Utilisation de différentes méthodes pour détecter si un bébé est gros par rapport à son âge gestationnel, afin d'améliorer les critères de santé

Quelle est la question ?

Un bébé peut parfois devenir plus gros que prévu et naître avec un poids de naissance élevé. Lorsqu'un surdéveloppement du bébé est suspecté pendant la grossesse, la mère peut avoir des visites prénatales programmées supplémentaires, ainsi que des tests pour évaluer son état de santé et celui de son bébé en développement.

Pourquoi est-ce important ?

Des tests peuvent détecter s'il existe des signes de détérioration de l'état du bébé, ou un développement de complications chez la mère. La combinaison d'examens et leur fréquence dépendent des politiques locales et personnelles. Les tests peuvent inclure le comptage des mouvements fœtaux, l'évaluation du rythme cardiaque fœtal (cardiotocographie), le contrôle de la glycémie de la mère ou l'utilisation d'échographies pour analyser la croissance fœtale, l'examen écho-Doppler des vaisseaux sanguins du fœtus et l'évaluation du volume de liquide autour du bébé.

Les gros bébés sont associés à une augmentation des risques à la fois pour la mère et l'enfant, notamment un risque accru de décès intra-utérin et de mortinaissance. À la naissance, les bébés sont exposés à un risque plus important de faibles niveaux d'oxygène, de dystocie des épaules, de lésions nerveuses, de fracture osseuse, de faibles taux de glycémie et d'admission en unité néonatale de soins intensifs. Les complications maternelles incluent un travail prolongé, des accouchements opératoires notamment par césarienne, un traumatisme du périnée, une hémorragie post-partum et une rupture utérine.

Les interventions pouvant ralentir l'accélération de la croissance et améliorer les résultats sur la santé de la mère et de son bébé comprennent les conseils diététiques, une modification du style de vie et, chez les femmes atteintes de diabète ou de diabète gestationnel, la surveillance de la glycémie et l'insulinothérapie.

Quelles données avons-nous trouvées ?

Nous avons recherché des études le 10 août 2015, mais n'avons pas trouvé d'essais contrôlés randomisés examinant les effets de tests complémentaires sur les résultats cliniques de femmes enceintes avec un surdéveloppement du bébé après 20 semaines de gestation.

Qu'est-ce que cela signifie ?

Il y a un besoin d'essais contrôlés randomisés dans ce domaine afin d'éclairer la pratique clinique lorsque de gros bébés sont identifiés au cours d'une grossesse, afin d'évaluer si des tests complémentaires ou une surveillance peuvent améliorer la santé de ces femmes et de leurs bébés. Il est également important d'identifier les préjudices associés aux tests complémentaires et à la surveillance, car l'identification de femmes présentant une suspicion de gros bébés peut conduire à une anxiété maternelle inutile avec des recherches et des interventions supplémentaires, notamment le déclenchement du travail ou une césarienne.

Conclusions des auteurs: 

Nous n'avons trouvé aucun essai contrôlé randomisé qui évaluait les effets des schémas de surveillance fœtale prénatale d'un fœtus suspecté d'être GAG sur les critères cliniques importants pour la mère et le bébé.

Il y a eu une augmentation de la prévalence de bébés GAG au cours des dernières décennies dans de nombreux pays. Des recherches sur les régimes de surveillance prénatale des nourrissons suspectés d'être GAG sont donc nécessaires, afin d'orienter la pratique et d'améliorer les critères de santé de la mère et du nourrisson. Notamment, des essais contrôlés randomisés pour déterminer si des échographies et des examens cliniques prénataux successifs des nourrissons suspectés d'être GAG (y compris le volume de liquide et les marqueurs de l'adiposité fœtale) seraient utiles, afin d'évaluer si les méthodes de surveillance améliorent les résultats sur la santé. En outre, vu que certains craignent que l'identification de fœtus suspectés d'être GAG puisse conduire à de l'anxiété maternelle, à des examens et à des interventions inutiles, ces essais devraient évaluer les risques ainsi que les bénéfices des schémas de surveillance fœtale en cas de suspicion de fœtus GAG.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les politiques et les protocoles de surveillance fœtale varient considérablement dans les grossesses où le fœtus est suspecté d'être gros par rapport à son âge gestationnel (GAG). Tous aboutissent finalement à des décisions concernant le mode et le moment de l'accouchement. Un fœtus GAG est associé à une augmentation des risques à la fois pour la mère et le bébé. Des interventions basées sur les résultats du schéma de surveillance peuvent être associées à des risques pour la mère et le bébé.

Objectifs: 

Évaluation de l'efficacité potentielle ou réelle des différentes méthodes de surveillance prénatale, en cas de suspicion de fœtus GAG, sur les critères de santé importants pour la mère et le bébé.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et l'accouchement (30 août 2015), sur ClinicalTrials.gov et dans le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS (ICTRP) (21 août 2015).

Critères de sélection: 

Des essais publiés et non publiés, randomisés, quasi-randomisés et randomisés en grappes comparant les effets des schémas décrits de surveillance fœtale prénatale pour les femmes en cas de suspicion de nourrissons GAG.

Recueil et analyse des données: 

Nous n'avons identifié aucune étude répondant aux critères d'inclusion de cette revue.

Résultats principaux: 

Aucun essai n'a été inclus.

Notes de traduction: 

Post-édition : Vera Sousa Novais (M2 ILTS, Université Paris-Diderot)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.