Techniques chirurgicales pour prévenir et traiter l'enflure du bras causée par le lymphoedème après un traitement du cancer du sein

Problématique

De nombreuses femmes dans le monde sont touchées par le cancer du sein. La radiothérapie et la chirurgie utilisées pour le traitement du cancer du sein ciblent le sein, la poitrine et l'axillaire (ou l'aisselle) du côté affecté et pourraient endommager les lymphatiques locaux de ces régions. Il en résulte un mauvais drainage du liquide du bras atteint, ce qui peut entraîner une sensation de lourdeur et un gonflement visible. Un terme utilisé pour décrire cette condition est lymphoedème. Le lymphoedème est bien reconnu par les patients et les professionnels de la santé. Il est inconfortable et peut interférer avec de nombreux aspects de la vie quotidienne. De plus, certains patients considèrent que l'enflure unilatérale de leur bras est inesthétique. Le gonflement à long terme pourrait également dégrader la qualité de la peau et entraîner des infections cutanées récurrentes. Les mesures traditionnelles de prise en charge de cet état gênant comprennent des exercices pour les bras, des massages et des bas de contention. Bien que ces mesures soient efficaces pour réduire l'enflure du bras, elles exigent du temps, de la patience et un dévouement quotidien de la part du patient, et peuvent avoir un coût pour le patient. Ces mesures traditionnelles doivent être maintenues tout au long de la vie pour rester efficaces.

Question d'étude

Les professionnels de la santé ont examiné d'autres façons de prendre en charge le lymphoedème après le traitement du cancer du sein. Cette revue examine l'efficacité des techniques chirurgicales qui ont été mises au point pour prévenir ou traiter cette affection.

Résultats

Un certain nombre de techniques ont été proposées, mais seulement trois études qui étaient publiées en novembre 2017 répondaient aux critères d'inclusion de notre présente revue. Deux études portaient sur la prévention du lymphoedème et une sur le traitement du lymphoedème. Au total, ces trois études ont porté sur 131 personnes.

Deux études ont porté sur la technique chirurgicale de l'anastomose lymphaticovenulaire (procédure préventive), qui relie les vaisseaux lymphatiques aux vaisseaux sanguins et utilise le système circulatoire pour drainer l'excès de liquide du bras. Elles ont montré que les personnes qui subissent cette intervention chirurgicale ont un risque réduit de développer un lymphoedème (255 cas de moins de lymphoedème pour 1000 femmes, où la valeur réelle peut se situer entre 118 cas de moins et 300 cas de moins pour 1000 femmes) comparativement à celles qui ne le font pas. Ces deux études n'ont pas fourni de données sur les critères de jugement secondaires importants comme les résultats déclarés par les patients, la capacité d'interrompre d'autres interventions pour le lymphoedème, les complications chirurgicales ou les complications à long terme.

Une étude a évalué une technique de transfert de ganglions lymphatiques vascularisés qui transférait un morceau de tissu contenant des ganglions lymphatiques de l'aine ou de l'abdomen à l'aisselle du membre atteint par un lymphoedème. Les auteurs ont observé que ceux qui ont subi cette procédure ont connu des réductions de :

- volume des membres : en moyenne, les femmes qui ont subi l'intervention ont subi une réduction de 39 % du volume des membres par rapport à celles qui ont reçu les soins habituels seuls ;
- douleur : en moyenne, les femmes qui ont subi l'intervention ont obtenu un score de 4,16 points de moins sur une échelle de 10 points (c.-à-d. 1 = aucune douleur, 10 = douleur extrême) que celles qui ont reçu les soins standard seuls ;
- sensation de lourdeur : en moyenne, les femmes qui ont subi l'intervention ont obtenu un score de 4,27 points de moins sur une échelle de 10 points (c.-à-d. 1 = aucune sensation de lourdeur, 10 = sensation de lourdeur extrême) comparativement à celles qui ont reçu les soins standard seuls ; et
- infection : en moyenne, les femmes qui ont subi l'intervention ont eu 1,22 infection de moins par année comparativement à celles qui ont reçu les soins habituels seuls.

La technique de transfert des ganglions lymphatiques vascularisés a également permis une amélioration fonctionnelle, ce qui signifie qu'en moyenne, les femmes qui ont subi l'intervention ont obtenu 3,77 points de mieux sur le score fonctionnel global (fonction mesurée sur une échelle de 10 points où 1 = excellente fonction, 10 = très mauvaise fonction) comparativement à celles qui ont suivi uniquement les soins standard. L'étude n'a pas fourni de données sur certains critères de jugement secondaires importants, comme la capacité d'interrompre d'autres interventions en cas de lymphoedème ou de complications à long terme.

Valeur probante des données

La certitude des données probantes à l'appui de l'utilisation de l'anastomose lymphatico-veinulaire dans la prévention du lymphoedème était faible et ne comprenait que deux petites études dans un centre. De même, une seule étude portant sur un seul centre a évalué l'utilisation du transfert des ganglions lymphatiques vascularisés et a fourni des preuves globales de très faible certitude à l'appui de l'utilisation de la procédure dans le traitement du lymphoedème des membres supérieurs.

Conclusions des auteurs: 

Selon les résultats de deux études, il y a des données probantes de faible certitude indiquant que l'anastomose lymphatico-veinulaire est efficace pour prévenir le développement d'un lymphoedème après le traitement du cancer du sein. Une étude fournissant des preuves de très faible certitude a montré que le transfert des ganglions lymphatiques vascularisés est une option efficace dans le traitement du lymphoedème de stade 2 établi lié au cancer du sein. Les critères de jugement secondaires importants de cette revue ont rarement été rapportés dans les études incluses. Un plus grand nombre d'ECR de haute qualité sont nécessaires pour mieux élucider l'efficacité des interventions chirurgicales dans la prévention et le traitement du lymphoedème après le traitement du cancer du sein. Au moment de cette revue, aucun essai en cours sur ce sujet n'avait été identifié.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le cancer du sein est le type de cancer le plus répandu chez les femmes du monde entier, et l'une des complications pénibles du traitement du cancer du sein est le lymphoedème du sein et des membres supérieurs. Il existe une incertitude quant à l'efficacité des interventions chirurgicales dans la prévention et la prise en charge du lymphoedème affectant le bras après le traitement du cancer du sein.

Objectifs: 

1. Évaluer et comparer l'efficacité des interventions chirurgicales pour la prévention du développement du lymphoedème (LE) dans le bras après traitement du cancer du sein.
2. Évaluer et comparer l'efficacité des interventions chirurgicales pour le traitement de LE établis dans le bras après un traitement du cancer du sein.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le registre spécialisé du Cochrane Breast Cancer Group, le registre central des essais contrôlés Cochrane, MEDLINE, Embase, le Cumulative Index to Nursing and Allied Health Literature (CINAHL), le registre international des essais cliniques (ICTRP) et ClinicalTrials.gov de l'OMS pour tous les essais enregistrés et en cours le 2 novembre 2017. Des listes de référence des études incluses ont également été examinées à la main par trois auteurs de la revue pour d'autres essais éligibles.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) comparant une intervention chirurgicale pour la prévention ou le traitement du lymphoedème du bras après un traitement du cancer du sein à une intervention standard, une intervention placebo ou une autre intervention chirurgicale ont été inclus. Les patients des deux sexes et de tout âge qui ont été traités pour leur cancer du sein ont été pris en considération. Aucune limite n'a été appliquée à la langue ou au lieu d'étude. Trois auteurs ont déterminé indépendamment l'éligibilité de chaque étude.

Recueil et analyse des données: 

Trois auteurs ont extrait indépendamment les données de chaque étude incluse à l'aide d'un formulaire d'extraction de données préconçu et ont utilisé l'outil " risque de biais " de Cochrane pour évaluer le risque de biais. Les variables dichotomiques ont été analysées à l'aide de la méthode de Mantel-Haenszel pour estimer les ratios de risque (RR). Les différences dans les variables continues ont été exprimées en différences moyennes (DM). GRADE a été utilisé pour évaluer la certitude des données probantes fournies par les études incluses.

Résultats principaux: 

Deux études auxquelles ont participé 95 participantes ont examiné les interventions chirurgicales visant à prévenir le lymphoedème lié au cancer du sein. Les deux études ont évalué l'efficacité de la technique de l'anastomose lymphatico-veinulaire dans le cadre d'un protocole de gestion préventive. Dans l'ensemble, les deux études ont été jugées peu claires quant au risque de biais. La variation statistique entre les études était faible, ce qui augmente la fiabilité des données probantes. Toutefois, les deux études ont été menées dans le même centre. L'anastomose lymphatico-veinulaire semble entraîner une réduction de l'incidence du lymphoedème comparativement à la prise en charge non opératoire avec un rapport de risque de 0,20 (IC à 95 % : 0,06 à 0,63, P = 0,006 ; 95 participants ; données peu fiables). Les ECR n'ont évalué aucun des critères de jugement secondaires.

Une étude impliquant 36 participants a évalué l'efficacité du transfert des ganglions lymphatiques vascularisés dans le traitement du lymphoedème lié au cancer du sein. On a jugé que le risque de partialité de l'essai n'était pas clair. Pour les participants atteints d'un lymphoedème de stade 2, les données probantes suggéraient des réductions du volume des membres (DM -39,00 %, IC 95 % -47,37 % à -30,63 %, données très peu certaines), des scores de douleur (DM -4,16, IC 95 % -5,17 à -3,15, données très peu certaines), une sensation de lourdeur (DM -4,27, IC 95 % -5,74 à -2,80, données très peu certaines), du nombre moyen d'infections par année (DM -1,22, IC 95 % -2,00 à -0,44, -10,44), et une amélioration du score fonctionnel global (DM -3,77, IC 95% -4,89 à -2,65, données très peu certaines) pour les femmes qui avaient eu un transfert des ganglions lymphatiques vascularisés comparé à celles qui n’avaient eu aucun traitement.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Jessica King et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d’origine? Merci d’adresser vos commentaires à: traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.