La vitamine D est-elle un complément efficace et sûr aux antibiotiques pour traiter les enfants atteints de pneumonie aiguë ?

Problématique de la revue

L’objectif de cette revue était de découvrir si la vitamine D aide les enfants atteints de pneumonie aiguë et suivant également un traitement antibiotique à guérir plus rapidement.

Contexte

La pneumonie est une infection aiguë des voies respiratoires inférieures qui affecte les poumons. Le traitement de la pneumonie passe par l'administration d'antibiotiques, un apport d'oxygène supplémentaire via un masque, et d'autres traitements de soutien. La vitamine D renforce les défenses immunitaires et réduit l'inflammation excessive, ce qui peut aider les enfants à se remettre d'un épisode aigu de pneumonie.

Date de recherche

Les données probantes sont à jour au 28 juillet 2017.

Caractéristiques de l’étude

Nous avons inclus sept études portant sur un total de 1 529 enfants de moins de 5 ans originaires de pays à faible revenu (780 atteints de pneumonie (4 études) et 749 atteints de pneumonie grave ou très grave (3 études)). Dans quatre études, une seule dose importante de vitamine D a été administrée, soit lorsque l'enfant a rejoint à l'étude, soit dans les 24 heures suivant son admission à l'hôpital. Dans deux études, la vitamine D a été administrée pendant cinq jours. Dans une étude, la vitamine D a été administrée pendant deux jours. Une étude excluait les enfants dont le taux de vitamine D était normal. Une étude a révélé la cause de la pneumonie chez les enfants.

Sources de financement des études

Une étude a été financée par la New Zealand Aid Corporation, une autre par une subvention institutionnelle et cinq études n'ont pas été financées.

Principaux résultats

Nous ne savons pas avec certitude si la vitamine D a un effet important sur les critères de jugement en raison de la très faible qualité des données probantes. La vitamine D peut légèrement réduire le temps de guérison d'une pneumonie aiguë (de 60 minutes), et peut également diminuer le risque de décès. La vitamine D peut augmenter la durée d’une l'hospitalisation de 30 minutes, ainsi que le temps nécessaire pour soigner la fièvre de 90 minutes. Cependant, aucune différence significative entre les groupes n’a été notée sur ces critères de jugement. Aucun événement indésirable majeur n'a été rapporté.

Qualité des données probantes

La qualité des données probantes a été jugée très faible, sauf en ce qui concerne le délai de résolution de la maladie aiguë qui a été considérée comme étant de faible qualité. Des problèmes dans les méthodes d'étude et les rapports ont été relevés, ce qui a entraîné un manque de précision dans les études incluses.

Conclusions des auteurs: 

Nous ne savons pas si la vitamine D a un effet considérable sur les critères de jugement car les résultats étaient imprécis. Aucun événement indésirable majeur n'a été rapporté. Nous avons évalué la qualité des données probantes comme étant très faible à faible. Plusieurs essais sont en cours et pourraient fournir des renseignements supplémentaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les enfants atteints de pneumonie aiguë peuvent souffrir d'une carence en vitamine D. Des essais cliniques ont montré que la supplémentation prophylactique en vitamine D diminue le risque de pneumonie chez les enfants. Les données portant sur les effets thérapeutiques de la vitamine D dans la pneumonie aiguë infantile sont limitées.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité de la supplémentation en vitamine D en tant qu'adjuvant aux antibiotiques dans le traitement de la pneumonie aiguë de l'enfant.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans CENTRAL (2017, numéro 7), qui comprend le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les infections respiratoires aiguës ; Ovid MEDLINE Epub Ahead of Print ; In-Process & Other Non-Indexed Citations ; Ovid MEDLINE Daily et Ovid MEDLINE (de 1946 à la semaine 4 de juillet 2017) et Embase (de 2010 au 28 juillet 2017). Des recherches ont également été effectuées sur le site ClinicalTrials.gov et dans le Système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) le 28 juillet 2017. Il n’y avait pas de restriction de langue.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) sur des enfants (âgés de plus d'un mois à cinq ans) hospitalisés pour une pneumonie aiguë communautaire, telle que définie par les lignes directrices de l'OMS sur les infections respiratoires aiguës, qui comparent la supplémentation en vitamine D au contrôle.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué les études à inclure et ont extrait les données. Pour les données dichotomiques, nous avons extrait le nombre de participants ayant connu le résultat en question et le nombre total de participants dans chaque groupe de traitement. Pour les données continues, nous avons utilisé la moyenne arithmétique et l'écart-type (ET) pour chaque groupe de traitement calculé par rapport au nombre de participants dans chaque groupe. Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standard prévues par Cochrane.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus sept ECR menés dans des pays à faible revenu auprès de 1 529 enfants (780 atteints de pneumonie et 749 de pneumonie grave ou très grave). Quatre études ont administré une dose unique de 100 000 UI de vitamine D₃ au début de la maladie ou dans les 24 heures suivant l'admission à l'hôpital. Deux études ont utilisé une dose quotidienne de vitamine D₃ par voie orale (1 000 UI pour les enfants âgés de moins d'un an et 2 000 UI pour les enfants âgés de plus d'un an) pendant cinq jours. Une a utilisé une dose quotidienne de vitamine D₃ par voie orale (50 000 UI) pendant deux jours. Une étude a fait état d'un diagnostic microbiologique et radiologique de la pneumonie.

Les effets de la vitamine D sur les critères de jugement n'étaient pas concluants en comparaison avec le groupe témoin : délai de guérison de la maladie aiguë (en heures) (différence moyenne (DM) -0,95, intervalle de confiance à 95 % (IC) -6,14 à 4,24 ; 3 études ; 935 enfants ; données probantes de faible qualité) ; taux de mortalité (risque relatif (RR) 0,97, IC 95 % 0,06 à 15,28 ; 1 étude ; 193 enfants ; données probantes de très faible qualité) ; durée d'hospitalisation (DM 0,49 ; IC 95 % -8,41 à 9,4 ; 4 études ; 835 enfants ; données très faibles) et temps de disparition de la fièvre (DM 1,66, IC 95% -2,44 à 5,76 ; 4 études ; 584 enfants ; données probantes de très faible qualité).

Aucun événement indésirable majeur n'a été rapporté.

L'évaluation GRADE a relevé des données probantes de très faible qualité (en raison d’importantes limitations dans l'étude, d’incohérences, du caractère indirect de cette dernière et d'imprécisions) pour tous les critères sauf pour le délai de résolution de la maladie aiguë.

Une étude a été financée par la New Zealand Aid Corporation ; une étude a été financée par une subvention institutionnelle ; et cinq études n'ont pas été financées.

Notes de traduction: 

Post-édition : Déborah Motte - Révision : Chama Chellaoui (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.