Statines pour la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)

Problématique de la revue

Nous avons examiné les données probantes sur les effets des statines chez les adultes atteints de BPCO. Nous avons trouvé huit études pertinentes.

Contexte

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est le nom d'un groupe de maladies pulmonaires évolutives qui causent des difficultés respiratoires. Ce groupe comprend l'emphysème et les bronchites chroniques. Les statines sont des médicaments qui peuvent aider à abaisser le taux de cholestérol dans le sang. Il a été suggéré que par leurs propriétés anti-inflammatoires, les statines pourraient aider à réduire le nombre d'exacerbations chez les personnes atteintes de BPCO.

Caractéristiques des études

Nous avons inclus huit études portant sur 1 323 participants et comparant les effets bénéfiques et les effets nocifs des statines et du placebo (un traitement d'apparence identique sans avantage thérapeutique) chez des personnes atteintes de BPCO.

Principaux résultats

Nous avons constaté que les statines réduisaient le niveau d'inflammation chez les personnes atteintes de BPCO, mais que cela n'entraînait pas d'amélioration nette des exacerbations, de la mortalité, de la capacité fonctionnelle, de la qualité de vie ou des fonctions pulmonaires. Les statines étaient généralement bien tolérées et étaient associées à peu d'effets indésirables.

Qualité des données

Ces preuves étaient de qualité faible ou modérée, et la plupart provenaient d'essais de courte durée.

Cette revue est à jour jusqu'en mai 2019.

Conclusions des auteurs: 

Un petit nombre d'essais fournissant des données de qualité faible ou moyenne ont pu être inclus dans cette revue. Ils ont montré que l'utilisation des statines a entraîné une réduction de la CRP et de l'IL-6, mais que cela ne s'est pas traduit par un bénéfice clinique clair pour les personnes atteintes de BPCO. D'autres essais contrôlés randomisés sont nécessaires pour explorer ce sujet.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une maladie respiratoire courante, évitable et traitable. Les exacerbations de la BPCO sont associées à une détérioration de la qualité de vie, à une augmentation des hospitalisations et à une augmentation de la mortalité. Les interventions pharmacologiques actuellement disponibles ont un impact variable sur la fréquence des exacerbations. Les effets anti-inflammatoires des statines peuvent entraîner une diminution de l'inflammation pulmonaire et systémique, permettant de réduire la fréquence des exacerbations de la BPCO. Plusieurs études observationnelles ont démontré les bienfaits potentiels des statines pour les patients atteints de BPCO.

Objectifs: 

Cette revue vise à évaluer les données probantes disponibles sur les avantages et les inconvénients associés au traitement par statine comparativement au placebo comme traitement d'appoint chez les patients atteints de BPCO. Les principaux objectifs incluent les suivants.

- Déterminer si les statines réduisent la mortalité dans la BPCO.

- Déterminer si les statines réduisent la fréquence des exacerbations, améliorent la qualité de vie ou améliorent la fonction pulmonaire dans la BPCO.

- Déterminer si les statines sont associées à des effets indésirables.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons trouvé des essais dans le Registre d'essais de Cochrane Airways, qui contient des études identifiées au moyen de multiples recherches électroniques et de recherches manuelles d'autres sources. Nous avons également effectué des recherches dans les registres d’essais et les bibliographies des études primaires. Nous avons effectué les recherches les plus récentes le 20 mai 2019.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés parallèles et randomisés recrutant des adultes atteints de BPCO.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les méthodes standards attendues par Cochrane. Les critères de jugement principaux préspécifiés étaient le nombre d'exacerbations, la mortalité toutes causes confondues et la mortalité liée à la BPCO.

Résultats principaux: 

Huit études, dont 1 323 participants atteints de BPCO, ont été incluses dans la revue. L'âge moyen des participants se situait entre 61,4 et 72 ans, et la plupart étaient des hommes (médiane de 73,4 %). Le volume expiratoire forcé moyen de référence en une seconde (FEV₁ = VEMS [ndt]) variait de 41 % à 90 % par rapport à la mesure théorique. Toutes les études ont comparé un traitement par statines à doses modérées ou élevées à un traitement par placebo. La durée du traitement variait de 12 semaines à 36 mois.

Nous n'avons pas trouvé de différence statistiquement significative entre les statines et le placebo pour notre critère de jugement principal du nombre d'exacerbations par année-personne (différence moyenne (DM) -0,03, intervalle de confiance à 95 % (IC) -0,25 à 0,19, 1 essai, 877 participants), incluant le nombre d'exacerbations nécessitant une hospitalisation par année-personne (DM 0,00, 95% IC -0,10 à 0,10, 1 essai, 877 exacerbations). Cette preuve était de qualité modérée après déclassement en raison d'un risque de biais imprécis. Nos principaux résultats de mortalité toutes causes confondues (risque relatif (RR) de 1,03, IC à 95 % de 0,61 à 1,74, 2 essais, 952 participants) et de mortalité liée à la BPCO (RR 1,25, IC à 95 % de 0,38 à 4,13, 1 essai, 877 participants) ne montrent aucune différence significative entre les statines et le placebo, les intervalles de confiance étant larges, ce qui laisse entrevoir de l'incertitude concernant la précision des résultats. Ces éléments de preuve étaient de faible qualité après déclassement pour cause de risque de biais incertain et d'imprécisions.

Les résultats de l'analyse des critères de jugement secondaires n'ont révélé aucune différence claire entre les statines et le placebo pour FEV₁ = VEMS (ndt) (% prédit) (DM 1,18, IC à 95 % -2,6 à 4,97, 6 essais, 325 participants) mais ont montré une amélioration statistiquement significative de FEV₁/capacité vitale forcée (CVF) (DM 2,66, IC à 95 % 0,12 à 5,2 ; P=0,04 ; 6 essais, 325 participants). Une analyse de sensibilité excluant deux essais à risque élevé de biais n'a pas révélé de différence statistiquement significative dans FEV₁/CVF (DM 2,05, IC 95 % -0,87 à -4,97 ; P = 0,17 ; 4 essais, 255 participants). Nous n'avons également pas constaté de différence significative entre les deux groupes quant à la capacité fonctionnelle mesurée sur une distance de marche (en mètres) de six minutes (DM 1,79, IC à 95 % -52,51 à 56,09, 3 essais, 71 participants), avec de larges intervalles de confiance indiquant une incertitude quant à la précision des résultats. Les résultats ne montrent aucune différence claire dans la qualité de vie, qui a été rapportée dans trois essais cliniques, et une légère réduction de la protéine C-réactive (CRP) dans le groupe d'intervention, qui était statistiquement significative (DM -1,03, IC à 95 % : -1,95 à -0,11 ; I² = 0 %, P = 0,03 ; 3 essais, 142 participants). Nous avons noté une réduction significative de l'interleukine (IL)-6 dans le groupe d'intervention (DM -2,11, 95% IC -2,65 à -1,56 ; I² = 0%, P ≤ 0,00001 ; 2 essais, 125 participants). Tous les essais ont mentionné des effets indésirables et indiqué que les statines étaient généralement bien tolérées. Une étude a rapporté en détail les événements indésirables et a indiqué que le taux de tous les événements indésirables non mortels (le nombre d'événements indésirables graves par année-personne) étaient similaire dans les deux groupes (0,63 ± 1,56 (groupe d'intervention) et 0,62 ± 1,48 (groupe témoin) ; P > 0,20) pour toutes les comparaisons, sauf les événements indésirables graves non mortels impliquant le tube digestif, qui étaient plus fréquents dans le groupe d'intervention (30 patients (0,05 événement par personne-an) vs 17 patients (0,02 incident par personne-an) ; P = 0,02). Un autre essai indique le nombre total et le pourcentage d'événements indésirables dans le groupe d'intervention (12 (26 %)) et dans le groupe témoin (21 (43 %)), ainsi que le nombre d'événements indésirables graves dans le groupe d'intervention (4 (9 %)) et dans le groupe témoin (3 (6 %)). Les autres études indiquent que les chercheurs n'ont pas trouvé d'effets indésirables importants des statines mais n'ont pas signalé les effets indésirables en détail.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par David Leopold-Metzger et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.