autre, il n'existe aucune preuve de haute qualité permettant de tirer une conclusion ferme et la réponse demeure incertaine.

Une seule étude suggère que l'application de gouttes auriculaires pendant cinq jours peut entraîner une plus grande probabilité d'élimination complète de la cire que l'absence totale de traitement. Cependant, nous ne pouvons pas conclure qu'un type de traitement actif est plus efficace qu'un autre et il n'y avait pas de preuve d'une différence d'efficacité entre les traitements actifs à base d'huile et à base d'eau.

Rien ne prouve que l'utilisation de solution saline ou d'eau seule est meilleure ou pire que les cérumenolytiques produits commercialement. De même, rien ne prouve que l'utilisation de solution saline ou d'eau seule est préférable à l'absence de traitement.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La cire d'oreille (cérumen) est une sécrétion corporelle normale qui peut devenir un problème lorsqu'elle obstrue le canal auditif. Les symptômes attribués à la cire (comme la surdité et la douleur) sont parmi les raisons les plus courantes pour lesquelles les patients se présentent aux soins primaires avec des problèmes d'oreille.

La cire fait partie du mécanisme d'auto-nettoyage de l'oreille et est généralement expulsée naturellement du conduit auditif sans causer de problèmes. Lorsque ce mécanisme échoue, la cire est retenue dans le canal et peut former un bouchon ; des interventions pour encourager son retrait peuvent alors s'avérer nécessaires. L'application de gouttes auriculaires est l'une de ces méthodes. Les liquides utilisés pour enlever et ramollir la cire sont de plusieurs types : composés à base d'huile (par exemple, huile d'olive ou d'amande) ; composés à base d'eau (par exemple, bicarbonate de sodium ou eau elle-même) ; une combinaison des solutions ci-dessus ou non à base d'eau, non à base d'huile, telles que le peroxyde de carbamide (un composé peroxyde d'hydrogène peroxyde-urée) et le glycérol.

Objectifs: 

Évaluer les effets des gouttes auriculaires (ou sprays) pour enlever ou aider à enlever le cérumen chez les adultes et les enfants.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le Cochrane ENT Trials Register ; Cochrane Register of Studies ; PubMed ; Ovid Embase ; CINAHL ; Web of Science ; ClinicalTrials.gov ; ICTRP et d'autres sources pour les essais publiés et non publiés. La date de la recherche la plus récente était le 23 mars 2018.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) dans lesquels un " cérumenolytique " a été comparé à aucun traitement, eau ou solution saline, à un autre traitement liquide (huile ou huile d'amande) ou à un autre " cérumenolytique " chez l'adulte ou l'enfant présentant des bouchons de cérumen.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standard attendues par Cochrane. Les principaux résultats étaient 1) la proportion de patients (ou d'oreilles) avec élimination complète du cérumen et 2) les effets indésirables (inconfort, irritation ou douleur). Les résultats secondaires étaient les suivants : étendue de l'élimination de la cire ; proportion de personnes (ou d'oreilles) présentant un soulagement des symptômes dus à la cire ; proportion de personnes (ou d'oreilles) nécessitant une intervention supplémentaire pour éliminer la cire ; succès de l'élimination mécanique de la cire résiduelle après le traitement ; tout autre effet indésirable enregistré, et coût. Nous avons utilisé GRADE pour évaluer la qualité des données probantes pour chaque résultat ; celle-ci est indiquée en italique.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 10 études, avec 623 participants (900 oreilles). Les interventions comprenaient : les traitements à base d'huile (polypeptide triéthanolamine, huile d'amande, benzocaïne, chlorobutanol), les traitements à base d'eau (docusate de sodium, peroxyde de carbamide, phénazone, salicylate de choline, peroxyde d'urée, carbonate de potassium), d'autres comparateurs actifs (p. ex. saline ou eau seule) et aucun traitement. Neuf des études dataient de plus de 15 ans.

Le risque global de biais dans les 10 études incluses était faible ou peu clair.

Résultat primaire : proportion de patients (ou d'oreilles) avec une élimination complète du cérumen

Six études (360 participants ; 491 oreilles) ont fourni des données quantitatives et ont été incluses dans nos méta-analyses.

Traitement actif ou absence de traitement

Une seule étude s'est penchée sur cette comparaison. La proportion d'oreilles avec élimination complète du cérumen était plus élevée dans le groupe de traitement actif (22 %) que dans le groupe sans traitement (5 %) après cinq jours de traitement (rapport de risque (RR) 4,09, intervalle de confiance à 95 % (IC) 1,00 à 16,80) ; une étude ; 117 oreilles ; NNTB = 8) (données probantes de faible qualité).

Traitement actif par rapport à l'eau ou au sérum physiologique

Nous n'avons pas trouvé de preuve d'une différence dans la proportion de patients (ou d'oreilles) chez qui le cérumen a complètement été éliminé lorsque le groupe de traitement actif a été comparé au groupe eau ou solution saline (RR 1,47, IC à 95 %, 0,79 à 2,75 ; trois études ; 213 participants ; 257 oreilles) (données probantes de faible qualité). Deux études ont appliqué des gouttes pendant cinq jours, mais une étude n'a appliqué les gouttes que pendant 15 minutes. Lorsque nous avons exclu cette étude dans une analyse de sensibilité, le résultat n'a pas changé.

Eau ou solution saline par rapport à l'absence de traitement

Cette comparaison n'a été abordée que dans la seule étude susmentionnée (active ou non traitée) et il n'y avait aucune preuve d'une différence dans la proportion d'oreilles avec élimination de cire complète lorsqu'on comparait l'eau ou le sérum physiologique sans traitement après cinq jours de traitement (RR 4,00, IC à 95 %, 0,91 à 17,62 ; une étude ; 76 oreilles) (preuve de faible qualité).

Traitement actif A versus traitement actif B

Plusieurs études ont évalué les comparaisons directes entre deux traitements actifs. Nous n'avons trouvé aucune preuve démontrant que l'un était supérieur à un autre.

Analyse en sous-groupes des traitements actifs à base d'huile par rapport aux traitements actifs sans huile

Nous n'avons trouvé aucune preuve d'une différence dans ce résultat lorsque les traitements à base d'huile ont été comparés à des traitements actifs sans huile.

Résultat primaire : effets indésirables : inconfort, irritation ou douleur

Sept études seulement prévoyaient de mesurer ce résultat et en ont rendu compte. Seulement deux (141 participants ; 176 oreilles) ont fourni des données utilisables. Il n'y avait aucune preuve d'une différence significative dans le nombre d'effets indésirables entre les types de gouttes auriculaires dans ces deux études. Nous avons résumé les cinq études restantes de façon narrative. Tous les événements étaient légers et ont été signalés chez moins de 30 participants dans les sept études (données probantes de faible qualité).

Résultats secondaires

Trois études ont fait état d'‘autres’ effets indésirables (le nombre d'études qui prévoyait de les signaler n'est pas clair). Les informations disponibles sont limitées et comprenaient des rapports occasionnels d'étourdissements, d'odeurs désagréables, d'acouphènes et de pertes auditives. Aucune différence significative entre les groupes n'a été signalée. Aucune urgence ou effet indésirable grave n'a été signalé dans l'une ou l'autre des 10 études.

Il n'y avait que très peu ou pas d'information disponible sur nos autres résultats secondaires.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.