Problématique de la revue

Le fait de mettre un très petit volume de colostrum maternel dans la bouche des prématurés (colostrum oropharyngé (COP)) prévient-il les complications et améliore-t-il les résultats de santé ?

Contexte

Placer un petit volume de colostrum - le premier lait produit par la mère au cours des premiers jours de vie - directement sur l'intérieur des joues des prématurés peut fournir des facteurs immunologiques et de croissance qui stimulent le système immunitaire et favorisent la croissance de l'intestin. Ces avantages pourraient potentiellement réduire les infections, y compris les infections intestinales graves connues sous le nom d'entérocolite nécrosante (ECN), améliorant ainsi la survie et les résultats à long terme.

Caractéristiques de l'étude

Nous avons cherché des études publiées et non publiées comparant l’administration oropharyngée de colostrum à un témoin comme l'eau, un placebo ou aucune administration orale. Nous n'avons inclus que des essais cliniques faisant état de résultats chez des prématurés (< 37 semaines de gestation). La revue est à jour à compter août 2017. Nous n'avons pas limité la revue à une région ou à une langue en particulier.

Principaux résultats

Six études étaient admissibles à l'inclusion, portant sur 335 prématurés dont l'âge gestationnel variait de 25 à 32 semaines de gestation et dont le poids à la naissance était de 410 à 2 500 grammes. Les auteurs n'ont noté aucune différence entre le COP et le groupe témoin pour ce qui est du taux d’ECN, d'infection ou de décès avant la sortie de l'hôpital. De même, ils n'ont observé aucune différence dans la durée du séjour à l'hôpital entre le COP et les bébés témoins. Les nourrissons qui ont reçu le COP ont obtenu des tétées complètes en moyenne 2,5 jours plus tôt que ceux qui ont reçu le placebo ou aucune intervention. Toutefois, les études incluses étaient de petite envergure, les données étaient insuffisantes et la conception des études n'était pas idéale. La combinaison des données de l'étude n'a pas fourni suffisamment de preuves pour recommander l'utilisation du colostrum pour stimuler l’immunité afin de prévenir les complications chez les nourrissons prématurés. Cinq des études incluses n'ont fait état d'aucun effet nocif ; toutefois, aucune donnée chiffrée n'est disponible pour ces études. Les études incluses étaient de très faible qualité ; par conséquent, les effets du COP demeurent incertains.

Conclusions

Des essais cliniques de plus grande envergure et de meilleure qualité seraient nécessaires pour évaluer de façon plus précise et plus fiable les effets du COP sur les critères de jugement importants pour les prématurés.

Conclusions des auteurs: 

Des essais de grande envergure et bien conçus seraient nécessaires pour évaluer de façon plus précise et plus fiable les effets du colostrum oropharyngé sur les résultats importants pour les prématurés.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Placer un petit volume de colostrum directement sur la muqueuse buccale des prématurés au début de la période néonatale peut fournir des facteurs immunologiques et de croissance qui stimulent le système immunitaire et favorisent la croissance intestinale. Ces avantages pourraient potentiellement réduire le risque d'infection et d'entérocolite nécrosante (ECN) et améliorer la survie et les résultats à long terme.

Objectifs: 

Déterminer si l'administration précoce (dans les 48 premières heures de vie) de colostrum frais ou congelé/décongelé de la mère par voie oropharyngée peut réduire les taux d’ECN, d'infection invasive tardive et/ou de mortalité chez les prématurés par rapport aux témoins. Évaluer les essais afin de déterminer l’innocuité et les effets indésirables des COP (p. ex., pneumonie par aspiration). Comparer les effets du colostrum oropharyngé précoce (COP) par rapport à l'absence de COP, placebo, COP tardif et colostrum nasogastrique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons utilisé la stratégie de recherche standard du Cochrane Neonatal Review Group pour faire des recherches dans le Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL ; 2017, numéro 8), MEDLINE via PubMed (1966 à août 2017), Embase (1980 à août 2017) et le Cumulative Index to Nursing and Allied Health Literature (CINAHL ; 1982 à août 2017). Nous avons également effectué des recherches dans les registres d'essais cliniques pour trouver les essais en cours et récemment terminés (clinicaltrials.gov ; le Registre international des essais de l'Organisation Mondiale de la Santé (www.whoint/ictrp/search/en/) et le registre ISRCTN), les actes des conférences et les listes de référence des articles extraits des essais randomisés et des essais quasi randomisés. Nous avons effectué la dernière recherche en août 2017. Nous avons communiqué avec les investigateurs de l'essai au sujet d'études et de données non publiées.

Critères de sélection: 

Nous avons cherché des essais comparatifs randomisés publiés et non publiés, comparant l'administration précoce de colostrum oropharyngien (COP) à l'administration simulée d'eau, de préparation orale ou de lait maternel de donneuse, ou à l'absence d'intervention. Nous avons également cherché des études comparant l'administration précoce de COP à l'administration nasogastrique ou naso-jéjunale précoce de colostrum. Nous n'avons considéré que les essais portant sur des prématurés à < 37 semaines de gestation. Nous n'avons pas limité la revue à une région ou à une langue en particulier.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de l'étude ont sélectionné de façon indépendante les articles extraits en vue de leur inclusion et ont procédé de façon indépendante à l'extraction des données, à l'analyse des données et à l'évaluation du " risque de biais " et de la qualité des preuves. Nous avons évalué la qualité des données probantes à l'aide de l'approche GRADE. Nous avons communiqué avec les auteurs d’étude pour obtenir des renseignements supplémentaires ou des précisions au besoin.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus six études qui comparaient le colostrum oropharyngé précoce par rapport à l'eau, au sérum physiologique, au placebo ou au donneur, ou par rapport à l'absence d'intervention, sur 335 prématurés ayant un âge gestationnel allant de 25 à 32 semaines de gestation et un poids à la naissance de 410 à 2500 g. Les chercheurs n'ont trouvé aucune différence significative entre le COP et le contrôle pour les critères de jugement principaux - incidence de l’ECN (ratio de risque typique (RR) 1,42, intervalle de confiance à 95 % (IC) 0,50 à 4,02 ; six études, 335 nourrissons ; P = 0,51 ; I² = 0 % ; données de très faible qualité), incidence des infections tardives (RR typique 0.86, IC à 95 % : 0,56 à 1,33 ; six études, 335 nourrissons ; P = 0,50 ; I² = 0 % ; données probantes de très faible qualité) et décès avant la sortie de l'hôpital (RR typique : 0,76 ; IC à 95 % : 0,34 à 1,71 ; six études, 335 nourrissons ; P = 0,51 ; I² = 0 % ; preuves de très faible qualité). De même, la méta-analyse n'a révélé aucune différence dans la durée du séjour à l'hôpital entre le groupe COP et le groupe témoin (différence moyenne de 0,81, IC à 95 % -5,87 à 7,5 ; quatre études, 293 nourrissons ; P = 0,65 ; I² = 49 %). Le nombre de jours jusqu'à l'alimentation complète entérale a été réduit dans le groupe COP avec une différence moyenne de -2,58 jours (IC à 95 % -4,01 à -1,14 ; six études, 335 nourrissons ; P = 0,0004 ; I² = 28 % ; preuves de très faible qualité).

L'effet du COP était incertain en raison de la petite taille des échantillons et de l'imprécision des résultats de l'étude (preuves de très faible qualité).

Aucun effet indésirable n'a été associé au COP ; toutefois, les données sur les effets indésirables étaient insuffisantes et aucune donnée chiffrée n'était disponible dans les études incluses.

Dans l'ensemble, la qualité des études incluses était faible à très faible pour tous les résultats. Nous avons déclassé les résultats selon les critères GRADE en raison de préoccupations concernant la dissimulation et la mise en aveugle de l'allocation, le biais de déclaration, la petite taille des échantillons avec peu d'événements et de larges intervalles de confiance.

Notes de traduction: 

Traduction révisée par Amytis Heim pour Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.