Les interventions visant à améliorer l'accès au traitement chirurgical de la cataracte et leur impact sur l'équité dans les pays à revenu faible et intermédiaire

Quel est l'objectif de cette revue ?
L'objectif de cette revue Cochrane était de déterminer s'il est possible de faciliter l'accès au traitement chirurgical de la cataracte dans les pays à revenu faible et intermédiaire (PRFI), et de faire en sorte que le traitement chirurgical de la cataracte soit disponible de manière équitable (sans inégalités) dans les PRFI.

Les chercheurs de Cochrane ont recueilli et analysé toutes les études pertinentes afin de répondre à cette question et ceux-ci ont trouvé deux études.

Principaux messages
La revue montre que rendre le traitement chirurgical gratuit peut augmenter le recours à la chirurgie dans les PRFI. Il n'existe pas de preuves indiquant si cela pourrait limiter les pertes de la vision dues à la cataracte dans la communauté, ou si cela permet de réduire les inégalités (rendre les choses plus justes). L'aide pour les transports, les informations supplémentaires ou les conseils ne semblent pas améliorer le recours au traitement chirurgical et il n'y avait pas de preuves à propos des pertes de la vision liées à la cataracte ou à propos des inégalités. Les preuves provenaient de deux études de petite taille réalisées dans des zones rurales en Chine.

Qu'est-ce qui a été étudié dans la revue ?
Au fur et à mesure que les personnes vieillissent, le cristallin de l'œil devient trouble, ce qui conduit à une perte de la vision et à une cécité. Lorsque le cristallin est trouble on parle de cataracte. Les médecins peuvent ôter la cataracte et la remplacer par un cristallin artificiel. Ces opérations sont généralement efficaces et permettent de rétablir la vue.

Le traitement chirurgical de la cataracte est offert de manière inégale au travers du monde. Davantage de personnes dans les PRFI ont des problèmes de cataracte menant à des pertes de la vision et à une cécité parce qu'il est plus difficile d'avoir accès au traitement chirurgical de la cataracte. Lorsque certaines personnes sont moins susceptibles de recevoir de bons soins de santé, tels qu'un traitement chirurgical de la cataracte, on parle d'inégalités. Il existe également des inégalités à l'intérieur des PRFI car les personnes plus pauvres et les femmes sont souvent moins susceptibles d'obtenir un traitement chirurgical de la cataracte.

Pour faire face à ce problème, les chercheurs de Cochrane souhaitaient déterminer s'il est possible d'augmenter la susceptibilité d'avoir accès au traitement chirurgical de la cataracte dans les PRFI, et de réduire ainsi le fardeau lié à la cataracte. Ceux-ci souhaitaient également voir si cela réduit les inégalités et contribue à ce que toutes les personnes soient autant susceptibles d'obtenir un traitement chirurgical de la cataracte. Ceux-ci avaient prévu de prendre en compte de nombreux aspects différents, y compris l'acceptabilité, les coûts et la disponibilité du traitement chirurgical de la cataracte.

Quels sont les principaux résultats de la revue ?
Les chercheurs de Cochrane ont trouvé deux études pertinentes. Les deux études provenaient de Chine et se sont déroulées dans une région rurale. Une étude a offert à la population des informations supplémentaires et des conseils et a comparé cela à l'absence d'informations supplémentaires ou de conseils. L'autre étude a examiné l'offre gratuite du traitement chirurgical de la cataracte, et des aides financières pour le transport jusqu'à l'hôpital, par rapport au traitement chirurgical de la cataracte à faible coût sans aide pour le transport. Les résultats étaient les suivants :

• Offrir davantage d'informations ou des conseils pourrait ne pas améliorer les aiguillages et le recours à la chirurgie (preuves de faible certitude).
• Rendre le traitement chirurgical de la cataracte gratuit pourrait accroître le recours à la chirurgie (preuves de faible certitude).
• Il n'y avait pas de preuves indiquant les éventuels effets sur les niveaux de cataracte dans la communauté.

Cette revue est-elle à jour ?
Les chercheurs de Cochrane ont recherché des études ayant été publiées jusqu'au 12 avril 2017.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves actuelles concernant l'effet des interventions visant à améliorer l'accès au traitement chirurgical de la cataracte sur l'équité dans les PRFI sont limitées. Nous n'avons identifié que deux études, toutes deux réalisées en milieu rural en Chine. L'évaluation des effets sur l'équité se verrait améliorée si les futures études désagrègent les résultats par sous-groupes sociaux pertinents. Pour mieux évaluer la généralisabilité des résultats à d'autres environnements, des données fiables à propos des facteurs contextuels sont également nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La cataracte est la principale cause de cécité dans les pays à revenu faible et intermédiaire (PRFI), et la prévalence est inégalement répartie à la fois entre les pays et à l'intérieur de ceux-ci. Des interventions ont été mises en place afin d'améliorer les services offrant un traitement chirurgical de la cataracte, cependant, l'efficacité de ces interventions sur la promotion de l'équité n'est pas connue.

Objectifs: 

Évaluer les effets sur l'équité des interventions visant à améliorer l'accès aux services pour la cataracte pour les populations ayant une cécité liée à la cataracte (et des déficits visuels) dans les PRFI.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (incluant le registre d'essais du groupe Cochrane sur les yeux et la vue) (2017, numéro 3), MEDLINE Ovid (de 1946 au 12 avril 2017), Embase Ovid (de 1980 au 12 avril 2017), LILACS (Latin American and Caribbean Health Sciences Literature Database) (de 1982 au 12 avril 2017), le registre ISRCTN (www.isrctn.com/editAdvancedSearch) ; le 12 avril 2017, www.clinicaltrials.gov ClinicalTrials.gov (recherche effectuée le 12 avril 2017) ; et sur le système international d'enregistrement des essais cliniques de l'Organisation Mondiale de la Santé (ICTRP de l'OMS) (www.who.int/ictrp/search/en) ; le 12 avril 2017. Nous n'avons appliqué aucune restriction concernant la langue ou la date dans les recherches électroniques visant à identifier des essais.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les études portant sur des stratégies visant à améliorer l'accès au traitement chirurgical de la cataracte dans les PRFI utilisant les plans d'étude suivants : les essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés (ECR), les études contrôlées avant-après et les séries chronologiques interrompues. Les études incluses devaient avoir été menées dans des PRFI, et cibler des populations désavantagées, ou présenter des données désagrégées de facteurs « PROGRESS-Plus » (Place of residence (lieu de résidence) ; Race/ethnie/culture/langue ; Occupation ; Genre/sexe ; Religion ; Education ; Statut socio-économique ; Social capital/networks (capital social ou réseaux sociaux). La composante « Plus » comprend l'incapacité, l'orientation sexuelle et l'âge).

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs (JR et JP) ont indépendamment sélectionné les études, extrait les données et évalué leur risque de biais. La méta-analyse n'a pas été possible, de sorte que les études incluses ont été synthétisées dans un tableau et de manière narrative.

Résultats principaux: 

Parmi les 2865 études identifiées lors des recherches, deux ECR en grappes répondaient à nos critères d'éligibilité. Ceux-ci ont été réalisés en milieu rural en Chine. La manière dont les essais ont été menés signifie que le risque de biais n'est pas clairement établi. Dans ces deux études, les villages ont été randomisés pour être assignés soit au groupe intervention ou au groupe témoin. Les adultes identifiés comme ayant une cataracte affectant leur vision, suite à une évaluation de la vue et des yeux réalisée au village, ont soit reçu une intervention visant à promouvoir le recours au traitement chirurgical de la cataracte (si leur village était dans un groupe d'intervention), ou ceux-ci ont reçu des « soins standard » (si leur village était dans un groupe témoin).

Une étude (n = 434), a assigné de façon aléatoire 26 villages ou communautés à l'intervention, qui impliquait le visionnage d'une vidéo éducative et l'offre de conseils concernant la cataracte et le traitement chirurgical de la cataracte, tandis que les membres du groupe témoin ont été informés que leur vue était moins bonne en raison de la cataracte et qu'il était possible de traiter celle-ci, mais ceux-ci n'ont pas vu la vidéo ou reçu les conseils. Il y avait des preuves de faible certitude indiquant que le fait de fournir des informations et des conseils n'a eu aucun effet sur le recours aux aiguillages vers l'hôpital (RC 1,03, IC à 95 % 0,63 à 1,67, 1 ECR, 434 participants) et que peu ou pas d'effet sur le recours à la chirurgie (RC 1,11, IC à 95 % 0,67 à 1,84, 1 ECR, 434 participants). Nous avons jugé que les preuves étaient de faible certitude pour les deux critères de jugement car celles-ci étaient indirectes et les résultats imprécis.

L'autre étude (n = 355, 24 villages randomisés) a inclus trois bras d'intervention : traitement chirurgical gratuit ; traitement chirurgical gratuit et remboursement des coûts de transport ; et traitement chirurgical gratuit associé à un transport gratuit jusqu'à et à partir de l'hôpital. Ceux-ci ont été comparés au groupe témoin à qui il a suggéré d'utiliser les services chirurgicaux « à moindre coût » (38 USD). Il y avait des preuves de faible certitude indiquant que l'exonération des coûts chirurgicaux avec ou sans l'offre ou le remboursement des transports a augmenté le recours à la chirurgie (RR 1,94, IC à 95 % 1,14 à 3,31, 1 ECR, 355 participants). Nous avons jugé que les preuves étaient de faible certitude car celles-ci étaient indirectes et les résultats imprécis.

Aucune des études n'a rapporté notre principal critère de jugement des modifications de la prévalence de la cécité liée à la cataracte, ou des autres critères de jugement tels que la couverture chirurgicale, les résultats chirurgicaux, ou les effets indésirables. Les études n'ont pas désagrégé les résultats par sous-groupes sociaux pour permettre une évaluation plus poussée des effets sur l'équité. Nous avons recherché des données issues des deux études et obtenu des données issues de l'une de celles-ci ; la vidéo éducative et les conseils n'ont pas eu un effet différentiel dans les catégories PROGRESS-Plus ayant des données disponibles (lieu de résidence, sexe, niveau d'éducation, statut socio-économique et capital social).

Notes de traduction: 

Traduction notes CD011307.pub2

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.