Débridement des cavités nasale et sinusale dans les soins postopératoires des patients ayant subi une chirurgie endoscopique des sinus pour rhinosinusite

Problématique de la revue

Quels sont les avantages et les inconvénients du débridement postopératoire des cavités nasale et sinusale chez les patients ayant subi une chirurgie endoscopique des sinus pour rhinosinusite ?

Contexte

La chirurgie endoscopique des sinus est souvent utilisée chez les patients atteints de rhinosinusite aiguë ou chronique récurrente lorsque le traitement médical a échoué. Après la chirurgie, plusieurs mesures de soins ont été suggérées pour aider les patients à récupérer. L'une de ces mesures est le débridement sinonasal, qui consiste à enlever les caillots sanguins, les croûtes et les sécrétions des cavités nasales et sinusales, une intervention qui se pratique habituellement sous anesthésie locale.

Caractéristiques de l’étude

Nous avons inclus quatre études avec un total de 152 participants adultes. Ces études ont été menées dans plusieurs pays (Norvège, Royaume-Uni et Canada). Tous ont comparé le débridement à l'absence de débridement après une chirurgie endoscopique des sinus. La durée minimale du suivi dans les études variait de 3 à 12 mois. Une seule étude a rapporté des scores de qualité de vie liés à la santé et une seule a rapporté des scores de gravité de la maladie. Cependant, les quatre études ont rapporté des scores pour l'apparition des cavités nasales vues à travers un endoscope. Les effets indésirables de cette intervention et les taux de chirurgie de reprise n'ont été signalés dans aucune de ces études.

Principaux résultats

Les scores de qualité de vie et de gravité de la maladie liés à la santé n'étaient pas significativement différents entre les patients qui ont subi un débridement et ceux qui ne l'ont pas subi. Les quatre études ont démontré une meilleure apparence endoscopique postopératoire dans le groupe de débridement, bien que la grandeur de l'amélioration n'ait pas été statistiquement significative. Un taux plus faible de cicatrices intranasales a été noté dans le groupe de patients ayant subi un débridement. Néanmoins, dans l'ensemble, les données probantes relatives à tous ces résultats sont de faible qualité.

Qualité des preuves

Nous avons relevé plusieurs problèmes avérés ou potentiels dans ces études. Le plus important est que dans chaque étude, un protocole différent a été utilisé pour le nombre d'interventions de débridement effectuées par patient et l'intervalle de temps entre chacune de ces interventions. De plus, le nombre de patients dans les groupes d'étude était relativement faible. Nous avons donc déterminé que la qualité globale des éléments probants était faible pour tous les critères de jugement. Les données probantes de cette revue sont à jour jusqu'en mai 2018.

Conclusions des auteurs: 

Nous ne sommes pas certains des effets du débridement post-opératoire par voie naso-sinusien en raison du risque élevé de biais dans les études incluses et de la faible qualité des données probantes. Le débridement naso-sinusien peut n'avoir que peu ou pas d'effet sur la qualité de vie ou la gravité de la maladie liée à la santé. Des données probantes de faible qualité suggèrent que le débridement postopératoire est associé à un risque significativement plus faible d'adhérences à trois mois de suivi. On ne sait pas si cela a une incidence sur les critères de jugement à long terme.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La chirurgie endoscopique des sinus est souvent recommandée chez les patients symptomatiques atteints de rhinosinusite aiguë ou chronique récurrente chez qui le traitement conservateur n’a pas marché. Les soins postopératoires ont été jugés essentiels au maintien de la perméabilité chirurgicale des sinus opérés et à l'amélioration des symptômes des patients. Le débridement des cavités nasales est l'une de ces mesures de soins postopératoires qui a souvent été étudiée dans la littérature, souvent avec des conclusions contradictoires.

Objectifs: 

Évaluer les effets du débridement naso-sinusien post-opératoire par rapport à l'absence de débridement après une chirurgie endoscopique des sinus.

Stratégie de recherche documentaire: 

Le spécialiste de l'information ORL de Cochrane a fait des recherches dans le Registre des essais contrôlés ORL, le Registre central des essais contrôlés (CENTRAL, via le Registre des études Cochrane), PubMed, EMBASE, Web of Science, ClinicalTrials.gov, ICTRP et autres sources pour les essais publiés et non publiés. La date de la recherche était le 21 mai 2018.

Critères de sélection: 

Essais comparatifs randomisés comparant le débridement nasal postopératoire à l'absence de débridement chez des patients adultes atteints de rhinosinusite aiguë ou chronique récurrente subissant une chirurgie endoscopique des sinus. Nous avons inclus des études dans lesquelles les patients ont agi comme autocontrôle (c.-à-d. qu'un côté du nez a subi un débridement et l'autre non) seulement pour les critères de jugement secondaires de l'endoscopie.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standard attendues par Cochrane. Nos principales mesures des critères de jugement étaient : la qualité de vie liée à la santé, la gravité de la maladie (scores des symptômes signalés par les patients) et les effets indésirables importants (saignement nécessitant une intervention, douleur intense, blessure iatrogène). Les critères de jugement secondaires étaient les suivants : apparition endoscopique postopératoire des cavités chirurgicales naso-sinusien (scores endoscopiques), utilisation enregistrée du traitement médical postopératoire et taux de reprise chirurgicale. Nous avons utilisé GRADE pour évaluer la qualité des données probantes pour chaque critère de jugement; ceci est indiqué en italique.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus quatre études (152 participants), avec une durée de suivi allant de trois mois à 12 mois. Dans deux études, les patients ont fait preuve d'autocontrôle, c'est-à-dire qu'un côté du nez a subi un débridement et l'autre côté non (études à «nez fendu»). Le risque de biais était élevé dans toutes les études, principalement en raison de l'incapacité d'aveugler les patients à la procédure de débridement.

Critères de jugement principaux

Scores de qualité de vie liées à la santé en fonction de la maladie

Une seule étude (58 participants) a fourni des données sur la qualité de vie liée à la santé pour une maladie en particulier. Après six mois de suivi, des scores plus faibles de qualité de vie liés à la maladie, mesurés à l'aide du critère de jugement naso-sinusien Test-22 (SNOT-22, intervalle de 0 à 110), ont été observés dans le groupe de débridement, mais la différence n'était pas statistiquement significative (9,7 dans le groupe de débridement contre 10,3 dans le groupe témoin, P = 0,47) (données probantes de faible qualité).

Gravité de la maladie (score des symptômes déclarés par le patient)

Une seule étude (60 participants) a fourni des données sur la gravité de la maladie, mesurée à l'aide d'une échelle visuelle analogique (EVA). Aucune différence significative dans le score total des symptômes n'a été observée entre les groupes en postopératoire (données de faible qualité).

Effets négatifs importants

Aucun effet indésirable important lié à la procédure de débridement n'a été signalé dans aucune des études incluses, mais il n'est pas clair si des données concernant les effets indésirables n'ont pas été recueillies ou si aucune n'a effectivement été observée dans aucune des études incluses.

Critères de jugement secondaires

Les quatre études ont évalué l'aspect endoscopique postopératoire des cavités naso-sinusien à l'aide du score de Lund-Kennedy (de 0 à 10). Une analyse regroupée des scores endoscopiques dans les deux études non " à nez fendu " a révélé de meilleurs scores endoscopiques dans le groupe de débridement, mais il ne s'agissait pas d'une différence statistiquement significative (différence moyenne -0,31, intervalle de confiance (IC) à 95 % -1,35 à 0,72 ; I² = 0 % ; deux études ; 118 participants) (données probantes de faible qualité). Une sous-analyse de la composante de formation d'adhérence du score endoscopique était disponible pour les quatre études et a révélé un taux d'adhérence significativement plus faible dans le groupe de débridement (rapport de risque 0,43, IC à 95 % : 0,28 à 0,68 ; I² = 29 % ; quatre études : 152 participants). L'analyse du nombre de patients à traiter pour en bénéficier a révélé que pour trois patients subissant un débridement, le score endoscopique serait diminué d'un point pour un patient. Pour chaque tranche de cinq patients subissant un débridement, la formation d'adhérences serait évitée chez un patient.

L'utilisation d'un traitement médical postopératoire a été signalée dans toutes les études, qui recommandaient toutes le douchage nasal. Des stéroïdes (systémiques ou nasaux) ont été administrés dans deux études. Cependant, les données étant très limitées et hétérogènes, nous n'avons pas pu analyser l'impact d'un traitement médical postopératoire concomitant.

Le taux de révision chirurgicale n'a été signalé dans aucune des études incluses, mais il n'est pas clair si ces données n'ont pas été enregistrées ou s'il n'y a eu aucune révision chirurgicale dans les études incluses.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Amytis Heim et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.