Quel est le meilleur traitement contre les démangeaisons chez les personnes atteintes d'une maladie rénale chronique ?

Quelle est la problématique ?
La démangeaison (terme médical prurit) est un problème courant chez les personnes atteintes d'une maladie rénale chronique (MRC). Les démangeaisons peuvent affecter considérablement la qualité de vie et pourraient entraîner une dépression ou un risque accru de décès. Il n'existe pas de recommandations sur le traitement des démangeaisons associées à la MRC qui soient largement utilisées ou acceptées.

Comment avons-nous procédé ?
Nous avons trouvé 92 études impliquant 4466 personnes et portant sur 30 traitements contre les démangeaisons associées aux maladies rénales chroniques. Le traitement de contrôle était soit un placebo, soit (plus rarement) un autre traitement pour les démangeaisons associées à la MRC.

Qu’avons-nous trouvé ?
Un type de médicament (gabapentine et prégabaline), un agoniste à un neurotransmetteur commun, semble réduire les démangeaisons chez les patients atteints de MRC. L'ondansétron, un médicament anti-nausée, était un autre traitement bien étudié et ne semble pas avoir d'association considérable avec la réduction des démangeaisons. Les médicaments kappa-opioïdes (nalfurafine) semblent réduire légèrement les démangeaisons. Les informations sur les autres traitements sont minimes pour pouvoir évaluer de manière approfondie leur efficacité à soulager les démangeaisons ou s'il existe un quelconque effet anti-démangeaisons.

Les trois médicaments mentionnés ci-dessus sont bien étudiés et les données probantes sont de meilleure qualité. Les autres traitements étudiés sont de qualité inférieure à moyenne.

Les études documentent rarement une liste exhaustive des effets indésirables ou secondaires subis pendant le traitement. Cependant, aucun des effets indésirables documentés n'était grave. Il n'est pas possible de procéder à une autre évaluation significative du préjudice.

Conclusions
Les médicaments qui agissent comme des neurotransmetteurs (gabapentine et prégabaline) réduisent les démangeaisons chez les patients atteints de maladie rénal chronique. D'autres interventions ne fonctionnent pas, ne fonctionnent pas aussi bien, ou doivent être étudiées plus en profondeur pour pouvoir être concluantes.

Conclusions des auteurs: 

Les ECR de cette méta-analyse contiennent un large éventail d'interventions avec un ensemble diversifié de comparateurs. Pour de nombreuses interventions, les essais sont rares. Cela a permis de rendre la méta-analyse informative difficile.

De tous les traitements contre le prurit urémique, les gabapentinoïdes (gabapentine et prégabaline) ont été les plus étudiés et présentent la plus grande réduction des scores de démangeaison. Il est peu probable que d'autres ECR, même de l'ampleur des plus grands essais inclus dans cette revue, modifient sensiblement cette conclusion. Les agonistes kappa-opioïdes (principalement la nalfurafine) pourraient également réduire les démangeaisons, mais une comparaison indirecte suggère un effet beaucoup plus modeste par rapport aux agonistes de l’acide gamma-amino-butyrique (GABA).

Des données probantes de l'efficacité du montélukast, du curcuma, du sulfate de zinc et de la capsaïcine topique administrés par voie orale ont également montré une réduction du score de démangeaison. Toutefois, ces réductions ont été signalées dans de petites études et doivent être étudiées plus en détail. L'ondansétron n'a pas réduit les démangeaisons. Il est peu probable qu'une nouvelle étude sur l'ondansétron modifie ce résultat.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les démangeaisons chez les patients atteints d'une maladie rénale chronique (MRC) sont fréquentes, souvent très pénibles et associées à la dépression, à une qualité de vie réduite et à une augmentation de la mortalité. Le traitement de première ligne le plus courant a été l'utilisation d'antihistaminiques malgré l'absence de données probantes substantielles de son utilisation pour la démangeaison urémique. Il existe peu de recommandations et de lignes directrices pour le traitement.

Objectifs: 

Nous avons cherché à déterminer : 1) les effets bénéfiques et les inconvénients (tant absolus que relatifs) de toutes les interventions topiques et systémiques pour le traitement de la démangeaison urémique, seules ou en combinaison, par rapport au placebo ou aux soins habituels ; et, 2) l'intensité ou la fréquence des doses, le stade de la maladie rénale ou la méthode de dialyse utilisée (le cas échéant) en présence de cas où les effets de ces interventions varient en fonction des co-interventions.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre des études sur les reins et les greffes de Cochrane jusqu'au 17 décembre 2019 en contactant les spécialistes de l’information et en utilisant des termes de recherche pertinents pour cette revue. Les études figurant dans le registre sont identifiées grâce à des recherches dans CENTRAL, MEDLINE et EMBASE, des actes des conférences, le système d’enregistrement international des essais cliniques de l’OMS (ICTRP) et le site ClinicalTrials.gov.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) chez des adultes atteints de MRC de stade 4 ou 5 comparant les traitements (pharmacologique, topique, exposition, modalité de dialyse) contre les démangeaisons associées à la MRC à un placebo ou à d'autres traitements établis.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment résumé les données des études et évalué la qualité des études. Les données ont été analysées selon un plan de méta-analyse à effets aléatoires estimant les effets relatifs du traitement par rapport au placebo. Les estimations des effets relatifs entre les traitements sont incluses dans la mesure du possible. Pour les mesures continues de la gravité des démangeaisons jusqu'à trois mois, on a utilisé la différence moyenne (DM) ou la différence moyenne standardisée (DMS). Lorsqu'ils ont été signalés, les effets indésirables ont été présentés sous forme de tableau. Le niveau de confiance des données probantes a été estimée à l'aide de la méthode GRADE.

Résultats principaux: 

Quatre-vingt-douze ECR, totalisant 4 466 participants, ont été inclus. Cinquante-huit études (3285 participants) ont fourni suffisamment de données pour faire l'objet d'une méta-analyse. Parmi ceux-ci, 30 ont comparé une intervention à un placebo ou à un contrôle. L'échelle visuelle analogique (EVA) de 10 cm a été l'instrument dominant utilisé pour signaler les démangeaisons et le score Duo a été utilisé dans une minorité d'études.

Les agonistes de l’acide gamma-amino-butyrique (GABA), dont la gabapentine et la prégabaline, réduisent les démangeaisons chez les patients atteints de MRC (5 études, 297 participants : 4.95 cm de réduction, IC à 95 % 5,46 à 4,44 de moins dans l’EVA par rapport au placebo ; données probantes d’un niveau de confiance élevé). Les agonistes opioïdes Kappa, dont la nalfurafine, ont également réduit les démangeaisons dans cette population (6 études, 661 participants : 1.05 cm de réduction, IC à 95 % 1,40 à 0,71 de moins dans l’EVA par rapport au placebo ; données probantes d’un niveau de confiance élevé). L'ondansétron n'a eu que peu ou pas d'effet sur les scores de prurit les scores de démangeaison (3 études, 183 participants : 0.38 cm de réduction, IC à 95 % 1,04 inférieur à 0,29 supérieur dans l’EVA par rapport au placebo ; données probantes d’un niveau de confiance élevé). Une réduction de la gravité des démangeaisons a été signalée avec le montélukast oral, le curcuma, le sulfate de zinc et la capsaïcine topique. Pour toutes les autres interventions, la niveau de confiance des données probantes était faible à modéré, et les interventions avaient des effets incertains sur le prurit urémique.

Six études ont révélé un soutien financier important de la part de leurs fabricants respectifs, six ont été affectées par l'absence de mise en aveugle et 11 études comptent 15 participants ou moins. Les ECR plus anciens et plus petits n'ont souvent pas suivi les protocoles d'intention de traitement avec des abandons inexpliqués après la randomisation.

Les effets indésirables ont généralement été signalés de manière médiocre et incohérente dans tous les ECR. Aucun événement indésirable grave n'a été signalé pour aucune intervention.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Arabelle Dumoulin et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.